La Société Financière First National annonce ses résultats du quatrième trimestre de 2016 et de l'année 2016

28 févr. 2017

Pour diffusion immédiate

Toronto (Ontario), le 28 février 2017 – La Société Financière First National (TSX : FN, TSX : FN.PR.A, TSX : FN.PR.B) (« la Société » ou « FFN ») a aujourd’hui dévoilé ses résultats financiers pour les périodes de trois et de douze mois ayant pris fin le 31 décembre 2016. La Société tire l’essentiel de ses revenus de Financière First National SEC (« FFNSEC » ou « First National »), sa filiale en propriété exclusive.

2016 en bref

  • Hausse de 6 % des prêts hypothécaires administrés (« PHA »), qui atteignent un sommet historique de 99,4 G$ (par rapport à 93,8 G$ au 31 décembre 2015)
  • Nouveaux prêts hypothécaires : 17,2 G$ (par rapport à 17,3 G$ en 2015) 
  • Augmentation de 15 % des revenus (1 G$ par rapport à 915,3 M$ en 2015) 
  • Revenu net de 201,8 M$ (3,28 $ par action ordinaire), en hausse de 84 % par rapport à 109,4 M$ (1,71 $ par action ordinaire) en 2015
  • BAIIA avant JVM(1) en hausse de 21 %, à 253,5 M$ (209,9 M$ en 2015

Quatrième trimestre en bref

  • Hausse des PHA de 3 % (taux annualisé) au cours du 4e trimestre de 2016
  • Nouvelles émissions de prêts hypothécaires totalisant 4,1 G$ comparativement à 4,2 G$ pour le 4e trimestre de 2015 
  • Hausse de 16 % des revenus à 290,7 M$ (contre 250 M$ en 2015)
  • Revenu net de 71,8 M$ (1,18 $ par action ordinaire), en hausse de 75 % par rapport à 41,1 M$ (0,66 $ par action ordinaire) en 2015
  • BAIIA avant JVM(1) en hausse de 11 %, à 61,1 M$, par rapport à 58,5 M$ il y a un an

Augmentation du dividende sur actions ordinaires

Le conseil d’administration de First National a aujourd’hui annoncé une augmentation du dividende sur actions ordinaires d’un équivalent annualisé de 1,85 $ l’action, ce qui représente 9 % de plus par rapport à l’actuel taux annualisé de 1,70 $ l’action. Cette augmentation sera applicable au prochain dividende versé le 17 avril 2017.

Commentaire de la direction

« First National a connu une très bonne année, grâce notamment aux solides contributions faites par les divisions des prêts résidentiels et des prêts commerciaux de la Société, tandis que nos opérations de prêt et de gestion pour des tiers ont livré des revenus et des gains records, affirme Stephen Smith, président du conseil d’administration et chef de la direction. Ces résultats démontrent la valeur ajoutée des avantages structurels de la Société comme prêteur non bancaire actif dans des marchés diversifiés et témoignent de la force de nos employés qui se dévouent quotidiennement à répondre aux besoins des emprunteurs de même que de nos courtiers hypothécaires partenaires et investisseurs. »

Pour 2016 dans son ensemble et le quatrième trimestre en particulier, les résultats ont bénéficié de gains réalisés sur des instruments financiers contrairement à des pertes encaissées sur ces mêmes instruments en 2015. L’incidence de ces gains et pertes est illiminée du calcul cu BAIIA avant JVM(1) – une mesure clé qu’utilise la direction de la Société pour évaluer le rendement et établir le ratio de distribution relatif aux dividendes sur actions ordinaires. L’augmentation marquée du BAIIA avant JVM(1) annuel s’explique par des gains plus élevés réalisés en matière de commissions de placement nettes et la croissance des activités de gestion de prêtset de titrisation. 

M. Smith fait valoir que la décision annoncée aujourd’hui d’augmenter le dividende sur actions ordinaires marque « la dixième fois en dix ans que First National augmente la distribution aux actionnaires depuis que la Société est cotée à la Bourse de Toronto (TSX). Cette plus récente augmentation du dividende est possible grâce au rendement réalisé à ce jour et repose sur les perspectives de la direction pour les années à venir. » 

Les émissions totales en 2016 se sont révélées conformes au solide rendement obtenu en 2015, malgré d’évidentes disparités régionales dans l’activité du marché.

