Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire Sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 30 novembre 2015

déc. 1, 2015, 13:09 by First National

Les questions de la présence de propriétaires étrangers sur le marché immobilier canadien continuent de faire couler beaucoup d’encre tout en demeurant entières et généralement sans réponse.  La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) promet d’aborder la situation dans son plus récent rapport Le marché sous la loupe (MSL) publié jeudi.  Ce rapport à portée nationale sera exclusivement consacré aux propriétaires étrangers.

En mai cette année, citant les notes d’information de la SCHL obtenues par demande d’accès à l’information, les médias ont révélé que l’organisme prévoyait tenir des « réunions bilatérales » ainsi que des tables rondes avec les intervenants de l’industrie afin d’obtenir certaines données manquantes, notamment la proportion de maisons neuves et existantes dont les propriétaires sont étrangers.

En décembre 2014, la SCHL avait tenté de répondre à la question des propriétaires étrangers au moyen d’un sondage sur les logements locatifs auprès des gérants d’immeubles.  Ce sondage, qui mettait l’accent sur les logements en copropriété, ne couvrait pas les maisons isolées, jumelées ni en rangée.  À l’époque, l’organisme indiquait que l’on trouvait surtout les propriétaires étrangers sur les grands marchés canadiens, mais que cette présence était remarquablement faible, soit de 2,4 % à Toronto et de 2.3 % à Vancouver.