Commentaire sur les marchés – 22 janvier 2016

22 janv. 2016

Bonjour,

La grosse nouvelle cette semaine a été la décision de la Banque du Canada de maintenir son taux de référence inchangé à 0,50 % mercredi. Menant à la réunion, la probabilité d’une réduction de taux était d’un peu plus de 50 %. Une perception populaire est que la Banque considère que les risques d’une devise encore plus faible et d’un accroissement de l’endettement des ménages l’emportent sur les avantages d’une politique plus accommodante. La Banque se réunit de nouveau le 9 mars, et la probabilité implicite d’une baisse de taux est d’environ 16 %.

La Banque a aussi publié son Rapport sur la politique monétaire trimestriel mercredi. La prévision de croissance du PIB pour 2016 a été réduite de 2,0 % à 1,4 %, principalement en raison du recul brutal des prix des matières premières. (Le pétrole s’est transigé à moins de 27 $ le baril cette semaine.) Ce type d’ajustement à la croissance aurait pu normalement déclencher une baisse de taux d’intérêt, mais la Banque a fait valoir l’attente des impacts de mesures de relance (nous attendons de connaître les détails du premier budget fédéral du gouvernement Trudeau) ainsi que la dépréciation accélérée du huard au cours des dernières semaines. En bref, la relance se fait attendre.

Au cours des minutes précédant l’annonce de la Banque, le rendement des obligations repères du GdC de cinq ans (0,75 %, mars 2021) était en baisse de cinq points de base et s’établissait à 0,52 %, un nouveau creux. Après l’annonce, il y a eu une vente massive d’obligations et les rendements ont gagné dix points de base pour atteindre 0,62 %. (Rappelez-vous que les rendements augmentent lorsque les cours baissent.) Les ventes se sont poursuivies jeudi ainsi que vendredi matin. Depuis mercredi matin, les rendements sur cinq ans ont repris 25 points de base et s’établissent maintenant à 0,77 %.

À part la rencontre de la Banque du Canada, l’événement le plus remarquable mercredi (du moins aux yeux du gars de la trésorerie que je suis) fut l’émission de titres hypothécaires en vertu de la Loi nationale sur l’habitation par Bank of America Merrill Lynch (« BAML ») malgré une des journées en bourse les plus hostiles depuis longtemps. À mesure que les marchés mondiaux s’effondraient et que les écarts de taux, y compris pour les obligations provinciales, s’élargissaient, BAML a eu l’audace de procéder à l’émission de titres de cinq ans d’une valeur totale de 475 millions de dollars. Fait remarquable, l’émission a été bien accueille et a même été sursouscrite. Inconcevable!

Avant de conclure, permettez-moi de revenir sur la situation qui prévalait dans le marché il y a un an, juste après que la Banque du Canada avait pris tout le monde de court, le 21 janvier 2015, en réduisant son taux de 25 points de base. Revenons sur les hauts et les bas en cours de route :

 

2016-01-22

Maximum

Minimum

2016-01-22

GdC, 5 ans

0.85%

1,13%

0,52%

0,76%

GdC, 10 ans

1,42%

1,90%

1,15%

1,32%

Pétrole

46,31$

61,43$

26,55$

31,08$

Écarts des billets de dépôt de la Banque, 5 ans

100

145

90

145

Enfin, un important rappel : lundi est la journée Robbie Burns. La journée sera célébrée partout sur la planète. Au menu, un souper de Burns avec le légendaire haggis accompagné de purée de panais (neeps) et de purée de pommes de terre (tatties).

Lang may yer lum reek!

Jason Ellis
Directeur général, Marchés de capitaux