Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Revue trimestrielle du marché des hypothèques résidentielles - 12 mai 2016

mai 12, 2016, 15:11 by Maria Broekhof

Avec la fin du premier trimestre de 2016, les deux principaux organismes de surveillance du secteur de l'immobilier et de l'habitation au Canada ont mis à jour leurs projections pour le deuxième trimestre et l'avenir.

L'Association canadienne de l'immeuble (ACI) avait prévu un certain rééquilibrage, s'attendant à une hausse de prix plus lente à l'échelle nationale en raison des ralentissements en Colombie-Britannique et en Ontario en 2016. Toutefois, avec le maintien des faibles taux d'intérêt, et le fait qu'il est attendu qu'ils resteront bas plus longtemps, l'ACI prévoit maintenant que 2016 ressemblera grandement à 2015.

Aux extrêmes, l'ACI s'attend à une augmentation de 12 % des activités de vente par l'intermédiaire des services interagences en Colombie-Britannique (concentrées dans la région Lower Mainland), tandis qu'une diminution de 19 % est projetée en Alberta. L'Ontario devrait connaître un frein avec un gain de 0,3 %, en raison du manque d'habitations basses abordables.

Ailleurs, l'ACI voit des améliorations économiques procurant des gains modestes au Manitoba, au Québec et dans les Maritimes avec une augmentation des reventes allant de 1 % à 3,4 %.

La prévision pour le prix moyen d'une maison a été augmentée à 478 100 $ – soit une hausse de 8 % par rapport à 2015.

Pour 2017, l'ACI s'attend à un ralentissement généralisé, largement causé par la réduction de l'abordabilité en Colombie-Britannique et en Ontario. En fait, elle prévoit un déclin des ventes en Colombie-Britannique. À l'échelle nationale, les reventes devraient augmenter de seulement 0,4 %, avec une augmentation modeste du prix moyen de 1,1 % à 482 500 $.

Les données de la Société canadienne d'hypothèque et de logement publiées dans l'Évaluation du marché de l'habitation trimestrielle tendent à soutenir les prévisions de l'ACI. L'Évaluation du marché de l'habitation examine les 15 principaux marchés à l'échelle du pays et le rapport du deuxième trimestre souligne la surévaluation et la construction excessive continues dans plusieurs d'entre eux.

Calgary, en particulier, est citée pour sa surévaluation par rapport à l'économie globale de la ville, tandis que la région du Grand Toronto et du Grand Vancouver sont citées pour leur accélération de prix rapide. Le rapport du deuxième trimestre indique une hausse de la cote de surévaluation de Vancouver de « faible » à « modérée ».

Montréal est également réputée avoir une surévaluation « modérée », en fonction de la force de son économie élargie. La construction de copropriétés dans la ville semble quelque peu excessive. Hamilton, en Ontario, montre également des signes de surévaluation. Cette situation est, sans nul doute, causée par les hausses de prix déclenchées par l'afflux d'acheteurs tentant d'échapper au dispendieux marché de Toronto.