Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes un client résidentiel qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19 et voulez demander un report de paiements hypothécaires, veuillez transmettre votre demande de report de paiements par le biais de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du février 13, 2017

févr. 13, 2017, 13:05 by Joelle Park

Des brides d’information commencent à être divulguées dans la foulée du recensement fédéral de 2016. Parmi ces brides sont des détails qui intéresseront les observateurs du marché canadien du logement.

Selon le recensement, on dénombre 14 millions de logements privés occupés au Canada. C’est une augmentation de 5,6 % par rapport à la fin de 2011, mais c’est néanmoins un ralentissement marqué de la croissance par rapport aux 7,1 % enregistrés au cours des cinq années précédentes. C’est au Nunavut où la croissance du nombre de logements a été la plus forte (+13,4 %). De plus, le territoire nordique a enregistré la plus forte croissance démographique au pays.

Les données révèlent une tendance inquiétante à Vancouver, où le nombre de logements « inoccupés » a atteint 25 502 (+15 % par rapport à 2011). La recherche menée par un urbaniste de l’Université Simon Fraser suggère que le nombre de logements qui sont « inoccupés ou occupés uniquement par des résidents étrangers et/ou par des personnes présentes temporairement le jour du recensement » a doublé depuis 1986, passant de 4 % à 8,2 % selon le recensement de 2016.

Ces chiffres sont deux fois plus élevés de ceux à quoi la Ville de Vancouver s’attendait au moment d’adopter une taxe sur les logements inoccupés, mais cela s’explique par le fait que la ville avait utilisé des critères totalement différents dans le cadre de sa recherche.