Ressources et observations

Des perspectives originales et des points de vue personnels sur les développements et les tendances dans l'industrie.

Un survol des mouvements des rendements obligatoires, de l’annonce de la Fed et d’autres nouvelles de la semaine

juin 21, 2019
Mise à jour sur les marchés de capitaux
Jason Ellis, chef de l’exploitation

Bonjour,

Avant de discuter d’affaires courantes, je vais répondre à du courrier des lecteurs. Mikail Alcott, adepte de germes de pommes de terre et coach de tricot pose cette question : « Comme gars de la trésorerie, comment abordez-vous une journée type? »

Pensez grand, pensez positif et ne montrez aucun signe de faiblesse. Visez toujours la jugulaire. Achetez à bas prix, vendez à prix fort. La peur? C’est le problème de l’autre. C’est soit tuer soit se faire tuer. Ne faites pas d’amis dans les tranchées et ne faites pas de prisonniers. À un moment, vous avez gagné un demi-million dans le marché du soja, puis le moment suivant, boom, vous n'avez plus les moyens d'envoyer vos enfants à l'université et la banque saisit votre Bentley.

La base

Ce fut une semaine volatile. Les marchés doivent composer avec de solides données canadiennes et un ton plutôt consensuel du côté de la Réserve fédérale américaine.

Les obligations du GdC de 5 ans se négocient à 1,37 %. Les rendements ont baissé jusqu’à 1,28 % mardi (dans la foulée du discours consensuel de la Banque centrale européenne et de la fatigue suivant le défilé des Raptors) et ont monté jusqu’à 1,40 % mercredi (à la suite de l’annonce de solides données sur l’inflation).

Les obligations du GdC de 10 ans se négocient actuellement à 1,48 %, après avoir atteint un creux de 1,38 % mardi matin suivi d’un sommet de 1,49 % plus tard dans la journée de mardi.

Malgré le fait que nous terminons la semaine avec de faibles rendements, je veux néanmoins vous rappeler que, il y quelques mois à peine, à la fois les obligations de 5 ans et de 10 ans affichaient des rendements d’environ 50 points de base plus d’élevés, soit de 1,90 % et de 2,00 % respectivement. 

Inflation

Mercredi matin, des rapports ont indiqué que l’inflation s’était accélérée au Canada en mai, car l’indice des prix à la consommation – ou l’IPC – sur douze mois s’établissait à 2,4 % par rapport à 2,0 % le mois précédent et à une prévision médiane des économistes de 2,1 %. L’inflation de base, soit la mesure la plus observée par les décideurs, a augmenté pour atteindre 2,1 %, son niveau le plus élevé depuis février 2012. L’inflation de base permet à la Banque du Canada de faire fi de variations temporaires de l’IPC total pour plutôt se concentrer sur la tendance sous-jacente. De façon prévisible, il y a eu liquidation d’obligations et les rendements ont augmenté d’environ 7 points de base à la suite en réaction à la nouvelle.

Politique monétaire

Mercredi, plus tard en après-midi, le FOMC (Federal Open Market Committee) a tenu une séance ordinaire de sa réunion d’élaboration de politiques. La Fed a maintenu ses taux, ce à quoi la plupart des observateurs s’attendaient, mais a toutefois haussé la probabilité de jusqu’à deux baisses potentielles de taux plus tard cette année. L’incertitude sur fond de tensions commerciales qui s’intensifient et une inflation contenue aux États-Unis rendent les baisses plausibles, voire probables. Le ton global des déclarations faites par la Fed a été jugé suffisamment consensuel pour plus que renverser la progression antérieure menée par l’inflation, et les rendements obligataires ont rapidement perdu 8-9 points de base.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 1,75 % depuis octobre 2018 et les opinions sont mitigées quant à ce que la Banque fera cette année. Le rapport sur l’inflation de mercredi (et des données sur l’emploi qui demeurent solides) pourrait aider la Banque à résister à la tentation d’adopter le même ton consensuel que la Réserve fédérale.

Pour nos lecteurs plus récents, lorsque des responsables des politiques monétaires se montrent consensuels, cela signifie qu’ils prônent une politique plus souple ou accommodante parce qu’ils cherchent habituellement à stimuler l’économie. Plus souvent qu’autrement, cela se fait en baissant les taux d’intérêt. Lorsque le gars de la trésorerie se montre consensuel, cela signifie qu’il prône la commande d’une nouvelle rondes de consommations pour stimuler la conversation.

