Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire Sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 9 novembre 2015

nov. 10, 2015, 13:17 by First National

Dans la foulée des solides statistiques en matière d’emploi au Canada et aux États-Unis, les observateurs du marché portent de nouveau attention aux taux d’intérêt, particulièrement chez nos voisins du Sud.

Les chiffres canadiens, bien qu’impressionnants, ne sont pas aussi vigoureux que les résultats américains.  En octobre, 44 000 nouveaux emplois ont été créés au Canada, mais Statistique Canada a eu tôt fait de rappeler que la plupart découlaient des élections fédérales.

Aux États-Unis, les gains importants sur le marché de l’emploi ont consolidé les arguments de la Réserve fédérale américaine en faveur d’une hausse des taux d’intérêt en décembre.  Le chômage est l’un des principaux facteurs pris en compte par la banque centrale dans ses décisions de politique  et le taux de chômage dans ce pays a fléchi à 5 %, un résultat jugé quasi équivalent au plein emploi.

La situation de l’emploi aux États-Unis ainsi que la croissance respectable des salaires et le retournement du PIB dans ce pays constituent autant d’éléments pouvant justifier une augmentation des taux par la Fed.  Les résultats de novembre constitueront sans doute un facteur décisif à cet égard.

En cas de hausse des taux d’intérêt aux États-Unis, la Banque du Canada n’emboîtera pas nécessairement le pas à sa voisine.  En effet, de nombreux observateurs estiment que la Banque du Canada ne procédera à un relèvement de ses taux qu’en 2017. Cela dit, en raison des liens étroits entre le rendement des obligations canadiennes et américaines, il est possible que cette situation ait une incidence sur les prêts hypothécaires à taux fixe ici.