Commentaire sur les marchés

27 janv. 2017

Bonjour,

J’ai rédigé ce commentaire jeudi après-midi. Donc, si quelque chose d’absolument fou s’est produit vendredi matin, vous comprendrez que je n’en fais pas mention dans les lignes qui suivent.

Sur le plan des données économiques, ce fut une semaine plutôt sans événement. La volatilité ayant marqué la semaine est en bonne partie attribuable au Donald. Lundi, les taux ont chuté (de jusqu’à six points de base par rapport à la clôture vendredi dernier), mais ils ont par la suite lentement regrimpé pendant le reste de la semaine. À la fin de la journée de jeudi, les obligations de 5 ans et de 10 ans du GdC se négociaient à environ 1,17 % et 1,82 % respectivement, soit en hausse de 4 et de 7 points de base respectivement par rapport à vendredi dernier. La courbe continue de s’accentuer.

Les marchés d’actions se portent bien. En fait, l’indice industriel Dow Jones a atteint un sommet historique de plus de 20 000 points cette semaine. Il s’agit d’un record de tous les temps. L’indice composé S&P TSX est passé à un cheveu d’établir un nouveau record, mais s’établissait à 15 643 à la fermeture des marchés mercredi par rapport à 15 657 en septembre 2014. Au cas où vous vous posez la question, l’indice composite TSX a repris 140 % depuis les creux enregistrés en mars 2009. Cela représente une croissance annualisée de 11,8 %. Le gars de la trésorerie, rempli d’un sentiment de peur et d’aversion depuis la crise des liquidités, a emprunté un profil d’investisseur conservateur. Au lieu de doubler ma mise dans les marchés boursiers, je me contente du rendement de 0,10 % que me procure mon compte bancaire à « intérêt élevé ». Misère…

En matière de sociétés de placement immobilier, H&R a procédé cette semaine à une émission de 200 millions de dollars de billets de premier rang non garantis de 7 ans. DBRS a attribué la cote BBB (élevée) aux obligations, qui ont été vendues à GdC+194. Les profits générés serviront principalement à rembourser des billets arrivant à échéance au cours des prochains mois. Du côté de Dream Office REIT, la nouvelle est qu’au moins 12 immeubles de bureaux ont été vendus en Alberta. La société avait déjà annoncé son intention de vendre son portefeuille albertain de 890 millions de dollars en totalité ou en partie. À Calgary, on rapporte que plus de 20 % des locaux à bureaux sont inoccupés et le taux d’inoccupation devrait augmenter de 10 % à l’approche de l’achèvement de nouvelles constructions. Entre-temps, en Colombie-Britannique, Cadillac Fairview a accepté de vendre 50 % de son portefeuille de Vancouver au Régime de retraite de l’Ontario et à la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail. Les modalités de la transaction n’ont pas été rendues publiques. Parlant de la CSPAAT, le gars de la trésorerie accumule aujourd’hui 4 590 jours consécutifs sans accident avec arrêt de travail (abstraction faite d’un incident impliquant une feuille de papier en 2012).

Autres nouvelles
Le huard a rebondi depuis la réunion du conseil de la BdC la semaine dernière. Rappelons que le gouverneur Poloz avait laissé savoir qu’une baisse de taux demeurait une possibilité. Cette annonce avait provoqué la vente de dollars canadiens. Le dollar américain a atteint 1,3395 $CA vendredi dernier et s’échangeait à 1,305 $CA hier.

Le cours du pétrole a nettement progressé jeudi, clôturant en hausse d’un dollar à 53,75 $, dans la foulée optimiste de l’engagement des pays de l’OPEP et d’autres producteurs de réduire leur production. Le sommet annuel de 54,06 $ est dans la norme, tandis que le creux annuel de 26,21 $ a été atteint en février 2016.

Nouvelles alternatives
Tout en se portant à la défense des déclarations faites par le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, une des principales conseillères de Trump, Kellyanne Conway, a introduit un nouveau concept la fin de semaine dernière. Elle a qualifié les commentaires de Spicer de « faits alternatifs ». Parmi les affirmations carrément extravagantes de Spicer, notons que Donald Trump aurait incontestablement les plus grosses mains de tout président de l’histoire. Aussi, Ice Ice Baby et Under Pressure ont incontestablement des lignes de basse totalement différentes.

Enfin, un mot à tout le monde qui célèbre le Nouvel An chinois samedi, ou le festival du printemps si vous le préférez. C’est l’Année du coq en 2017. Pensons donc à une blague de coq.

Kung Hei Fat Choi ou Bonne Année!

Le gars de la trésorerie
Jason Ellis, Directeur général, Marchés financiers