Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes un client résidentiel qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19 et voulez demander un report de paiements hypothécaires, veuillez transmettre votre demande de report de paiements par le biais de Mon Hypothèque ou remplir notre formulaire en ligne de demande de report de paiements hypothécaires.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

ROB-leaders_WEB2

Doug Farmer célèbre ses 20 ans au service de First National

L’expérience est un des champs où First National se démarque. De nombreux membres de notre équipe sont avec nous depuis 10, 15, 20 et 25 ans. Dans quelques cas, ils sont avec nous depuis le début de nos activités en 1988. Nous saluons les personnes engagées qui célèbrent un anniversaire important en présentant leur histoire dans leurs propres mots. Aujourd’hui, nous vous présentons Doug Farmer, Directeur, souscription de prêts résidentiels, région des Prairies.

Ramène-nous au début de ta carrière au sein de First National.

J’ai commencé dans les prêts hypothécaires à la Compagnie Central Guaranty Trust avant de passer à la Compagnie de fiducie Sun Life. Mon patron à la Sun Life connaissait Moray et Scott. Lorsque la Sun Life a décidé de fermer sa division fiduciaire et son service de prêts hypothécaires, il a communiqué avec Moray et Scott et leur a demandé s’ils cherchaient quelqu’un pour leur nouvelle succursale en Alberta. Il s’avère qu’ils l’étaient. C’est donc le 1er février 2000 que j’ai procédé à l’ouverture de la succursale albertaine de First National avec trois membres de mon ancienne équipe à la Dun Life. Depuis, nous sommes passés à un effectif de 45 personnes et à environ 60 000 comptes hypothécaires dans la région des Prairies.

À quoi a ressemblé ta première année?

Pour moi, First National a été un excellent nouveau départ. Ma clientèle était la même, mais First National était beaucoup plus progressiste en matière de produits, de technologie et d’expertise de prêt. Sur la base de mon expérience acquise antérieurement au sein de l’industrie, j’ai été assez prudent concernant nos objectifs pour la première année. Mais nous avons fracassé des records, souscrivant plus de 100 millions de dollars de prêts hypothécaires cette première année-là. C’était très excitant et une nouvelle aventure. La technologie était incroyable. Merlin menait l’industrie à l’époque, et ce, même si ça fonctionnait sous DOS. Nos niveaux de service avaient des années-lumière d’avance sur nos concurrents.

Quel a été pour toi ton moment « J’embarque »

J’ai sauté à pieds joints pas mal dès le début. Mes dernières années à la Sun Life avaient été difficiles. Les prêts hypothécaires résidentiels n’étaient pas adaptés au secteur de l’assurance et la société avait fait quelques acquisitions risquées. Ce fut donc rafraîchissant de parler avec Scott. First National était un prêteur bien positionné dans l’industrie hypothécaire et Stephen et Moray étaient déjà des légendes dans l’industrie. Le plan d'expansion vers l’Ouest était bien monté et extrêmement positif.

Décris-nous quelques-uns des jalons que tu as franchis dans ta carrière.

Me joindre à First National a été le plus important jalon pour moi. La croissance enregistrée dans cette région au cours des 14 premières années a été extrêmement satisfaisante. Et les commentaires positifs que nous continuons de recevoir des assureurs hypothécaires, des investisseurs et des courtiers sont très gratifiants. Notre réputation a toujours été excellente en ce qui concerne la manière dont nous gérons la région et dont nous procédons à l’évaluation des risques. À l’exception des années de la crise financière, nous avons toujours atteint ou dépassé nos objectifs (mais ne parlons pas du pétrole). Personnellement, je suis très fier d’avoir obtenu un MBA pour cadres de l’Université Queen’s. Et, en 2013, j’ai reçu un prix pour l’ensemble de mes réalisations de Canadian Mortgage Awards, ce qui a été un énorme honneur pour moi.

Quelle est la marque que tu as estampillée sur l’entreprise?

J’occupe un rôle important au sein de First National depuis longtemps. Quand on pense à First National dans les Prairies, j’en fais partie. Beaucoup de courtiers avec lesquels nous traitons sont avec nous depuis que j’ai ouvert nos portes. Ces relations ont duré et elles sont incroyablement fortes et profondes.

De quoi es-tu le plus fier dans ta carrière?

Ma réputation et l’intégrité valent plus que tout pour moi. Ce sont mes principales priorités. Tous ceux avec qui je traite – assureurs, collègues, investisseurs – le savent à mon sujet. Je suis très fier d’être connu pour mon intégrité, mon éthique du travail, mes relations positives et le fait que je développe le meilleur personnel dans l’entreprise. J’ai aussi le sentiment d’avoir contribué au succès de First National. À mes débuts, First National ne comptait aucune présence réelle dans les Prairies. Vingt ans plus tard, nous sommes reconnus comme l’une des meilleures entreprises de la filière des courtiers et le premier prêteur de prêts assurés par la SCHL dans tout le pays.

Quels sont tes meilleurs souvenirs?

Chaque année, en février, l'Alberta Mortgage Brokers Association organise un tournoi de curling. En 2000, le tournoi s’est tenu quelques semaines après mon entrée en fonctions. Scott a décidé d’y assister. Je jouissais déjà d’une solide réputation dans l’industrie. Les courtiers hypothécaires présents à l’événement ont félicité Scott pour m’avoir embauché, ainsi que notre équipe, et qu’il avait fait une chose merveilleuse pour ma famille et pour moi. Scott a été très touché par cette expérience. Il en parle encore aujourd’hui. C’est un de ces moments où on se rend compte qu’on apporte une réelle contribution aux gens. C’est certainement ce qu’a fait Scott McKenzie.

Quel conseil partagerais-tu à quiconque poursuit sa carrière au sein de First National?

Pour réussir dans ce domaine, il est important de travailler dur, de développer ses compétences décisionnelles, d’utiliser de bonnes capacités d’organisation et d’être à jour dans votre compréhension des questions financières en constante évolution qui concernent les assureurs hypothécaires, les régulateurs et les investisseurs. L’adaptabilité et les relations positives sont tout aussi essentielles. Jouez en équipe. Trimez dur. À un moment donné de votre carrière, vous devez vraiment donner en retour. Cette entreprise a été tellement bénéfique pour moi et ma famille. L’un de mes objectifs actuels est précisément ça, rendre la pareille. Faire ce que je peux pour contribuer à la croissance et à l’épanouissement de cette entreprise pour les nouveaux venus dans l’industrie. Dans le domaine du crédit hypothécaire, nous avons la responsabilité d’aider les Canadiens partout au pays à accéder à la propriété. Passer à First National a été l’une des décisions les plus influentes que j’ai prise dans ma vie. Je suis avec First National depuis 20 ans et il m’est difficile d’imaginer même travailler ailleurs qu’ici. 

 

SUNPFNWEB06