Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 21 novembre 2016

nov. 21, 2016, 14:11 by Maria Broekhof
Hausse des rendements obligataires, augmentation des taux hypothécaires. Tout le monde blâme Trump.

Bien entendu, il y a des liens à faire, mais le président désigné n’a même pas encore fait son entrée à la Maison-Blanche. Il est donc trop tôt pour avancer de fiables prévisions économiques ou fiscales à propos de la présidence de Trump. Jetons un coup d’œil au taux de la Réserve fédérale américaine. Avant l’élection, les analystes affirmaient qu’une victoire de Trump réduirait les probabilités d’une hausse de taux. Aujourd’hui, le marché est sûr à environ 95 % que les taux augmenteront en décembre.

Bien sûr, tout ce qui se passe aux États-Unis a une influence ici au Canada, mais certains événements auront un effet beaucoup plus direct. Le plus récent événement a été commenté par Evan Siddall, premier dirigeant de la SCHL. Dans un discours prononcé devant un groupe à la Banque d’Angleterre, il a laissé entendre que le moment était venu d’augmenter la mise de fonds exigée des acheteurs de maisons. 

Le PDG de la SCHL a centré ses commentaires sur les préoccupations persistantes quant au ratio d’endettement qui atteint un sommet historique d’environ 168 % au Canada actuellement. Siddall se demande si les gouvernements n’ont pas rendu l’accession à la propriété trop facile et trop lucrative. 

« […] c’est peut-être bête étant donné que la demande additionnelle ne fait que gonfler le prix des maisons : les avantages de la politique, ce sont les vendeurs de maison nantis qui en profitent plutôt que les jeunes premiers acheteurs que la politique est censée aider », a-t-il dit.

Siddall a aussi dénoncé l’actuelle exonération d’impôt du gain en capital réalisé à la vente de la résidence principale et a réitéré l’importance que les prêteurs assument une plus grande part du risque lié à l’assurance hypothécaire.


Quelles sont les craintes du premier dirigeant de la SCHL quant à une possible hausse des mises de fonds minimales exigées? Lisez le commentaire sur le marché des hypothèques résidentielles de cette semaine pour les connaître.