Commentaire sur les marchés - 9 septembre 2016

9 sept. 2016

Bon matin!

Ce matin, les marchés ont porté leur attention sur la publication des données canadiennes de l’emploi à 8 h 30. L’économie a créé 26 000 emplois (par rapport aux 14 000 prévus), mais le taux de chômage a néanmoins grimpé légèrement, de 6,9 % à 7,0 %. La composition des nouveaux emplois est positive, étant donné un penchant vers les emplois à temps plein, mais d’autres indicateurs comme le nombre d’heures travaillées et la croissance des salaires sont moins reluisants. Globalement, il n’a pas grand-chose à se réjouir. Les rendements obligatoires ont gagné quelques points de base : sur 5 ans, on parle de 0,69 %; sur 10 ans, attendez-vous à environ 1,12 %. Ces données sont pratiquement inchangées par rapport à la semaine dernière.

Sur le plan des banques centrales, au terme de la réunion de la Banque du Canada mercredi, le taux cible du financement à un jour est demeuré inchangé, à 0,50 %, conformément à toutes les attentes. Cependant, dans ses observations connexes, la Banque a reconnu que la croissance des exportations avait ralenti et que l’environnement demeurait incertain pour ce qui est des investissements commerciaux. La Banque a aussi souligné que les risques pesant sur l’inflation avaient quelque peu baissé (les marchés se font donc CONCILIANTS). Dans l’ensemble, la déclaration s’est avérée plus conciliante que prévu. Par conséquent, le taux de change US/CA a augmenté brusquement et les taux ont baissé (les obligations ont repris de la force).

Également cette semaine, la Banque centrale européenne (la « BCE ») a déçu les marchés en maintenant son taux de refinancement de référence à 0 % sans modifier son plan d’achat d’obligations de 1000 milliards d’euros. Les investisseurs espéraient que la BCE annonce un prolongement de son programme d’assouplissement quantitatif.

Parlant d’assouplissement quantitatif, un article publié aujourd’hui dans le Wall Street Journal nous informe que la Banque du Japon achète actuellement plus de 750 milliards de dollars de dettes gouvernementales par année pour tenter de stimuler l’inflation et la croissance. À un tel rythme, des analystes avancent la possibilité d’un manque de dette publique d’ici les 18 prochains mois. Quelqu’un peut-il me fournir le numéro de téléphone du Japon? Ici nous avons beaucoup d’OHC et de TH LNH qui sont garantis par le gouvernement du Canada ET par Sa Majesté la Reine à des prix qu’ils ne croiront pas. Commandez dès maintenant et nous inclurons un ensemble de couteaux Ginsu! Frais d’expédition et de manutention en sus.

Parlant de TH LNH, Bank of America/Merrill Lynch a procédé hier à une émission de 1,5 milliard de dollars de TH LNH sur 5 ans. L’émission était proposée à un cours initial de 500 $, mais la forte demande a permis de l’augmenter à 750 $ avec un écart de GdC+88, pour une concession de nouvelle émission d’environ 3 points de base. Sur le marché secondaire, ces obligations s’échangeaient à +85. Bien que nous puissions qualifier cette émission de succès, il convient de souligner que la RBC a émis pour 1,75 milliard de dollars de billets de dépôt sur 5 ans mercredi à GdC+96. C’est digne de mention, car les écarts entre les TH et les billets de dépôt ne s’établissaient qu’à environ 10 points de base par rapport aux 20-25 points de base habituels. Les investisseurs privilégient les liquidités au crédit et sont prêts à comprimer les écarts entre les billets de dépôt et les TH pour mettre la main sur des liquités. Allant de l’avant, il est à espérer que cette compression des écarts rende la valeur relative des TH trop élevée à résister.

Dans d’autres nouvelles de titrisation, de nouvelles obligations hypothécaires du Canada sur 5 ans, venant à échéance en décembre 2021, seront émises la semaine prochaine. Nous gardons aussi l’œil ouvert pour une nouvelle transaction de TACHC attendue de la RBC d’ici la fin du mois. Restez à l’affût pour connaître les détails.

Enfin, le Festival international du film de Toronto, le « TIFF », est de retour. N’étant dépassé que par le Festival de Cannes en termes de glamour et de stars, le TIFF est aujourd’hui un des événements les plus prestigieux du calendrier social de l’industrie cinématographique. Tout ce que j’en sais, c’est qu’ils ont fermé l’accès à mon aire de stationnement de motocyclettes préférée. C’est intolérable, et le gars de la trésorerie n’est pas de bonne humeur. Si ce n’était que de moi, ils regarderaient leurs documentaires de 8 heures sur l’élevage d’animaux en Ouzbékistan ailleurs.

Passez un bon week-end.

Le gars de la trésorerie, Sa Majesté la Trésorerie ou El Tresurino, si vous n’êtes pas un adepte de brièveté.

Jason Ellis, directeur général, marchés financiers