Commentaire sur les marchés – 10 juin 2016

10 juin 2016

Bonjour,

Les données canadiennes sur l’emploi ont fait la manchette ce matin. La variation nette a été plus forte que prévue (+13 800 emplois créés contre une prévision de +1 800). Les détails sont favorables : d’importants gains au chapitre des emplois à temps plein et salariés, ce qui pousse l’augmentation au détriment de ceux qui se disent travailleurs autonomes. Une légère hausse du taux de chômage, de 7,1 % à 7,2 %, était prévue, mais il a plutôt baissé à 6,9 %, en partie en raison d’un taux de participation plus faible.

Les cours obligataires ont légèrement fléchi à la suite de la publication des données, mais le thème « sans risque » de la semaine se poursuit ce matin. Ce matin, les rendements ont perdu de 3 à 4 points de base malgré la publication de données sur l’emploi plus positives que prévu et le fait que les écarts des OHC et des obligations provinciales se sont élargis de plusieurs points de base entre le début et la fin de la semaine. Une nouvelle émission d’OHC sur cinq ans prévue la semaine prochaine (réouverture de l’émission de 5 milliards de dollars portant intérêts à 1,25 % et arrivant à échéance en juin 2021) ainsi que les rumeurs de nouvelles émissions d’obligations provinciales pèsent sur le marché.

Les rendements des obligations du Canada sur cinq ans s’établissent maintenant sous 0,60 % et, malgré une progression impressionnante (de 30 points de base depuis la fin d’avril), l’aplanissement de la courbe des taux s’avère tout aussi impressionnant. L’écart entre les obligations sur 2 ans et sur 5 ans est maintenant tout juste sous les 10 points de base (0,49 % c. 0,59 %) par rapport à 24 points de base à la fin d’avril (0,69 % c. 0,93 %). Qu’est-ce que cela veut dire? Le marché s’attend à une politique monétaire neutre dans un avenir prévisible. Les contrats à terme sur taux d’intérêt confirment cette conclusion jusqu’à nouvel ordre. La probabilité que la la Banque du Canada annonce une hausse du taux directeur lors de sa réunion du 13 juillet est pratiquement nulle. Le taux directeur demeure dicté par les swaps indexés sur le taux à un jour.

Le rapport décevant sur la création d’emplois non agricoles aux États-Unis en mai et les commentaires assez équilibrés formulés par la présidente de la Fed, Janet Yellen, devraient aussi exercer un contrôle sur les taux aux États-Unis à court terme. Le rapport sur l’emploi ne nous permet pas d’éliminer la possibilité d’une hausse de taux d’ici la fin de 2016, mais la récente volatilité des données prône une approche prudente et progressive. La Fed se réunit la semaine prochaine, soit le 15 juin. La probabilité d’une hausse, fournie par les fonds fédéraux, est de 0 %.

Hier, la Banque du Canada a rendue publique sa Revue du système financier dans laquelle elle affirme que le risque global auquel s’expose le système financier demeure sensiblement inchangé. Cependant, la Banque a fait valoir que les ménages sont encore plus vulnérables qu’ils l’étaient et a servi une mise en garde aux emprunteurs contre une prise de décisions basée sur l’extrapolation des taux de croissance des prix de l’immobilier à Toronto et à Vancouver. Pas vrai…?

Parlant de croissance des prix, beaucoup de gens commencent à me poser des questions sur le cours de l’action de First National. Pour vous mettre en contexte, sachez que l’action de FN a terminé la journée d’hier à un nouveau sommet historique de 32,39 $. C’est une augmentation de 40 % depuis le début de l’année. Un bon premier trimestre et une hausse de 0,15 $ par dividende ont certainement contribué à cette situation. Sinon, tout ce que je peux vous dire est que les acheteurs semblent plus nombreux que les vendeurs. À ce rythme, Stephen risque d’acheter la Banque royale et Moray pourrait se porter acquéreur de la France.

Parlant de Stephen et de Moray, voici mon fait amusant du jour. La probabilité de remporter le gros lot de la Loto 6-49 est d’environ 1 chance sur 14 millions. Mais ne vous en faites pas. Si vous ne gagnez pas à la loterie, vous avez une chance réelle sur 7 millions de devenir milliardaire. Alors vous avez un net avantage!

Passez un bon week-end.

Le gars de la trésorerie,

Jason Ellis, directeur général, Marchés de capitaux