Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Commentaire sur le marché : À quoi ont ressemblé les deux dernières semaines dans le marché? Vous trouverez la réponse ici.

  • oct. 30, 2020
  • Neil Silverberg, Analyst, Capital Markets

Tout comme vous pensiez que la politique s’était glissée dans tous les aspects possibles de nos vies, nous avons tous clairement oublié l’Halloween. Dans mon quartier, un côté de ma rue a décidé d’y aller à fond – à coups de tonnes de décorations – et ils vont sûrement permettre à leurs enfants de recevoir des bonbons ou des sorts. De l’autre côté de la rue, il ne se passera pas grand-chose. Mon dilemme, en revanche, n’est pas aussi politique. Il se résume simplement à savoir si je dois distribuer les bonbons que j’ai achetés ou simplement faire ma part pour aider notre communauté en les mangeant tous moi-même.

Parlant de dilemmes difficiles, il n’y a qu’une chose plus effrayante que l’Halloween : tout ce qui pourrait arriver dans la foulée de l’élection de la semaine prochaine. Avec la semaine qui s’annonce, j’aurais bien besoin d’une petite pause dans les discussions sur les élections américaines. Cependant, si vous souhaitez en savoir plus sur les événements de la semaine dernière ainsi que sur la volatilité que nous avons observée, vous êtes au bon endroit.

Taux et courbes Volatilité!

Les deux dernières semaines en matière d’obligations, d’actions, de pétrole, d’or, de Bitcoin et de toutes les autres classes d’actifs auxquelles vous pouvez penser peuvent se résumer en un seul mot : volatilité. C’est une bonne nouvelle pour les teneurs de marché, mais une mauvaise nouvelle pour n’importe qui d’autre. Voici un bref récapitulatif de nos observations au cours du dernier mois.

Les obligations du GdC de 5 ans et de 10 ans affichent actuellement des rendements de 0,39 % et de 0,63 % respectivement. Il s’agit de baisses respectives de 1,5 pb et de 3,5 pb par rapport au jeudi 22 octobre. L’OHC de 5 ans rapporte actuellement 0,65 % et celle de 10 ans, interpolée, 1,07 %. Par rapport à il y a une semaine exactement, le rendement de celle de 5 ans est stable, tandis que celle de 10 ans est en baisse de 1,5 pb. 

Comme mentionné précédemment, la volatilité est le nerf de la guerre et les écarts de crédit plaident pour le premier prix.

Pour commencer, le 14 octobre, les écarts des obligations de 10 ans ont atteint un creux de 32 points de base au-dessus de l’obligation repère du GdC de 10 ans. Il s’agit de leur niveau le plus bas de la dernière année. Soudainement, la Banque du Canada annonce qu’elle cessera d’acheter des OHC dans le marché secondaire (elle peut toutefois continuer d’acheter de nouvelles émissions d’OHC). Juste comme ça, les écarts ont augmenté rapidement jusqu’à 40 points de base au-dessus de l’obligation repère de 10 ans.

À mesure que la poussière retombe, nous sommes revenus à un écart d’environ 38 points de base – ce qui est conforme à ce que nous montre l’histoire récente. Jugez cela pour ce que ça vaut étant donné cette période de grande volatilité et de grande incertitude.

Annonce de la Banque du Canada concernant les taux

Dans son énoncé de politique du mercredi 28 octobre, la Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour inchangé à 0,25 %. Je vais passer outre à la partie plus nuancée de l’annonce, mais vous trouverez tous les détails ici.

La BdC a annoncé qu’elle réduirait graduellement ses achats d’obligations canadiennes (autrement dit, l’assouplissement quantitatif), de 5 à 4 milliards de dollars par semaine. En plus, la BdC a décidé de privilégier l’achat d’obligations à plus long terme. En se déplaçant vers le segment à plus long terme sur la courbe, la BdC reçoit plus par dollar dépensé, et ce, même si elle achète moins d’obligations au final.