« Tout au long de 2016, First National a dû composer avec les défis d’une réduction marquée de la demande dans les régions canadiennes productrices de pétrole et d’une intensification de la concurrence partout au pays, explique Moray Tawse, premier vice-président. Malgré une baisse marquée des volumes de prêts émis par notre bureau régional de Calgary, nous avons émis pour 12,4 milliards de nouveaux prêts hypothécaires pour habitations unifamiliales, ce qui est à 4 % près du niveau enregistré l’an dernier. Nous considérons donc qu’il s’agit d’un résultat très positif. Cette année, la part du lion de la croissance provient du secteur commercial, où les nouveaux prêts émis ont totalisé 4,8 G$ (9 % de plus qu’en 2015). Ajoutez à cela des volumes élevés de renouvellements dans les deux secteurs et First National a enregistré de très solides résultats en 2016, avec un total de 22,7 G$.

 

   Trimestre clos le Année close le
 
31 décembre 2016
31 décembre 2015 31 décembre 2016  31 décembre 2016
Pour la période  ($ 000's)
Revenus 290 754 250 008 1 049 818
915 315

Bénéfice avant impôts

97 697 56 384 274 129 148 676
BAIIA avant JVM (1) 61 064 58 527 253 539 209 933
À la fin de la période        
Actif total 30 394 465
27 926 732
30 394 465 27 926 732
Prêts hypothécaires administrés
99 391 490
93 829 629 99 391 490 93 829 629

(I) Cette mesure non-IFRS rajuste le bénéfice avant impôts par l’ajout de dépenses pour tenir compte de l’amortissement des actifs intangibles et des immobilisations (généralement décrit comme le BAIIA) et annule l’incidence des variations de juste valeur par l’ajout de pertes sur évaluation d’instruments financiers et la déduction de gains sur évaluation d’instruments financiers. Voir aussi la section « Mesures non conformes aux PCGR » du communiqué de presse pour de plus amples renseignements.

Examen des résultats du 4e trimestre de 2016 et de l’année 2016

Les PHA de First National ont augmenté de 6 % pour atteindre 99,4 G$ au 31 décembre 2016, par rapport à 93,8 G$ au 31 décembre 2015. Entre le 30 septembre 2016 et le 31 décembre 2016, les PHA ont crû d’un taux annualisé de 3 %. 

En 2016, la Société a émis 4 % moins de nouveaux prêts hypothécaires pour habitations unifamiliales (12,4 G$ par rapport à 12,9 G$ en 2015). Pendant le 4e trimestre de 2016, les nouveaux prêts pour habitations unifamiliales ont totalisé 2,7 G$, soit 7 % ou 221 M$ de moins qu’au cours du 4e trimestre de 2015. Dans le cas des deux périodes de déclaration, les activités du bureau régional de la Société à Calgary ont enregistré de fortes baisses par rapport à 2015 en raison d’une réduction de la demande de prêts hypothécaires en Alberta et en Saskatchewan – réduction attribuable au ralentissement des secteurs du pétrole et du gaz.

En matière de renouvellements de prêts hypothécaires pour habitations unifamiliales, le total pour 2016 se chiffre à 4,6 G$, en hausse de 7 % par rapport à 4,3 G$ en 2015. Pour le 4e trimestre, les renouvellements de prêts hypothécaires pour habitations unifamiliales ont totalisé 1,1 G$ par rapport à 1,2 G$ pour la même période en 2015. 

En 2016, les nouveaux prêts commerciaux émis ont totalisé 4,8 G$, soit 9 % de plus qu’en 2015. Au cours du 4e trimestre de 2016, ce sont 1,4 G$ en nouveaux prêts commerciaux qui ont été émis, soit 8 % de plus qu’au cours du même trimestre en 2015. Dans le secteur des prêts commerciaux, les renouvellements ont totalisé 974 M$ en 2016 (6 % de plus qu’en 2015) et 349 M$ au cours du 4e trimestre de 2016 (9 % de plus que pendant le même trimestre en 2015).

