Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire Sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 7 décembre 2015

déc. 8, 2015, 12:01 by First National

La Société canadienne d'hypothèques et de logement a de nouveau tenté d'établir le niveau de propriété étrangère sur le marché immobilier canadien. Malheureusement, son plus récent rapport Le marché sous la loupe (MSL) présente les mêmes lacunes que son prédécesseur, publié il y a un an.

Les données du rapport se limitent aux propriétaires de condos et proviennent d'un sondage mené auprès de gestionnaires immobiliers. Il indique une hausse des propriétaires possédant une adresse permanente à l'extérieur du Canada (y compris les Canadiens vivant à l'étranger). À Vancouver, la proportion de ces propriétaires est en hausse et s'établit à 3,5 % contre 2,3 % en 2014, tandis qu'à Toronto, elle est de 3,3 % contre 2,7 % l'an dernier. Mais c'est Winnipeg qui remporte la palme à ce chapitre, avec une proportion de 2,7 % contre un maigre 0,1 % il y a un an. Une tendance inverse s'observe toutefois à Montréal, où la proportion de propriétaires étrangers a légèrement diminué pour s'établir à 1,3 % contre 1,5 % il y a un an.

Malgré ces augmentations, il s'agit de pourcentages très faibles et la SCHL admet qu'il lui faut recueillir d'autres données. L'organisme cite notamment un sondage réalisé en 2013 par Sotheby's, qui semblait indiquer que 40 % des propriétés de luxe à Vancouver et 25 % à Toronto appartenaient à des étrangers.

On craint que les investissements étrangers spéculatifs entraînent une hausse des prix sur les marchés les plus importants au Canada, plus particulièrement Vancouver, et qu'une liquidation massive de ces actifs immobiliers par ces spéculateurs entraîne l'effondrement du marché canadien de l'habitation.