Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 15 août 2016

août 15, 2016, 13:48 by Maria Broekhof
Les prix des propriétés en juillet tirés de Teranet indiquent une augmentation de 2,0 % par rapport à juin, encore une fois stimulés par Toronto et Vancouver.  La mesure d’une année à l’autre indique une croissance de 10 %.

Les marchés qui étaient censés afficher de mauvais résultats en raison des faibles prix du pétrole ont été étonnamment résilients.  Le marché d’Edmonton est resté stable et celui de Calgary a seulement baissé de 0,1 %.  Par contre, les autres secteurs de l’économie pétrolière subissent possiblement les répercussions.  

L’agence d’évaluation du crédit TransUnion fait état d’une hausse de 15 % par rapport à l’an dernier des arriérés non hypothécaires de plus de 90 jours en Alberta au T2. Il s’agit d’une hausse importante, mais qui concerne seulement 3,1 % du total des prêts.  La moyenne nationale est de 2,7 %.  En moyenne, les Albertains ont des dettes non hypothécaires d’environ 27 600 $.

Les ventes et les prix des maisons existantes de MLS pour juillet seront publiées aujourd’hui.  On prévoit une baisse continuelle des ventes (environ 1,0 %) et un déclin de 7,5 % des prix d’une année à l’autre, ce qui exacerbe les préoccupations concernant une diminution de l’offre.