Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 4 avril 2016

avr. 7, 2016, 17:14 by Maria Broekhof

On dirait que tout le monde a décidé que les taux d'intérêt allaient rester bas, plus longtemps. Ottawa semble gager là-dessus et les derniers commentaires de la Fed vont apparemment dans le sens d'une telle perspective.

Les récentes déclarations du ministre des Finances, Bill Morneau, au sujet des obligations d'État, suggèrent que le gouvernement fédéral table sur le maintien de la faiblesse des taux d'intérêt pendant encore deux ans au moins.

« À ce stade, nous émettons essentiellement des obligations à deux, trois, cinq et sept ans, sur la base de ce qui constitue pour nous des occasions de financement et le coût approprié, à l'heure actuelle », a affirmé M. Morneau la semaine dernière dans une entrevue accordée à Bloomberg, à New York.

Ottawa a émis 133 milliards de dollars d'obligations à court terme afin de financer les grands programmes de dépenses annoncés au budget le mois dernier.

Il est bien évident que l'économie plus modeste du Canada est soumise aux variations de l'économie mondiale et en particulier, celle des États-Unis. Mais la récente annonce de la banque centrale américaine concernant le maintien de sa politique « au ralenti » a atténué les inquiétudes quant à d'éventuelles turbulences au sud de la frontière.