La décision n’a pas été une surprise totale étant donné que les rendements sur le segment à court terme de la courbe sont pratiquement nuls et que la BdC avait du mal à trouver suffisamment d’obligations à acheter. Cependant, la réaction initiale de ces derniers jours a été encore perceptible, avec des rendements en hausse d’environ 7,5 points de base pour les obligations de 20 et de 30 ans (actuellement de 1,03 % et de 1,22 % respectivement).

Dans un avenir proche, surveillons la possibilité d’une autre réduction de l’assouplissement quantitatif combinée à un autre déplacement sur la courbe. Bien entendu, cela dépendra fortement de la gravité économique de la deuxième vague.

Au cas où vous l’auriez manqué :

  • En septembre, le taux de chômage a baissé de 10,2 % à 9,0 %, battant ainsi les attentes. On dénombre aujourd’hui 720 000 emplois de moins (-3,7 %) qu’en février, soit avant que la COVID-19 ne nous frappe de plein fouet. Il convient toutefois de noter que les travailleurs à faible salaire (soit ceux qui gagnent moins de 16,03 $ l’heure) constituent toujours la part du lion de ce manque à gagner de 720 000 emplois, tandis que les salariés les mieux rémunérés ont retrouvé 99,1 % de leur niveau d’emploi de février.
  • Ce matin, le Canada a annoncé que le PIB avait augmenté de 1,2 % en août par rapport au mois précédent, battant ainsi les attentes de 0,3 %. Il s’agit du quatrième mois consécutif de croissance positive du PIB suivant la dégringolade historique en début d’année.
  • Mercredi, l’indice S&P 500 a perdu 3,5 % et toutes les sociétés inscrites sauf 15 ont terminé la journée dans le rouge. De plus, les cours à terme 1 mois du pétrole WTI ont baissé et atteignent leurs niveaux les plus bas depuis le début de juin.
  • Brookfield a annoncé qu’elle achète la participation restante de 43 % dans Sagen dont elle n’est pas actuellement propriétaire au prix de 43,50 $ l’action, ce qui représente un total de quelque 1,6 milliard de dollars. Sagen, précédemment connu de nous tous sous le nom de Genworth, est un assureur privé de prêts hypothécaires résidentiels.
  • La SCHL a annoncé de nouvelles initiatives de soutien du logement abordable au Canada, dont des avantages supplémentaires pour les titriseurs pour la mise en commun de dossiers de logements abordables assurés par la SCHL. Il s’agit non seulement d’un grand pas en matière d’incitatifs à la construction de logements plus abordables, mais aussi d’une occasion en or pour des propriétaires et des promoteurs de s’y engager. Pour en savoir plus sur l’option de financement de logements abordables, communiquez avec votre représentant First National dès aujourd’hui!

Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de profiter de l’heure de sommeil de plus cette fin de semaine. Dieu sait que nous allons en avoir besoin.

Neil

Commentaire sur le marché : À quoi ont ressemblé les deux dernières semaines dans le marché? Vous trouverez la réponse ici.

  • oct. 30, 2020
  • Neil Silverberg, Analyst, Capital Markets

Tout comme vous pensiez que la politique s’était glissée dans tous les aspects possibles de nos vies, nous avons tous clairement oublié l’Halloween. Dans mon quartier, un côté de ma rue a décidé d’y aller à fond – à coups de tonnes de décorations – et ils vont sûrement permettre à leurs enfants de recevoir des bonbons ou des sorts. De l’autre côté de la rue, il ne se passera pas grand-chose. Mon dilemme, en revanche, n’est pas aussi politique. Il se résume simplement à savoir si je dois distribuer les bonbons que j’ai achetés ou simplement faire ma part pour aider notre communauté en les mangeant tous moi-même.

