Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 11 janvier 2016

janv. 11, 2016, 09:44 by First National

Quiconque se demande ce que 2016 réserve au marché immobilier canadien n'a qu'à jeter un coup d'œil aux plus récentes manchettes de la presse torontoise : Former Hells Angels clubhouse sells for well over asking (L'ancien repère des Hells Angels vendu à un prix bien au-delà de celui demandé).

La propriété en question, pour laquelle on demandait 649 900 $, a été vendue 885 000 $. Il s'agit d'un immeuble abandonné depuis 2007, situé dans un quartier défavorisé de l'est de Toronto.

Sur une note plus concrète, en raison de la baisse du huard, de la chute rapide des prix du pétrole et de la croissance modeste des secteurs de l'exportation, les consommateurs canadiens, plus particulièrement les acheteurs de maisons, joueront un rôle déterminant dans l'économie nationale. Mais pourront-ils à eux seuls faire avancer les choses?

Certains se demandent si des consommateurs considérablement endettés possèdent le pouvoir d'achat nécessaire pour soutenir l'économie comme ce fut le cas ces dernières années.

La Chine vient également brouiller les cartes et suscite de nombreuses inquiétudes. Le ralentissement de la croissance dans ce pays ainsi que la dévaluation continue de sa monnaie entraîneront probablement le déplacement des investissements vers des cieux plus cléments. Le marché immobilier canadien (surtout à Vancouver) a toujours été considéré comme un refuge très sûr.