Commentaire sur les marchés – 18 mars 2016

18 mars 2016

Bon matin.

Au moment où j’écris ces lignes, les rendements des obligations du GdC sur cinq ans et sur dix ans s’établissent à 0,72 % et à 1,30 % respectivement, soit quelque huit points de base de moins que vendredi matin dernier. Voyons voir ce qui est arrivé cette semaine, si vous le voulez bien?

Mardi, la Fiducie du Canada pour l’habitation (la « FCH ») a fixé le taux de la nouvelle obligation hypothécaire du Canada venant à échéance en juin 2021 à 1,25 %. Après le lancement de l’émission à 50+ GdC lundi, l’émission a fini par sortir à 52+ GdC. Tout s’est bien passé et les écarts devraient recommencer à se resserrer progressivement. Les OHC demeurent des « aubaines » et les investisseurs devraient s’en accaparer. En règle générale, les écarts de taux de premier ordre continuent de s’améliorer.

Parlant d’écarts, les sociétés de placement immobilier Allied Properties et H&R ont toutes deux annoncé cette semaine des crédits bancaires non garantis sur cinq ans à des prix bien supérieurs à ceux des obligations non garanties. Les investisseurs à revenu fixe auraient intérêt d’acheter, car les émissions diminueront à l’avenir.

Aussi mardi, il a été annoncé que les ventes manufacturières avaient augmenté de 2,3 % en janvier et dépassé le cap des 53 milliards de dollars – leur plus haut niveau historique selon Statistique Canada. Cette annonce a dépassé les attentes des économistes. Cette hausse s’explique en bonne partie par l’augmentation des ventes de pièces automobiles. Quant aux dernières nouvelles, les ventes des détaillants canadiens, annoncées ce matin, ont augmenté à leur rythme le plus rapide en près de six ans. Les ventes de janvier 2016 étaient en hausse de 2,1 % par rapport à décembre 2015. Les experts s’attendaient à une hausse de 0,6 %. Les rendements obligatoires ont gagné quelques points de base à la suite de l’annonce. (Rappelez-vous que de solides ventes au détail peuvent stimuler l’inflation, ce qui rend les banquiers centraux « agressifs » et plus enclins à hausser les taux.)

Bien entendu, le principal événement de la semaine a été la réunion et l’annonce du FOMC mercredi. Le FOMC (ou la « Fed ») est le Federal Open Market Committee. Le FOMC a maintenu ses taux inchangés (0,25 %-0,50 %) tel que prévu. Il demeure préoccupé par les développements économiques mondiaux et adoptera donc une approche plus prudente au cours des prochains mois. Le sommaire des projections économiques (ou « Dot Plot ») a révélé des médianes plus faibles pour les taux directeurs futurs. Le sommaire indique maintenant un resserrement de seulement 50 points de base en 2016, par rapport à une prévision de 100 points de base en décembre. Quant à la croissance du PIB, les projections des médianes pour 2016 et 2017 ont également été resserrées. La politique demeurera probablement en suspens jusqu’en juin au moins. Il faudrait probablement une atténuation des incertitudes concernant l’économie mondiale ou une augmentation du nombre d’emplois et de l’inflation de base pour préparer le terrain à la prochaine hausse de taux.

Le dollar canadien a gagné plus de 2 cents après l’annonce. Par conséquent, le taux de change par rapport au dollar américain a chuté de 1,335 à 1,3125. De plus, les actions canadiennes ont gagné en valeur étant donné que les producteurs de matières premières ont réalisé des gains sur les marchés du pétrole brut et de l’or. Au même moment, les perspectives d’une baisse de taux aux États-Unis ont eu pour effet de plomber le dollar américain, ce qui a eu l’effet opposé sur les prix des ressources. Le pétrole se transige maintenant à plus de 40 $ le baril. À titre comparatif, un baril de sirop d’érable se vend 2 250 $. Sérieusement... En janvier, l’indice S&P de la Bourse de Toronto (TSX) a bondi de 14 % par rapport à un creux de 30 mois, ce qui a fait de la Bourse de Toronto un des marchés les plus rentables sur la planète cette année.

Enfin, les économistes s’attendent à une forte chute de la productivité au cours des deux prochaines semaines, alors que des millions de « fainéants » seront mobilisés par la Folie de Mars, ce tournoi annuel de basket-ball de la NCAA. Voici un fait amusant. Vous avez une 1 chance sur 9 223 372 036 854 854 775 808 (pratiquement 1 sur 1 quintillion) d’avoir un tableau de tournoi parfait. J’ai réussi à deux reprises. J’ai également inventé le point d’interrogation.

Passez une excellente fin de semaine et que les soubresauts soient toujours en votre faveur.

Jason Ellis
Directeur général, Marchés de capitaux