Parlant de dilemmes difficiles, il n’y a qu’une chose plus effrayante que l’Halloween : tout ce qui pourrait arriver dans la foulée de l’élection de la semaine prochaine. Avec la semaine qui s’annonce, j’aurais bien besoin d’une petite pause dans les discussions sur les élections américaines. Cependant, si vous souhaitez en savoir plus sur les événements de la semaine dernière ainsi que sur la volatilité que nous avons observée, vous êtes au bon endroit.

Taux et courbes Volatilité!

Les deux dernières semaines en matière d’obligations, d’actions, de pétrole, d’or, de Bitcoin et de toutes les autres classes d’actifs auxquelles vous pouvez penser peuvent se résumer en un seul mot : volatilité. C’est une bonne nouvelle pour les teneurs de marché, mais une mauvaise nouvelle pour n’importe qui d’autre. Voici un bref récapitulatif de nos observations au cours du dernier mois.

Les obligations du GdC de 5 ans et de 10 ans affichent actuellement des rendements de 0,39 % et de 0,63 % respectivement. Il s’agit de baisses respectives de 1,5 pb et de 3,5 pb par rapport au jeudi 22 octobre. L’OHC de 5 ans rapporte actuellement 0,65 % et celle de 10 ans, interpolée, 1,07 %. Par rapport à il y a une semaine exactement, le rendement de celle de 5 ans est stable, tandis que celle de 10 ans est en baisse de 1,5 pb. 

Comme mentionné précédemment, la volatilité est le nerf de la guerre et les écarts de crédit plaident pour le premier prix.

Pour commencer, le 14 octobre, les écarts des obligations de 10 ans ont atteint un creux de 32 points de base au-dessus de l’obligation repère du GdC de 10 ans. Il s’agit de leur niveau le plus bas de la dernière année. Soudainement, la Banque du Canada annonce qu’elle cessera d’acheter des OHC dans le marché secondaire (elle peut toutefois continuer d’acheter de nouvelles émissions d’OHC). Juste comme ça, les écarts ont augmenté rapidement jusqu’à 40 points de base au-dessus de l’obligation repère de 10 ans.

À mesure que la poussière retombe, nous sommes revenus à un écart d’environ 38 points de base – ce qui est conforme à ce que nous montre l’histoire récente. Jugez cela pour ce que ça vaut étant donné cette période de grande volatilité et de grande incertitude.

Annonce de la Banque du Canada concernant les taux

Dans son énoncé de politique du mercredi 28 octobre, la Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour inchangé à 0,25 %. Je vais passer outre à la partie plus nuancée de l’annonce, mais vous trouverez tous les détails ici.

La BdC a annoncé qu’elle réduirait graduellement ses achats d’obligations canadiennes (autrement dit, l’assouplissement quantitatif), de 5 à 4 milliards de dollars par semaine. En plus, la BdC a décidé de privilégier l’achat d’obligations à plus long terme. En se déplaçant vers le segment à plus long terme sur la courbe, la BdC reçoit plus par dollar dépensé, et ce, même si elle achète moins d’obligations au final.

La décision n’a pas été une surprise totale étant donné que les rendements sur le segment à court terme de la courbe sont pratiquement nuls et que la BdC avait du mal à trouver suffisamment d’obligations à acheter. Cependant, la réaction initiale de ces derniers jours a été encore perceptible, avec des rendements en hausse d’environ 7,5 points de base pour les obligations de 20 et de 30 ans (actuellement de 1,03 % et de 1,22 % respectivement).

Dans un avenir proche, surveillons la possibilité d’une autre réduction de l’assouplissement quantitatif combinée à un autre déplacement sur la courbe. Bien entendu, cela dépendra fortement de la gravité économique de la deuxième vague.

