Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 13 juin 2016

juin 13, 2016, 15:02 by Maria Broekhof

Comme le dit le proverbe : Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. C’est ce que l’on retire de deux nouveaux rapports qui examinent les attentes financières au Canada.

Un éminent économiste du pays a suscité l’étonnement en publiant un rapport dans lequel il affirme que les bébé-boumeurs hériteront de 750 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. Ce transfert de richesse ahurissant aura une incidence sur l’ensemble de l’économie, particulièrement sur les régimes de retraite et le secteur immobilier.

Mais, il y a toujours un « mais ». Le rapport ne tient pas compte de l’allongement de la durée de vie et de l’augmentation des frais continus engendrés par la population vieillissante – deux facteurs qui diminueront ou absorberont les sommes reçues en héritage pour de nombreuses personnes.

La Banque du Canada émet également une mise en garde dans son dernier bilan de l’état financier du pays. Selon elle, les acheteurs et les prêteurs ne peuvent pas s’attendre à ce que la hausse du prix de l’immobilier se poursuive au rythme actuel. Elle affirme également que les risques qu’une correction marquée soit apportée sont bas, mais souligne que plusieurs des facteurs qui peuvent mener à une correction échappent au contrôle du Canada.