Toujours en 2016, les revenus ont augmenté de 15 % pour atteindre un sommet historique de 1 G$ par rapport à 915,3 M$ en 2015. Exclusion faite de l’incidence des gains sur instruments financiers réalisés en 2016 contre les pertes sur instruments financiers encaissées en 2015, les revenus ont augmenté de 6 % sur douze mois. Cette augmentation s’explique principalement par une croissance de 9 % des intérêts sur prêts hypothécaires, une hausse de 7 % des commissions de placement et une augmentation de 12 % du revenu de gestion des PHA en hausse. Au 4e trimestre de 2016, les revenus ont augmenté de 16 % pour atteindre 290,7 M$ contre 230 M$ il y a un an. Exclusion faite de l’incidence des gains et pertes sur instruments financiers, les revenus du quatrième trimestre ont été 1 % plus élevés en 2016, grâce principalement à la croissance des intérêts sur prêts hypothécaires titrisés.

En date du 31 décembre 2016, la valeur des prêts hypothécaires titrisés totalisait 26,1 G$, ce qui représente une augmentation de 7 % par rapport aux 24,3 G$ à la fin de 2015. 

En 2016, le bénéfice avant impôts a augmenté de 84 % (274,1 M$ par rapport à 148,7 M$ en 2015), principalement en raison de l’effet marqué des changements subis par les marchés de capitaux sur la couverture des taux d’intérêt de la Société entre 2016 et 2015. Le bénéfice avant impôts du 4e trimestre de 2016 s’est chiffré à 97,7 M$, soit 73 % de plus que les 56,4 M$ de 2015, pour des raisons similaires.

Pour 2016, le BAIIA avant JVM(1), qui ne tient pas compte de l’incidence des gains et pertes sur instruments financiers, a augmenté de 21 % pour atteindre 253,5 M$ (par rapport à 209,9 M$ en 2015), principalement en raison des gains plus élevés réalisés en commissions de placement nettes et la croissance soutenue des activités de gestion  et de titrisation. Pour le 4e trimestre de 2016, le BAIIA avant JVM(1) a été de 61,1 M$, soit 4 % de plus qu’en 2015, en raison d’une croissance proportionnelle à celle du nombre de PHA.  

Dividendes  

En 2016, le conseil d’administration a déclaré des dividendes sur actions ordinaires de 98,9 M$, soit 9 % de plus qu’en 2015. Sur une base après impôts et avant JVM(1), le ratio de distribution s’est établi à 50 % en 2016 par rapport à 64 % en 2015. Sur cette même base, le ratio de distribution au 4e trimestre de 2016 s’est établi à 58 %. Comme annoncé aujourd’hui, la Société a augmenté le dividende sur actions ordinaires à un équivalent annualisé de 1,85 $ l’action à compter du dividende qui sera versé le 17 avril 2017. Le précédent taux annualisé était de 1,70 $ par action ordinaire.

De plus, la Société a versé 2,53 M$ en dividendes sur ses actions privilégiées en 2016 par rapport à 4,65 M$ en 2015. Cette baisse reflète les rajustements de taux du 1er avril 2016 pour les actions privilégiées de catégorie A, série 1 (taux fixe de 2,79 %) et l’émission d’actions privilégiées de catégorie A, série 2 à taux variable. Les actions privilégiées à taux variable ont rapporté 2,58 % pour la période de trois mois ayant pris fin le 31 décembre 2016. Comme il a été annoncé précédemment, le taux de dividende pour les actions privilégiées de catégorie A, série 2 pour la période précédant le rajustement de mars 2021 sera fixé au taux de 90 jours des bons du Trésor au Canada majoré de 2,07 % en fonction du nombre de jours réel/365 sur une base trimestrielle.

Au 31 décembre 2016 et au 28 février 2017, la Société avait en circulation 59 967 428 actions ordinaires, 2 887 147 actions privilégiées de catégorie A, série 1, 1 112 853 actions privilégiées de catégorie A, série 2 ainsi que 175 000 bons venant à échéance en avril 2020.

Perspectives  

En 2017, la Société cherche à continuer de bâtir sur les succès de 2016. Cependant, à la lumière de l’annonce de nouvelles règles en matière d’assurance hypothécaire, de l’augmentation des taux d’intérêt et d’autres mesures législatives touchant le logement, la Société sera appelée à relever de nouveaux défis qui poignent à l’horizon.