Au cas où vous l’auriez manqué :

  • En septembre, le taux de chômage a baissé de 10,2 % à 9,0 %, battant ainsi les attentes. On dénombre aujourd’hui 720 000 emplois de moins (-3,7 %) qu’en février, soit avant que la COVID-19 ne nous frappe de plein fouet. Il convient toutefois de noter que les travailleurs à faible salaire (soit ceux qui gagnent moins de 16,03 $ l’heure) constituent toujours la part du lion de ce manque à gagner de 720 000 emplois, tandis que les salariés les mieux rémunérés ont retrouvé 99,1 % de leur niveau d’emploi de février.
  • Ce matin, le Canada a annoncé que le PIB avait augmenté de 1,2 % en août par rapport au mois précédent, battant ainsi les attentes de 0,3 %. Il s’agit du quatrième mois consécutif de croissance positive du PIB suivant la dégringolade historique en début d’année.
  • Mercredi, l’indice S&P 500 a perdu 3,5 % et toutes les sociétés inscrites sauf 15 ont terminé la journée dans le rouge. De plus, les cours à terme 1 mois du pétrole WTI ont baissé et atteignent leurs niveaux les plus bas depuis le début de juin.
  • Brookfield a annoncé qu’elle achète la participation restante de 43 % dans Sagen dont elle n’est pas actuellement propriétaire au prix de 43,50 $ l’action, ce qui représente un total de quelque 1,6 milliard de dollars. Sagen, précédemment connu de nous tous sous le nom de Genworth, est un assureur privé de prêts hypothécaires résidentiels.
  • La SCHL a annoncé de nouvelles initiatives de soutien du logement abordable au Canada, dont des avantages supplémentaires pour les titriseurs pour la mise en commun de dossiers de logements abordables assurés par la SCHL. Il s’agit non seulement d’un grand pas en matière d’incitatifs à la construction de logements plus abordables, mais aussi d’une occasion en or pour des propriétaires et des promoteurs de s’y engager. Pour en savoir plus sur l’option de financement de logements abordables, communiquez avec votre représentant First National dès aujourd’hui!

Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de profiter de l’heure de sommeil de plus cette fin de semaine. Dieu sait que nous allons en avoir besoin.

Neil

Commentaire sur le marché : À quoi ont ressemblé les deux dernières semaines dans le marché? Vous trouverez la réponse ici.

  • oct. 30, 2020
  • Neil Silverberg, Analyst, Capital Markets

Tout comme vous pensiez que la politique s’était glissée dans tous les aspects possibles de nos vies, nous avons tous clairement oublié l’Halloween. Dans mon quartier, un côté de ma rue a décidé d’y aller à fond – à coups de tonnes de décorations – et ils vont sûrement permettre à leurs enfants de recevoir des bonbons ou des sorts. De l’autre côté de la rue, il ne se passera pas grand-chose. Mon dilemme, en revanche, n’est pas aussi politique. Il se résume simplement à savoir si je dois distribuer les bonbons que j’ai achetés ou simplement faire ma part pour aider notre communauté en les mangeant tous moi-même.

Parlant de dilemmes difficiles, il n’y a qu’une chose plus effrayante que l’Halloween : tout ce qui pourrait arriver dans la foulée de l’élection de la semaine prochaine. Avec la semaine qui s’annonce, j’aurais bien besoin d’une petite pause dans les discussions sur les élections américaines. Cependant, si vous souhaitez en savoir plus sur les événements de la semaine dernière ainsi que sur la volatilité que nous avons observée, vous êtes au bon endroit.

Taux et courbes Volatilité!

Les deux dernières semaines en matière d’obligations, d’actions, de pétrole, d’or, de Bitcoin et de toutes les autres classes d’actifs auxquelles vous pouvez penser peuvent se résumer en un seul mot : volatilité. C’est une bonne nouvelle pour les teneurs de marché, mais une mauvaise nouvelle pour n’importe qui d’autre. Voici un bref récapitulatif de nos observations au cours du dernier mois.

