Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 22 août 2016

août 22, 2016, 13:38 by Maria Broekhof
Le gouvernement fédéral discute encore une fois de l’ajout de risque aux prêteurs en matière d’hypothèques.

En ce moment, Ottawa considère une franchise sur l’assurance hypothécaire.  La Société canadienne d’hypothèques et de logement assure en ce moment 60 % du marché hypothécaire au Canada, représentant 1,3 milliard de dollars.

L’idée devrait rencontrer une forte résistance de la part des prêteurs, en particulier des banques.  Toute idée de partage des risques, comme une franchise, ferait en sorte que les banques devraient stocker du capital afin de créer un coussin pour les portions assurées des hypothèques qu’elles possèdent.  

Le président de l’Association des banquiers canadiens, Terry Campbell, considère ce partage des risques comme « un changement structurel important » en ce qui concerne le fonctionnement du financement hypothécaire.  Il déclare : « Nous pensons que cela pourrait compliquer les choses et accroître le degré d’incertitude. »

Campbell semble laisser entendre que le partage des risques rendra les exigences hypothécaires plus strictes, ce qui pourrait laisser plus d’emprunteurs potentiels hors du marché.

Nul doute que l’emprunt hypothécaire coûterait plus cher.