Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 7 mars 2016

mars 7, 2016, 09:15 by Maria Broekhof

Les plus récents chiffres incroyables émanant des chambres immobilières de Toronto et de Vancouver agitent de nouveau la menace d’une crise de l’abordabilité.

Les moyennes nationales peuvent être trompeuses si l’on tient compte des prix stratosphériques sur les marchés les plus dynamiques du pays.  Cela dit, les mesures les plus courantes de l’abordabilité peuvent également nous induire en erreur en raison de leur cadre de référence restreint.

Le Residential Construction Council of Ontario, qui représente les constructeurs de maisons, a publié un rapport qui signale des problèmes économiques plus vastes affectant l’abordabilité.

Ce document applique un paramètre plus large tenant compte du coût total de l’« utilisation » d’une maison par rapport au revenu net après le paiement des autres dépenses essentielles.  À l’échelle nationale, ce paramètre indique que le logement accapare 38,5 % du revenu restant après le paiement des dépenses de première nécessité.

Le rapport peint également un portrait préoccupant de la situation des milléniaux, c’est-à-dire les acheteurs d’une première maison.  En effet, il indique que 26 % des ménages ontariens consacrent à l’habitation plus de 60 % de ce qui leur reste dans les poches après avoir réglé leurs dépenses essentielles  et que 60 % des membres de ce groupe ont moins de 45 ans.

Selon une autre mesure, chaque dollar en avoir immobilier net accumulé par les jeunes adultes leur coûte 1,35 $ en dette hypothécaire supplémentaire.  Voir : www.gensqueeze.ca/secret_study