Les obligations du GdC de 5 ans et de 10 ans affichent actuellement des rendements de 0,39 % et de 0,63 % respectivement. Il s’agit de baisses respectives de 1,5 pb et de 3,5 pb par rapport au jeudi 22 octobre. L’OHC de 5 ans rapporte actuellement 0,65 % et celle de 10 ans, interpolée, 1,07 %. Par rapport à il y a une semaine exactement, le rendement de celle de 5 ans est stable, tandis que celle de 10 ans est en baisse de 1,5 pb. 

Comme mentionné précédemment, la volatilité est le nerf de la guerre et les écarts de crédit plaident pour le premier prix.

Pour commencer, le 14 octobre, les écarts des obligations de 10 ans ont atteint un creux de 32 points de base au-dessus de l’obligation repère du GdC de 10 ans. Il s’agit de leur niveau le plus bas de la dernière année. Soudainement, la Banque du Canada annonce qu’elle cessera d’acheter des OHC dans le marché secondaire (elle peut toutefois continuer d’acheter de nouvelles émissions d’OHC). Juste comme ça, les écarts ont augmenté rapidement jusqu’à 40 points de base au-dessus de l’obligation repère de 10 ans.

À mesure que la poussière retombe, nous sommes revenus à un écart d’environ 38 points de base – ce qui est conforme à ce que nous montre l’histoire récente. Jugez cela pour ce que ça vaut étant donné cette période de grande volatilité et de grande incertitude.

Annonce de la Banque du Canada concernant les taux

Dans son énoncé de politique du mercredi 28 octobre, la Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour inchangé à 0,25 %. Je vais passer outre à la partie plus nuancée de l’annonce, mais vous trouverez tous les détails ici.

La BdC a annoncé qu’elle réduirait graduellement ses achats d’obligations canadiennes (autrement dit, l’assouplissement quantitatif), de 5 à 4 milliards de dollars par semaine. En plus, la BdC a décidé de privilégier l’achat d’obligations à plus long terme. En se déplaçant vers le segment à plus long terme sur la courbe, la BdC reçoit plus par dollar dépensé, et ce, même si elle achète moins d’obligations au final.

La décision n’a pas été une surprise totale étant donné que les rendements sur le segment à court terme de la courbe sont pratiquement nuls et que la BdC avait du mal à trouver suffisamment d’obligations à acheter. Cependant, la réaction initiale de ces derniers jours a été encore perceptible, avec des rendements en hausse d’environ 7,5 points de base pour les obligations de 20 et de 30 ans (actuellement de 1,03 % et de 1,22 % respectivement).

Dans un avenir proche, surveillons la possibilité d’une autre réduction de l’assouplissement quantitatif combinée à un autre déplacement sur la courbe. Bien entendu, cela dépendra fortement de la gravité économique de la deuxième vague.

Au cas où vous l’auriez manqué :

  • En septembre, le taux de chômage a baissé de 10,2 % à 9,0 %, battant ainsi les attentes. On dénombre aujourd’hui 720 000 emplois de moins (-3,7 %) qu’en février, soit avant que la COVID-19 ne nous frappe de plein fouet. Il convient toutefois de noter que les travailleurs à faible salaire (soit ceux qui gagnent moins de 16,03 $ l’heure) constituent toujours la part du lion de ce manque à gagner de 720 000 emplois, tandis que les salariés les mieux rémunérés ont retrouvé 99,1 % de leur niveau d’emploi de février.
  • Ce matin, le Canada a annoncé que le PIB avait augmenté de 1,2 % en août par rapport au mois précédent, battant ainsi les attentes de 0,3 %. Il s’agit du quatrième mois consécutif de croissance positive du PIB suivant la dégringolade historique en début d’année.
  • Mercredi, l’indice S&P 500 a perdu 3,5 % et toutes les sociétés inscrites sauf 15 ont terminé la journée dans le rouge. De plus, les cours à terme 1 mois du pétrole WTI ont baissé et atteignent leurs niveaux les plus bas depuis le début de juin.
  • Brookfield a annoncé qu’elle achète la participation restante de 43 % dans Sagen dont elle n’est pas actuellement propriétaire au prix de 43,50 $ l’action, ce qui représente un total de quelque 1,6 milliard de dollars. Sagen, précédemment connu de nous tous sous le nom de Genworth, est un assureur privé de prêts hypothécaires résidentiels.
  • La SCHL a annoncé de nouvelles initiatives de soutien du logement abordable au Canada, dont des avantages supplémentaires pour les titriseurs pour la mise en commun de dossiers de logements abordables assurés par la SCHL. Il s’agit non seulement d’un grand pas en matière d’incitatifs à la construction de logements plus abordables, mais aussi d’une occasion en or pour des propriétaires et des promoteurs de s’y engager. Pour en savoir plus sur l’option de financement de logements abordables, communiquez avec votre représentant First National dès aujourd’hui!

Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de profiter de l’heure de sommeil de plus cette fin de semaine. Dieu sait que nous allons en avoir besoin.

Neil

Commentaire sur le marché : À quoi ont ressemblé les deux dernières semaines dans le marché? Vous trouverez la réponse ici.

  • oct. 30, 2020
  • Neil Silverberg, Analyst, Capital Markets

Tout comme vous pensiez que la politique s’était glissée dans tous les aspects possibles de nos vies, nous avons tous clairement oublié l’Halloween. Dans mon quartier, un côté de ma rue a décidé d’y aller à fond – à coups de tonnes de décorations – et ils vont sûrement permettre à leurs enfants de recevoir des bonbons ou des sorts. De l’autre côté de la rue, il ne se passera pas grand-chose. Mon dilemme, en revanche, n’est pas aussi politique. Il se résume simplement à savoir si je dois distribuer les bonbons que j’ai achetés ou simplement faire ma part pour aider notre communauté en les mangeant tous moi-même.

Parlant de dilemmes difficiles, il n’y a qu’une chose plus effrayante que l’Halloween : tout ce qui pourrait arriver dans la foulée de l’élection de la semaine prochaine. Avec la semaine qui s’annonce, j’aurais bien besoin d’une petite pause dans les discussions sur les élections américaines. Cependant, si vous souhaitez en savoir plus sur les événements de la semaine dernière ainsi que sur la volatilité que nous avons observée, vous êtes au bon endroit.

Taux et courbes Volatilité!

Les deux dernières semaines en matière d’obligations, d’actions, de pétrole, d’or, de Bitcoin et de toutes les autres classes d’actifs auxquelles vous pouvez penser peuvent se résumer en un seul mot : volatilité. C’est une bonne nouvelle pour les teneurs de marché, mais une mauvaise nouvelle pour n’importe qui d’autre. Voici un bref récapitulatif de nos observations au cours du dernier mois.

Les obligations du GdC de 5 ans et de 10 ans affichent actuellement des rendements de 0,39 % et de 0,63 % respectivement. Il s’agit de baisses respectives de 1,5 pb et de 3,5 pb par rapport au jeudi 22 octobre. L’OHC de 5 ans rapporte actuellement 0,65 % et celle de 10 ans, interpolée, 1,07 %. Par rapport à il y a une semaine exactement, le rendement de celle de 5 ans est stable, tandis que celle de 10 ans est en baisse de 1,5 pb. 

Comme mentionné précédemment, la volatilité est le nerf de la guerre et les écarts de crédit plaident pour le premier prix.

Pour commencer, le 14 octobre, les écarts des obligations de 10 ans ont atteint un creux de 32 points de base au-dessus de l’obligation repère du GdC de 10 ans. Il s’agit de leur niveau le plus bas de la dernière année. Soudainement, la Banque du Canada annonce qu’elle cessera d’acheter des OHC dans le marché secondaire (elle peut toutefois continuer d’acheter de nouvelles émissions d’OHC). Juste comme ça, les écarts ont augmenté rapidement jusqu’à 40 points de base au-dessus de l’obligation repère de 10 ans.