Comme décrit dans l’analyse de la direction du troisième trimestre, les nouvelles règles d’assurance hypothécaire ont pour effet de soumettre les emprunteurs à une « simulation de crise » à partir d’un prêt à ratio élevé de cinq ans à taux fixe. Ils doivent se qualifier en fonction du taux d’intérêt établi par la Banque du Canada. La direction est d’avis que, bien que le changement ne soit pas exagéré, il aura néanmoins pour effet de ralentir l’activité dans le marché des prêts assurés à ratio élevé de l’ordre de 5 % à 10 %, toute chose égale par ailleurs. 

De plus, les refinancements de prêts hypothécaires conventionnels ne sont plus assurables en vertu des nouvelles règles hypothécaires. Selon la direction, de telles transactions ont été nombreuses au Canada et ce changement réglementaire aura pour effet de réduire le nombre de prêts hypothécaires admissibles à la titrisation dans le cadre des programmes TH LNH et OHC de la Société. Bien que ces prêts hypothécaires puissent être souscrits de façon conventionnelle pour les investisseurs institutionnels de la Société, les activités de placement ne sont généralement pas aussi profitables pour First National que la titrisation. De plus, l’entrée en vigueur de ces règles pourrait réduire l’offre globale de prêts hypothécaires assurés au pays, ce qui aurait pour effet de resserrer les marges sur les prêts hypothécaires et d’augmenter les frais d’émission à mesure que des prêteurs dans l’industrie de la titrisation se livrent à une concurrence de plus en plus intense pour s’accaparer ce qu’il reste du marché des prêts hypothécaires assurés. Une telle issue aurait un effet à la baisse sur les marges nettes de titrisation.

De nouvelles règles régissant les capitaux de l’assurance de portefeuille s’appliquant à des blocs de prêts hypothécaires ont été présentées en 2017. Une des conséquences de ces nouvelles règles est que les assureurs ont haussé les primes d’assurance de portefeuille de plus de 200 %. La hausse est entrée en vigueur au premier trimestre de 2017. Le coût plus élevé d’une telle assurance aura une incidence directe sur la marge d’intérêt nette de tout prêt hypothécaire conventionnel que la Société choisit d’assurer et de titriser.

Des enjeux régionaux, particulièrement dans les régions du pays qui dépendent du pétrole, ont eu un effet négatif sur le nombre de prêts émis en 2016. Récemment, des sociétés immobilières ont rapporté un ralentissement des ventes en Colombie-Britannique. Ce ralentissement s’explique peut-être par la nouvelle taxe imposée aux acheteurs étrangers. Le bureau de Vancouver de la Société émet environ 20 % des prêts hypothécaires pour habitations unifamiliales. Par conséquent, le ralentissement des ventes à Vancouver ou d’autres enjeux dans la région pourraient avoir une incidence négative sur le nombre de nouveaux prêts émis en 2017. 

Devant ces difficultés potentielles dans le marché des nouveaux prêts hypothécaires résidentiels, la Société compte multiplier ses efforts pour développer son segment commercial, tirer profit de la valeur considérable des renouvellements de prêts pour habitations unifamiliales et continuer de générer des flux de trésorerie de son portefeuille de 26 G$ de créances hypothécaires titrisées et de son portefeuille de 74 G$ d’emprunts hypothécaires.

Conférence téléphonique et webdiffusion

1er mars 2017, 10 h (HE) 

Numéros à composer :

647-794-1827
800-263-0877

L’audio de la conférence téléphonique sera diffusé en direct sur le Web et archivé sur le site Web de First National (www.firstnational.ca). Une séance de questions et réponses à l’intention des analystes et des investisseurs institutionnels est prévue à la suite de la présentation de la direction.
La conférence téléphonique sera enregistrée et rediffusée jusqu’à 13 h (HE) le 8 mars 2017. Pour l’écouter en rediffusion, veuillez composer le 647 436-0148 ou le 888 203-1112 et entrer le code 9858978, puis appuyer sur la touche dièse (#). De plus, la webdiffusion sera archivée sur www.firstnational.ca pendant une période de trois mois.
La version intégrale des états financiers consolidés de la Société ainsi que les présentations et analyses de la direction se trouvent sur www.sedar.com et sur www.firstnational.ca.

À propos de la Financière First National
La Société Financière First National (TSX : FN, TSX : FN.PR.A., TSX : FN.PR.B) est la société mère de Financière First National SEC, un monteur, souscripteur et administrateur canadien de prêts hypothécaires, principalement dans les secteurs résidentiel (habitations unifamiliales et multifamiliales) et commercial. First National administre quelque 100 milliards de dollars de prêts hypothécaires et représente donc le plus important monteur et souscripteur hypothécaire non bancaire au Canada. En matière de courtage hypothécaire, la Société se classe dans les trois premiers rangs en termes de part de marché. Pour plus d’information :  www.firstnational.ca.