Titrisation

Le lundi 10 juin, dans la foulée de l’émission de TH LNH par Merrill le vendredi précédent, la Banque Laurentienne a procédé à une émission de 340 millions de dollars de prêts hypothécaires résidentiels destinés au marché des unifamiliales au taux de GdC +52. Les écarts de TH résidentiels de 5 ans ont été plutôt stables et les émissions se négocient dans la plage de +48 à +53 depuis les 18 derniers mois.

Le 13 juin, la Fiducie du Canada pour l’habitation a procédé à une émission d’OHC de 5 ans. La réouverture de l’émission de 5,5 milliards de dollars venant à échéance en juin 2024 était assortie d’un taux de GdC +33,5 par rapport à GdC +36,5 au moment de l’émission initiale de l’obligation en mars dernier.

Le 14 juin, RBC a procédé à une huitième émission de TACHC de Real Estate Asset Liquidity Trust (« REAL-T ») depuis son marché sur le marché en 2014. L’émission de 446 millions de dollars en certificats de paiement séquentiel comprenant des billets triple A de 3,5 ans (pour 185 millions de dollars) et de 8,2 ans (pour 202 millions de dollars) avec un soutien au crédit de 13 % sous la forme de certificats subordonnés. Les billets triple A ont été émis à des écarts de +107 et de +162 respectivement. Un solide appui de la part des investisseurs a permis d’établir le prix à l’intérieur de la plage initiale. Les écarts sont comparables à ceux de la plus récente émission de REAL-T en juillet 2018.

Mercredi, RBC a procédé à l’émission de 750 millions de dollars d’obligations sécurisées à taux variable de 3 ans. Il s’agit de la septième émission d’obligations sécurisées par RBC dans le marché canadien, mais de la première depuis 2016. (La plupart des émissions d’obligations sécurisées ont lieu en Europe.) L’émission a été majorée à 1,25 milliard de dollars en raison d’une forte demande et son prix a été fixé au taux CDOR +14.

Matières premières

Passons maintenant en revue ce qui se passe du côté des matières premières. Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) a augmenté après que l’Iran a abattu un drone américain cette semaine. Cela suit les récentes attaques contre des navires-citernes. Quelle époque qu’est la nôtre! Le baril de WTI se négocie actuellement autour de 57,15 $. C’est en baisse par rapport à 75 $ le baril en octobre dernier, mais néanmoins plus que les 27 $ de février 2016. Ça demeure relativement bon marché quand on sait qu’un baril de Mountain Dew vous coûterait 158 $.

Le cours de l’or s’est aussi apprécié considérablement ce mois-ci et le métal jaune se négocie actuellement à un sommet des cinq dernières années, soit 1 397 $ l’once, car les investisseurs se tournent vers l’or (et les munitions) pour se protéger d’un horizon économique assombri.

Autres nouvelles

Une cour de l’Union européenne a statué que le motif à trois rayures d’Adidas n’a aucun « caractère distinctif » et a donc déclaré la marque de commerce nulle. C’est dommage. J’envisageais de protéger ma nouvelle gamme de vêtements Gars de la trésorerie par une marque de commerce prenant la forme d’un simple cercle. La décision que trois rayures parallèles – espacées également et de largeur égale – constituent un motif générique est probablement ce qui me nuit le plus. Je suppose que à la leçon à en tirer ici est que vous avez intérêt à opter pour des logos suffisamment complexes. Je vais peut-être solliciter l’aide de professionnels en la matière.

Mercredi, notre cofondateur et chef de la direction, Stephen Smith, a été admis au Temple de la renommée de l’entreprise canadienne. Y a aussi été admis Claude Lamoureux, mieux connu pour son rôle de PDG du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario. Claude a terminé son discours en offrant un simple conseil que j’aimerais vous partager. « Lorsque vous devez prendre une décision d’affaires difficile, optez pour la voix qui vous aidera à bien dormir plutôt que celle qui vous aidera à bien vous nourrir. »

Sur cela, j’aimerais enchaîner avec mon propre conseil. Si c’est la fin de semaine, prenez alors la décision qui vous aidera à bien vous abreuver. Une bonne boisson fraîche, c’est tellement bon!

Salutations!

Le gars de la trésorerie

 

 

Notre équipe

Communiquez avec un de nos experts dès aujourd'hui