Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 11 juillet 2016

juil. 12, 2016, 09:26 by Maria Broekhof

Il semble qu’il sera un peu plus difficile de faire approuver les demandes de prêt hypothécaire imparfaites. 

Le Bureau du surintendant des institutions financières a averti les prêteurs canadiens sous réglementation fédérale de surveiller étroitement leurs processus d’approbation. 

L’autorité de réglementation du secteur financier d’Ottawa hausse ses exigences en matière de diligence, particulièrement lorsqu’il est question de la vérification du revenu – notamment des revenus de source étrangère – et de l’utilisation de garanties en remplacement de la vérification du revenu.

Selon le Bureau du surintendant des institutions financières, la persistance de la faiblesse des taux d’intérêt, le niveau record d’endettement des ménages et la hausse rapide du prix des maisons dans certaines régions du Canada (Grand Vancouver et Grand Toronto) pourraient occasionner des pertes sur prêt si la situation économique se détériore.

Le Bureau demande également aux prêteurs de ne pas évaluer la capacité à payer selon les taux d’intérêt actuels « exceptionnellement bas », même si l’emprunteur répond à l’exigence du ratio prêt-valeur de 65 %.  Le Bureau explique que les prêteurs doivent supposer que les taux d’intérêt pourraient être considérablement plus élevés lors du renouvellement et pour toute la période d’amortissement du prêt hypothécaire.