1 Mesures non conformes aux PCGR

La Société utilise les Normes internationales d’information financière (NIIF ou IFRS) comme cadre comptable. Les IFRS sont des principes comptables généralement reconnus (PCGR) pour les entreprises canadiennes ayant une obligation d’information du public pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. La Société renvoie également à certaines mesures pour l’aider à évaluer le rendement financier. Ces « mesures non conformes aux PCGR » comme les « BAIIA avant JVM » et le « ratio de distribution des dividendes après impôt et avant JVM » ne doivent pas être considérées comme des mesures de rechange au bénéfice net (perte nette) ou à des mesures comparables établies conformément aux PCGR comme indicateurs du rendement ou comme mesures de la liquidité et des flux de trésorerie. Les mesures non conformes aux PCGR n’ont pas de définition normalisée prescrite par les PCGR et ne peuvent donc pas être comparées directement à des mesures semblables utilisées par d’autres émetteurs.

Renseignements de nature prospective

Certains renseignements présentés dans ce communiqué de presse peuvent constituer des renseignements de nature prospective au sens des lois sur les valeurs mobilières. Dans certains cas, ces renseignements peuvent être introduits par des termes comme « pourrait », « sera », « devrait », « prévoir », « planifier », « anticiper », « croire », « avoir l’intention de », « estimer », « prédire », « potentiel », « continuer » ou d’autres expressions de même nature à l’égard de sujets qui ne constituent pas des faits historiques. Des renseignements de nature prospective peuvent avoir trait aux perspectives futures de la direction et à des événements ou résultats et inclure des déclarations ou des renseignements de nature prospective concernant la situation financière, des stratégies commerciales, des objectifs stratégiques, des activités de développement de produits, des prévisions en matière de coûts et de dépenses en immobilisations, des résultats financiers, des stratégies de gestion de risque, des activités de couverture, une expansion géographique, des plans de délivrance de permis, des taxes ou d’autres plans et objectifs de la Société ou concernant la Société. Plus particulièrement, des renseignements concernant les objectifs de croissance, toute augmentation future du nombre de prêts hypothécaires administrés, l’utilisation future d’entités de titrisation, les tendances dans l’industrie et de futurs revenus sont de nature prospective. Les renseignements de nature prospective reposent sur certains facteurs et certaines hypothèses, notamment sur les variations de taux d’intérêt et les réactions à de telles variations, la demande de prêts hypothécaires institutionnels, le régime de réglementation applicable et le recours à des courtiers hypothécaires dans le marché des hypothèques résidentielles pour habitations unifamiliales. Ces renseignements de nature prospective n’offrent aucune garantie quant aux rendements ou résultats futurs et ne se révéleront pas nécessairement des indicateurs précis de la possibilité de tels résultats futurs ni des moments où de tels résultats seraient possibles. Bien que la direction considère ces hypothèses comme étant raisonnables en fonction de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient néanmoins se révéler inexactes. Les renseignements de nature prospective sont assujettis à certains facteurs, y compris des risques et des incertitudes présentés sous la rubrique « Risques et incertitudes liés à notre activité » dans l’analyse de la direction, qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement des prévisions actuelles de la direction. Ces facteurs incluent la dépendance de sources de financement, la concentration des investisseurs institutionnels, la dépendance de relations avec des courtiers hypothécaires indépendants et les changements en matière de taux d’intérêt. Ces renseignements de nature prospective sont fournis en date du présent communiqué de presse et pourraient changer passé cette date. Cependant, la direction et First National ne sont aucunement responsables de mettre à jour ou de réviser ces renseignements pour refléter de nouveaux renseignements, de nouveaux événements ou de nouvelles circonstances, sauf si cela est exigé en vertu des règlements en valeurs mobilières applicables.

Renseignements :
Robert Inglis
Directeur financier
Financière First National
Tél. : 416-593-1100
Courriel : rob.inglis@firstnational.ca

Ernie Stapleton
President
Fundamental
Tél.: 905-648-9354
Courriel : ernie@fundamental.ca