Vous tenir informés : information sur la COVID-19 pour les clients résidentiels et les emprunteurs commerciaux
╲╱

Notre centre d’appel résidentiel connaît des temps d’attente plus longs que la normale.

Si vous êtes client résidentiel, éprouvez des difficultés financières liées à la COVID-19 et avez besoin d’aide pour effectuer vos paiements, veuillez soumettre une demande d’aide financière par l’intermédiaire de Mon Hypothèque.

Si vous êtes un emprunteur commercial qui vit des difficultés financières en raison de la COVID-19, veuillez écrire à notre équipe de paiements à l’adresse commercial.payments@firstnational.ca.

Soyez assurés que nous nous engageons à répondre à tous ceux qui ont communiqué avec nous.

Votre patience est appréciée, et nous vous remercions de votre compréhension.

Fermer

Commentaire sur Les Prêts Hypothécaires Résidentiels pour la semaine du 16 janvier 2017

janv. 16, 2017, 14:52 by Maria Broekhof
On s’attend à ce que la banque familiale tenue par maman et papa soit encore une fois cette année mise grandement à contribution dans le marché de l’habitation. Une nouvelle enquête menée par un populaire site Web canadien voué aux prêts et aux hypothèques suggère que plus d’un tiers (environ 37 %) des premiers acheteurs ont eu besoin de l’aide de leurs parents pour accéder à la propriété.

Fait intéressant, ce ne sont pas dans les marchés les plus chers où l’aide familiale a atteint des sommets. Le Québec s’est classé en tête de liste, où quelque 45 % des premiers acheteurs ont obtenu de l’aide de leurs parents. Le même pourcentage (45 %) ont versé une mise de fonds de 20 % ou plus, tandis que seulement 9 % ont versé la mise de fonds minimale de 5 %.

Du côté des marchés coûteux, par exemple en Colombie-Britannique, 42 % des premiers acheteurs ont obtenu de l’aide de la famille. Quarante-cinq pourcent ont versé une mise de fonds de 20 % ou plus et 13 % ont effectué la mise de fonds minimale de 5 %. En Ontario, 35 % des premiers acheteurs ont fait appel à la banque familiale, 38 % ont avancé une mise de fonds de 20 % ou plus et 21 % se sont contentés du minimum de 5 %.

Dans les Prairies, une moyenne de 35 % des premiers acheteurs ont obtenu de l’aide de leurs parents, tandis que 24 % ont versé une mise de fonds de 20 % ou plus et 39 % n’ont pu appliqué que le minimum de 5 % à leur achat.

C’est en Atlantique où l’aide de la famille a été la moins sollicitée (seulement 18 % des premiers acheteurs). Dix-huit pourcentage des premiers acheteurs ont versé une mise de fonds de 20 % ou plus et 41 % ont versé le minimum.