Commentaire sur les marchés

20 janv. 2017

Bon matin.

Préparez-vous. Wikipédia le dit, alors ça doit être vrai. Le lundi 23 janvier sera le « lundi blues », soit la journée la plus déprimante de l’année. Une équation pseudo-scientifique, qui tient compte de variables comme le climat, l’endettement, le temps écoulé depuis Noël et le malaise général régnant dans l’air, est utilisée pour calculer cette date. En toute justice, Wikipédia mentionne aussi que la formule est largement considérée comme absurde dans les cercles scientifiques. Les scientifiques peuvent être de vrais trouble-fête.

Bien entendu, l’investiture de Donald Trump aujourd’hui contribuera sûrement à la spirale descendante de notre humeur collective que nous étions déjà condamnés à vivre ce week-end.

Nouvelles hypothécaires
Des assureurs hypothécaires, en commençant par la SCHL, ont augmenté cette semaine les primes exigées pour assurer les nouveaux prêts contractés pour l’achat d’une maison unifamiliale. Les hausses sont directement attribuables au nouveau dispositif réglementaire d’adéquation des fonds propres établi par le BSIF pour les assureurs. La SCHL explique que les modifications apportées protégeront la concurrence dans le secteur de l’assurance hypothécaire et contribueront à la stabilité financière. Le gars de la trésorerie n’en est pas convaincu. Les primes exigées pour assurer des prêts contractés pour l’achat d’habitations multifamiliales ne sont pas touchées.

Banque du Canada
Le conseil de la Banque du Canada s’est réuni mercredi et, comme il était largement anticipé, les taux demeurent inchangés. L’état de la situation financière et le RPM suggèrent que la BdC demeure prudemment optimiste et très consciente des risques attribuables à l’incertitude mondiale (facteur Trump), à l’atonie de l’économie canadienne (facteur Trump), aux divergences économiques par rapport aux États-Unis (facteur Trump) et au recul des rendements obligataires mondiaux (facteur Trump). Autrement dit, la possibilité d’une baisse de taux demeure sur la table et la Banque dispose d’une marge de manœuvre si jamais ces risques se matérialisent. À la suite de l’annonce, l’extrémité courte de la courbe a progressé (cours à la hausse, rendements à la baisse) et la courbe s’est accentuée. La prochaine réunion du conseil est prévue le 1er mars.

Taux
Parlant d’accentuation de la courbe, avez-vous remarqué dans quelle mesure la courbe s’est accentuée? À la fin d’août, l’écart entre les obligations de 5 ans et les obligations de 10 ans du gouvernement du Canada n’était que de 35 points de base (0,60 % c. 0,95 %). Aujourd’hui, l’écart s’établit à 62 points de base (1,13 % c. 1,75 %). Rien de vraiment surprenant là-dedans. La structure par échéance des taux d’intérêt à tout moment dans le temps reflète les attentes courantes du marché quant aux futurs taux d’intérêt à court terme. Autrement dit, à moins que les taux n’augmentent pas, ils finiront par augmenter. Cependant, s’ils restent bas, il est peu probable qu’ils augmentent. À moins qu’ils n’augmentent à plus long terme, ce qui ne peut arriver que s’ils ne restent pas bas. Cela devrait donc finir par arriver, mais ce ne sera que temporaire.

En ce moment, les obligations de 5 ans et de 10 ans se négocient autour de 1,13 % et 1,75 %, soit quelques points de base de plus qu’au même moment la semaine précédente.

Nouvelles économiques
Les ventes au détail et l’inflation se sont révélées plus faibles que prévu ce matin, ce qui laisse entendre que la reprise de l’économie canadienne est encore loin d’être chose faite. En décembre, l’IPC avait progressé de 1,5 % sur douze mois (par rapport à une prévision de 1,6 %) et les ventes au détail n’avaient augmenté que de 0,2 % (alors que la prévision était de 0,5 %). Cela fait environ deux ans que l’inflation ne dépasse pas la cible des 2,0 % fixée par la Banque du Canada. Les cours obligataires sont en hausse par rapport aux données subjectives et les rendements ont perdu quelques points de base depuis le début de la journée.

Écarts
En règle générale, les écarts de crédit continuent de se resserrer. Les investisseurs continuent d’accueillir la nouvelle offre avec enthousiasme. L’indice CDX de catégorie investissement, un indice de référence populaire pour les écarts de crédit, se négocie actuellement à environ +66 par rapport à +80 en novembre.

Fausse nouvelle
Pour terminer, en matière de fausse nouvelle, les chiens Bo et Sunny de la première famille quitteront la Maison-Blanche aujourd’hui, tout comme les autres membres de la famille Obama. En réponse à une question cherchant à savoir s’il aurait un animal de compagnie pendant son mandat, Donald Trump a répondu : « Bien sûr. Mes animaux de compagnie sont les meilleurs. Personne n’a de meilleurs animaux de compagnie que moi. J’apporte avec moi Napoléon, mon ligre domestiqué. C’est pas mal mon animal préféré. C’est un mélange de lion et de tigre, dressé pour ses talents de magicien. » Lorsqu’il s’est fait demander comment il comptait passer son week-end, il a répondu : « Je vais faire ce que j’ai envie de faire! » 

Restons calmes et poursuivons notre travail!

Le gars de la trésorerie
Jason Ellis, Directeur général, Marchés financiers