Judah Osagie célèbre ses 10 ans au service de First National

Financière First National SEC 26 mars 2024   mins

Judah Osagie explique pourquoi il considère son travail comme un moyen de construire des ponts et comment il applique sa foi dans le pouvoir de l’amélioration continue à ce qu’il fait chaque jour.

Ramène-nous au début de ta carrière chez First National.

JO : J’ai commencé en service à la clientèle en 2014. Je n’ai pas été retenu après ma première entrevue d’embauche pour le poste. J’ai envoyé un courriel pour demander comment je pourrais m’améliorer. Deux mois plus tard, j’ai été reçu pour une nouvelle entrevue et j’ai tenu compte des commentaires que j’avais reçus. J’ai décroché le poste, que j’ai occupé pendant deux ans. J’ai par la suite travaillé en financement pendant un an et demi, puis comme analyste hypothécaire adjoint pendant deux ans. En 2019, j’ai été promu souscripteur au sein de notre nouvelle division Manuvie. En 2022, je suis passé à un poste de gestionnaire intérimaire et je suis maintenant de retour en tant que souscripteur principal pour Manuvie. 

À quoi a ressemblé ta première année?

JO : Nous formions un groupe tissé serré. Nous étions tous dans la vingtaine et fraîchement sortis de l’université. Nous avions des intérêts similaires et étions très ambitieux. La camaraderie était forte. Nous avions l’habitude de sortir le vendredi soir au Crocodile Rock pour boire des bières à 3 $. Ça nous permettait de tisser des liens en dehors du travail. Je me souviens très bien de la simplicité de cette époque. C’était magique. 

Quel a été le moment qui t’a convaincu que tu étais là où tu devais être?

JO : Depuis que je travaillais en financement, j’étais fasciné par l’idée de participer au processus décisionnel. Lorsque je suis devenu souscripteur en 2019, j’étais enthousiaste à l’idée de passer en revue des demandes et de travailler avec des courtiers. Je tenais les souscripteurs en haute estime. Lorsque j’ai été reçu en entrevue pour le poste, il y avait une équipe qui comptait quatre souscripteurs. Le but était d’avoir deux souscripteurs expérimentés et deux sans expérience. Je fus particulièrement reconnaissant d’avoir obtenu ce poste. Je me suis dit que je venais de faire mon entrée dans le domaine.

Décris quelques étapes importantes de ta carrière.

JO : Je pense à trois choses. Tout d’abord, célébrer mes dix années de service. Cela représente une partie importante de ma vie et c’est très important pour moi. Ensuite, faire partie d’une équipe qui vient d’être lancée. La plupart des postes sont déjà établis. Dans le cas de Manuvie, tout était nouveau, tout était à bâtir. Ensemble, nous avons appris et construit quelque chose à partir de zéro. Enfin, lorsqu’on m’a demandé d’accepter le poste de gestionnaire intérimaire. J’étais reconnaissant d’avoir la possibilité de transmettre certaines des connaissances que j’aurais aimé avoir lorsque j’étais en phase de croissance et d’apprentissage. Le fait d’avoir de l’expérience en matière de leadership sur mon CV est un gros plus pour moi. 


Quelle marque as-tu laissée sur l’entreprise?

JO : J’adopte une approche personnelle à l’entreprise. J’ai l’impression que c’est ce qui me permet de me démarquer. J’aime vraiment ça, encadrer du monde. C’est quelque chose que j’aime faire depuis mes études secondaires. J’avais l’habitude d’offrir gratuitement du tutorat en mathématiques. J’aime partager les connaissances que j’ai acquises au fil du temps ainsi que ma joie de vivre. Mais je reconnais aussi que nous travaillons dans le secteur hypothécaire et que nous nous mesurons en fonction de critères tangibles. Quand on me confie une tâche, mon objectif est de m’en acquitter avec brio. Je me donne à 100 %, souvent plus que nécessaire, pour m’assurer que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour atteindre l’objectif global. 

Quelle est ta plus grande fierté à propos de ta carrière?

JO : Sans aucun doute, les relations que j’ai nouées. La bonne volonté n’a pas de prix. Mes relations avec les gens s’étendent au-delà du bureau. Mon travail m’a permis de nouer des relations personnelles. Je ne perçois pas mon travail comme juste un emploi. Je le perçois comme un moyen de construire des ponts. 

Quels sont tes meilleurs souvenirs?

JO : Mon premier party de Noël. Je me souviens d’être entré au Royal York. Tout semblait si royal. Au sortir de l’université, j’ai décroché mon premier vrai emploi chez First National et j’ai travaillé fort. Ma vie était plutôt routinière à l’époque. Aller travailler, rentrer chez moi, sortir la fin de semaine. Le fait de fréquenter des gens à l’extérieur du cadre du travail était rafraîchissant pour moi. 

Laquelle des valeurs de First National résonne le plus à tes oreilles et pourquoi?

JO : S’efforcer de faire mieux. Je crois personnellement au pouvoir de l’amélioration continue et au fait de faire mieux aujourd’hui qu’hier. Cependant, cela ne veut pas dire que l’objectif est la perfection. Cela veut dire qu’il faut répondre présent jour après jour et être la meilleure version de soi-même. Il s’agit de viser les cibles les plus élevées et de les dépasser. 

D’après ton expérience, comment la culture de First National valorise-t-elle la diversité et met-elle en valeur les voix et les perspectives de tous les membres de l’équipe?

JO : C’est simple pour moi de répondre à cette question. Je ne me sens ni invisible ni muet. Depuis dix ans que je suis ici, de plus en plus de personnes venant d’horizons divers occupent des postes de niveau supérieur. S’il y avait un fossé dans le passé, il est en train d’être comblé. Il reste du travail à faire, mais c’est en train de se faire. Je perçois la recherche d’équité comme un engagement collectif. C’est à nous toutes et tous d’y voir. 

Quels conseils donnerais-tu à des personnes qui développent leur carrière chez First National?

JO : J’en ai trois : apprendre plus que le strict nécessaire, voir plus loin que son niveau de rémunération et être avide de connaissances. Je vis selon ces principes tous les jours. Quel que soit le poste que vous occupez, posez des questions sur les postes que vous souhaitez occuper. Pensez plus loin que votre poste actuel. Observez le travail des autres et suivez autant de cours en ligne que possible. Si vous y mettez de l’énergie et la bonne attitude, les gens vous remarqueront. Riez et vivez le moment présent. Vivez dans l’amour. C’est ainsi que la vie vous sourira. 

Quelque chose à ajouter en conclusion?

JO : Vous devez viser l’excellence dans ce que vous faites, atteindre vos objectifs avec brio et faire votre travail de manière formidable. Tout en veillant à votre bien-être. Veiller sur vous-même doit être aussi important que réaliser vos objectifs.

Carrières

Croissance continue. Ambition confiante. Excellence collaborative. Apprentissage en continu. Trouvez votre place, votre raison d’être et vos collaborateurs tout en vous bâtissant une carrière épanouissante au sein de First National.