Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire Sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 12 octobre 2015

oct. 15, 2015, 13:28 by First National

Bien que nous nous préoccupions davantage de l’augmentation des prix causée par les propriétaires étrangers dans le secteur de l’immobilier au Canada, il semblerait que les acheteurs non résidents soient intéressés par de nouveaux marchés. 

Un récent rapport de l’association Urban Land Institute et de la société d’experts-conseils PwC soutient que Vancouver et Toronto demeurent des marchés très prisés des acheteurs étrangers malgré leurs prix élevés.  Toutefois, le rapport soulève deux facteurs qui pourraient repousser les acheteurs étrangers : la faible valeur du huard et la chute des prix du pétrole. 

Les secteurs manufacturiers de l’Ontario et du Québec pourraient bénéficier du faible dollar canadien.  Grâce à cette croissance assurée, Montréal et les secteurs hors du Grand Toronto pourraient attirer davantage les investisseurs étrangers. 

La faiblesse des prix du pétrole a déjà eu une incidence sur le marché de l’immobilier à Calgary et à Edmondton, alors que les acheteurs canadiens et étrangers adoptent une attitude attentiste ou cherchent tout simplement ailleurs. 

Le rapport soutient également que les prix élevés à Vancouver et à Toronto pourraient ralentir le rythme de l’urbanisation dans ces marchés, car ceux qui achètent leur première propriété cherchent ailleurs pour des maisons plus abordables.