À mesure que la poussière retombe, nous sommes revenus à un écart d’environ 38 points de base – ce qui est conforme à ce que nous montre l’histoire récente. Jugez cela pour ce que ça vaut étant donné cette période de grande volatilité et de grande incertitude.

Annonce de la Banque du Canada concernant les taux

Dans son énoncé de politique du mercredi 28 octobre, la Banque du Canada a maintenu son taux cible du financement à un jour inchangé à 0,25 %. Je vais passer outre à la partie plus nuancée de l’annonce, mais vous trouverez tous les détails ici.

La BdC a annoncé qu’elle réduirait graduellement ses achats d’obligations canadiennes (autrement dit, l’assouplissement quantitatif), de 5 à 4 milliards de dollars par semaine. En plus, la BdC a décidé de privilégier l’achat d’obligations à plus long terme. En se déplaçant vers le segment à plus long terme sur la courbe, la BdC reçoit plus par dollar dépensé, et ce, même si elle achète moins d’obligations au final.

La décision n’a pas été une surprise totale étant donné que les rendements sur le segment à court terme de la courbe sont pratiquement nuls et que la BdC avait du mal à trouver suffisamment d’obligations à acheter. Cependant, la réaction initiale de ces derniers jours a été encore perceptible, avec des rendements en hausse d’environ 7,5 points de base pour les obligations de 20 et de 30 ans (actuellement de 1,03 % et de 1,22 % respectivement).

Dans un avenir proche, surveillons la possibilité d’une autre réduction de l’assouplissement quantitatif combinée à un autre déplacement sur la courbe. Bien entendu, cela dépendra fortement de la gravité économique de la deuxième vague.

Au cas où vous l’auriez manqué :

  • En septembre, le taux de chômage a baissé de 10,2 % à 9,0 %, battant ainsi les attentes. On dénombre aujourd’hui 720 000 emplois de moins (-3,7 %) qu’en février, soit avant que la COVID-19 ne nous frappe de plein fouet. Il convient toutefois de noter que les travailleurs à faible salaire (soit ceux qui gagnent moins de 16,03 $ l’heure) constituent toujours la part du lion de ce manque à gagner de 720 000 emplois, tandis que les salariés les mieux rémunérés ont retrouvé 99,1 % de leur niveau d’emploi de février.
  • Ce matin, le Canada a annoncé que le PIB avait augmenté de 1,2 % en août par rapport au mois précédent, battant ainsi les attentes de 0,3 %. Il s’agit du quatrième mois consécutif de croissance positive du PIB suivant la dégringolade historique en début d’année.
  • Mercredi, l’indice S&P 500 a perdu 3,5 % et toutes les sociétés inscrites sauf 15 ont terminé la journée dans le rouge. De plus, les cours à terme 1 mois du pétrole WTI ont baissé et atteignent leurs niveaux les plus bas depuis le début de juin.
  • Brookfield a annoncé qu’elle achète la participation restante de 43 % dans Sagen dont elle n’est pas actuellement propriétaire au prix de 43,50 $ l’action, ce qui représente un total de quelque 1,6 milliard de dollars. Sagen, précédemment connu de nous tous sous le nom de Genworth, est un assureur privé de prêts hypothécaires résidentiels.
  • La SCHL a annoncé de nouvelles initiatives de soutien du logement abordable au Canada, dont des avantages supplémentaires pour les titriseurs pour la mise en commun de dossiers de logements abordables assurés par la SCHL. Il s’agit non seulement d’un grand pas en matière d’incitatifs à la construction de logements plus abordables, mais aussi d’une occasion en or pour des propriétaires et des promoteurs de s’y engager. Pour en savoir plus sur l’option de financement de logements abordables, communiquez avec votre représentant First National dès aujourd’hui!

Merci de m’avoir lu et n’oubliez pas de profiter de l’heure de sommeil de plus cette fin de semaine. Dieu sait que nous allons en avoir besoin.

Neil

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.