Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 12 septembre 2016

sept. 12, 2016, 15:22 by Maria Broekhof
Les taux d’intérêt historiquement bas représentent la raison la plus souvent invoquée pour expliquer l’endettement record des ménages canadiens. Au cours des dernières semaines, il est devenu évident que rien ne laisse entrevoir une augmentation marquée des taux d’intérêt prochainement. La Banque du Canada, la Réserve fédérale américaine ainsi que la Banque centrale européenne ont toutes maintenu leurs taux inchangés.

D’ailleurs, rien n’indique que les salaires augmenteront considérablement. Le plus récent sondage mené par Mercer Canada indique une augmentation du salaire moyen au pays de seulement 2,3 % en 2017. Il s’agirait de la plus faible hausse des 20 ans d’historique du sondage. Ces conclusions soutiennent des inquiétudes que les hausses de coûts, surtout des coûts de logement, dépassent de loin la capacité de payer des gens.

Une autre étude menée récemment par l’Association canadienne de la paie ne fait qu’ajouter aux inquiétudes concernant la capacité de payer. Selon cette étude, près de la moitié des Canadiens auraient de la difficulté à payer leurs comptes si leur paye était déposée ne serait-ce qu’une semaine en retard, 40 % des Canadiens dépensent leur paye nette ou plus et près d’un quart des Canadiens ne disposent même pas de 2 000 $ en réserve en cas d’urgence au cours du mois à venir.