Commentaire sur les marchés

6 janv. 2017

Bonne année!

J’ai l’impression qu’il y a déjà un bon moment que j’ai publié mon dernier billet. J’ai pensé à inclure dans mes résolutions d’être plus dévoué à ce blogue, mais je n’ai jamais vraiment adopté les rituels païens comme les résolutions. En plus, il s’agit de bénévolat.

J’imagine qu’à ce moment de l’année on pourrait s’attendre à un texte intitulé « Rétrospective de l’année » ou « Les plus grandes tendances de 2017 », mais ces deux sujets nécessitent beaucoup d’effort, de recherche et de connaissance. Pour être franc, c’est vendredi matin et je dispose d’environ 30 minutes avant l’heure de tombée. J’ai bien peur que vous n’ayez droit aux inepties usuelles de dernière minute auxquelles vous êtes habitués.

Ceci étant dit, je peux au moins vous dresser un portrait « avant et après » à l’aide de quelques données financières de base pour vous rafraîchir la mémoire sur notre point de départ en 2016 et le comparer à notre point d’arrivée. Je vais même y ajouter mes prédictions pour la fin de 2017. Sachez cependant que ces prédictions ne sont appuyées par aucun effort, recherche, triangulation, interpolation ou extrapolation et ne constituent que des hypothèses. Je ne détiens aucun diplôme en économie et il y a longtemps que j’ai oublié tout ce que j’ai appris pendant mes études pour obtenir mon titre CFA. Néanmoins, au cas où par hasard mes prédictions s’avéreraient quelque peu exactes, je vais commencer à exiger des frais d’abonnement pour ce billet.

 

31 décembre
2015

30 juin
2016

31 décembre
2016

31 décembre
2017

Taux de rendement des obligations du gouvernement du Canada sur 5ans

0,73%

0,57%

1,11%

1,50%

Taux de rendement des obligations du gouvernement du Canada sur 10ans

1,40%

1,06%

1,72%

2,00%

Écarts TH LNH de 5ans

+96

+86

+76

+65

Écarts des billets de dépôt de premier rang de 5ans des banques de l’annexe1

+135

+115

+92

+95

Pétrole (US$ WTI)

37,04$

48,33$

53,72$

65,00$

Revenons vers le présent, les données sur le marché de l’emploi au Canada et les emplois non agricoles aux États-Unis ont été publiées ce matin. La variation nette de l’emploi au Canada a été surprenante avec une augmentation de 53 700 emplois comparativement à une diminution attendue de 2 500 emplois. Fait encore plus étonnant, les employeurs ont créé plus de 81 000 emplois à temps plein tout en éliminant 27 000 emplois à temps partiel. Comme on pouvait s’y attendre, les rendements des obligations ont sauté (les prix ont diminué) sur la nouvelle. Les obligations de cinq ans du Canada ont augmenté de 8 points de base et s’établissent à 1,12 %. Les obligations de dix ans du Canada ont également augmenté de 8 points de base et s’établissent à 1,72 %.

Aux États-Unis, 156 000 emplois non agricoles ont été créés en décembre comparativement à une prévision de 178 000, le taux de chômage se maintient à 4,7 %. Plus important encore, on note une forte hausse des revenus. Le salaire horaire a bondi de 0,10 $, pour s’établir à 26 $, ce qui représente une augmentation annualisée de 2,9 %. Les rendements des obligations américains ont également bondi sur la nouvelle et ont augmenté de 7 à 8 points de base.

N’oubliez pas... des nouvelles économiques positives peuvent rendre une banque centrale « agressive », ce qui peut signifier des taux plus élevés (prix des obligations plus bas) pour contenir les risques d’inflation. C’est la théorie qui circule... ils ont fait des études. Dans 60 % des cas, ça fait effet à 100 %! La prochaine réunion de la Banque du Canada aura lieu le 18 janvier et le taux du financement à un jour devrait rester à 0,50 %. Quant aux membres de la Réserve fédérale américaine, ils se réuniront le 1er février et la probabilité d’une autre hausse de 0,25 % est 12 %.

La variation des taux ce matin inverse la tendance à la baisse des dernières séances. En effet, les rendements ont perdu jusqu’à 15 points de base depuis Noël, alors que le marché a commencé à réagir aux spéculations excessives basées sur la présidence de Trump. 

Au chapitre des nouvelles locales importantes, l’amphithéâtre Molson de Toronto change de nom. Il deviendra cet été le Budweiser Stage. Personnellement, je pense que Trump y est pour quelque chose et je n’aime pas ça du tout. 

Au plaisir,

Le gars de la Trésorerie
Jason Ellis, Directeur général, Marchés financiers