Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 9 mai 2016

mai 11, 2016, 09:01 by Maria Broekhof

Au cours d'une semaine qui a vu le prix de référence d'une maison de trois chambres à Toronto atteindre 1,3 million de dollars, l'Institut Broadbent a publié un rapport original sur la capacité financière.

Le rapport examine le prix d'un domicile sous l'angle du nombre de semaines de travail nécessaires pour le payer. Les Canadiens qui ont recours à un prêt hypothécaire pour financer leur domicile (pratiquement tout le monde) doivent maintenant travailler plus de 450 semaines – soit 9 ans – pour faire l'achat. En 1970, il fallait environ 200 semaines – simplement 4 ans.

Le rapport examine également ce qu'il appelle le manque d'équité dans les prêts hypothécaires. On part de la constatation que dans un monde équitable, le ratio entre le coût d'un domicile et le temps de travail nécessaire pour le payer devrait rester identique au fil du temps. Par exemple : Si le coût augmente de 5 %, les salaires doivent également augmenter de 5 % et par conséquent, le nombre de semaines de travail nécessaires pour faire l'achat (le ratio) resterait le même.

Le rapport indique que le ratio a beaucoup varié au cours des 45 dernières années. Au début des années 1970, il était un peu supérieur à 1 pour 1. Au début des années 1980, alors que les taux d'intérêt avoisinaient 14 %, il est grimpé à 1,8 pour 1. Aujourd'hui, les taux d'intérêt enregistrant des creux historiques, et les prix étant plus élevés que jamais, le ratio est à un peu plus de 1,2 pour 1.

Consulter le rapport complet ici.