Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 6 juin 2016

juin 7, 2016, 10:34 by Maria Broekhof

Malgré les chiffres toujours étourdissants pour Toronto et Vancouver, un front froid s’avance vers les marchés les plus effervescents au Canada.

Selon les résultats de mai, le prix repère d’une maison isolée dans la région urbaine de Vancouver s’élève à 1,5 million de dollars, soit une hausse de 37 % par rapport à l’an dernier.  Un rapport récent indique que, sur papier, de nombreux propriétaires vancouvérois se sont davantage enrichis à cause de la hausse du prix de leur maison qu’à cause de leur salaire.

À Vancouver, les ventes ont augmenté de 18 % et les inscriptions de 11,5 %.  Toutefois, le nombre réel de propriétés à vendre a chuté de plus de 37 % depuis mai dernier.

Dans la région de Toronto, les ventes de mai ont grimpé de 10 %, le prix d’une maison isolée s’établissant à 1,3 million de dollars, soit une hausse de 15 % par rapport à l’an dernier.  Ici encore, la baisse de 6 % sur 12 mois des nouvelles inscriptions est la principale cause d’inquiétude.

C’est ce relâchement des inscriptions que les courtiers immobiliers et la SCHL mentionnent lorsqu’ils évoquent la possibilité d’une période d’accalmie.  Les courtiers immobiliers parlent de cycle de l’offre et de la demande : une baisse des inscriptions fait augmenter les prix; des prix plus élevés entraînent une baisse du nombre d’acheteurs; une diminution du nombre d’acheteurs entraîne une baisse des prix.  La SCHL prévoit également que des hausses des taux d’intérêt à compter du deuxième semestre de 2017 modéreront la demande.