Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Commentaire sur le marché : Mise à jour sur les taux et le PIB et données sur l’emploi aux États-Unis

  • First National Financial LP

Bonjour!

C’est moi, le gars de la trésorerie. C’est ainsi qu’on m’appelle. Vous savez, ou, euh, Sa Majesté la Trésorerie ou, euh, El Tresurino, si vous n’êtes pas un adepte de brièveté.

Quoi qu’il en soit, écoutez, j’ai de l’information pour vous, d’accord? La lumière a été faite sur certaines choses. Et... cela pourrait être, euh... beaucoup plus, euh, complexe. Je veux dire, ce n’est pas juste un simple... euh, vous savez?

Taux

Comment les taux ont-ils évolué au cours de la dernière semaine? Eh bien, vous savez, il y a beaucoup d’entrées et de sorties, beaucoup de conjonctures.

Les rendements des obligations à 5 ans ont baissé de façon soutenue, ayant perdu plus de 20 points de base depuis vendredi dernier jusqu’à 8 h 30 ce matin, heure à laquelle ils ont regagné 10 points de base pour s’établir actuellement autour de 3,45 %. Pourquoi ce soudain retournement de situation? Trois mots : Emplois non agricoles.

Voici un graphique illustrant le rendement de l’obligation de référence du GdC à 5 ans sur douze mois :

Government of Canada bond benchmark rates as of February 2nd 2024.

Êtes-vous employé, monsieur?

Les employeurs américains ont embauché plus de travailleurs qu’au cours de tout autre mois de l’année et les salaires ont augmenté, ce qui suggère une réaccélération du marché du travail qui pourrait retarder tout décret de baisse de taux d’intérêt par la Réserve fédérale.

La montée en flèche du nombre d’emplois non agricoles (+353 000 par rapport aux +185 000 attendus) et les révisions à la hausse des deux mois précédents ont mené à une liquidation d’obligations, entraînant une hausse des taux d’intérêt. Le salaire horaire moyen a également dépassé les prévisions, affichant une hausse de 0,6 % d’un mois sur l’autre, alors que la hausse attendue était de +0,3 %.

En parlant de la Fed...

En parlant de la Fed et des baisses de taux, la Fed ds’est penchée sur cette question plus tôt cette semaine, soit mercredi après-midi. On s’attendait à ce que la Fed reste sur la touche pour la quatrième réunion consécutive, et c’est exactement ce qu’elle a fait. Plus important encore, dans ses orientations prévisionnelles, la Réserve fédérale a formellement abandonné sa tendance au resserrement.

Dans la foulée des chiffres sur l’emploi publiés aujourd’hui, la probabilité du décret d’une baisse de taux par la Fed lors de sa prochaine réunion prévue le 20 mars a chuté d’environ 50 % la semaine dernière à environ 20 % aujourd’hui, sur la base du marché des contrats à terme sur les fonds fédéraux.

De retour au Grand Nord

Cette semaine, nous avons également eu droit à d’importantes données ici au Canada.

Mercredi, nous avons appris que le PIB réel canadien (par opposition au PIB nominal, et non au prétendu PIB) a dépassé les attentes avec une augmentation de 0,2 % d’un mois sur l’autre en novembre. Si les données de décembre vont dans le même sens, l’économie aura progressé à un rythme supérieur à 2,0 % en rythme annualisé au quatrième trimestre. Ce chiffre n’établit aucun record, mais il est solide par rapport aux derniers trimestres. Cela pourrait amener certains observateurs/pronostiqueurs du marché à revoir à la hausse leurs estimations de croissance pour 2024, ce qui pourrait avoir pour effet de réduire la pression exercée sur la Banque du Canada pour qu’elle commence à baisser les taux. Nous attendrons avec impatience la prochaine estimation de l’inflation prévue pour le 20 février. La prochaine décision de la BdC en matière de taux suivra le 6 mars et la probabilité d’une baisse de 25 points de base a chuté pour s’établir à moins de 10 %.

Target rate chart for future.

Le meilleur conseil de la semaine

Il est dangereux de confondre parler sans réfléchir et dire la vérité.

Mais... Ce n’est rien que, euh, mon opinion...

Le gars de la trésorerie se conforme.

Image of The Dude from the film The Big Lebowski holding a glass of milk smiling.

Commentaire sur le marché : Mise à jour sur les taux et le PIB et données sur l’emploi aux États-Unis

  • First National Financial LP

Bonjour!

C’est moi, le gars de la trésorerie. C’est ainsi qu’on m’appelle. Vous savez, ou, euh, Sa Majesté la Trésorerie ou, euh, El Tresurino, si vous n’êtes pas un adepte de brièveté.

Quoi qu’il en soit, écoutez, j’ai de l’information pour vous, d’accord? La lumière a été faite sur certaines choses. Et... cela pourrait être, euh... beaucoup plus, euh, complexe. Je veux dire, ce n’est pas juste un simple... euh, vous savez?

Taux

Comment les taux ont-ils évolué au cours de la dernière semaine? Eh bien, vous savez, il y a beaucoup d’entrées et de sorties, beaucoup de conjonctures.

Les rendements des obligations à 5 ans ont baissé de façon soutenue, ayant perdu plus de 20 points de base depuis vendredi dernier jusqu’à 8 h 30 ce matin, heure à laquelle ils ont regagné 10 points de base pour s’établir actuellement autour de 3,45 %. Pourquoi ce soudain retournement de situation? Trois mots : Emplois non agricoles.

Voici un graphique illustrant le rendement de l’obligation de référence du GdC à 5 ans sur douze mois :

Government of Canada bond benchmark rates as of February 2nd 2024.

Êtes-vous employé, monsieur?

Les employeurs américains ont embauché plus de travailleurs qu’au cours de tout autre mois de l’année et les salaires ont augmenté, ce qui suggère une réaccélération du marché du travail qui pourrait retarder tout décret de baisse de taux d’intérêt par la Réserve fédérale.

La montée en flèche du nombre d’emplois non agricoles (+353 000 par rapport aux +185 000 attendus) et les révisions à la hausse des deux mois précédents ont mené à une liquidation d’obligations, entraînant une hausse des taux d’intérêt. Le salaire horaire moyen a également dépassé les prévisions, affichant une hausse de 0,6 % d’un mois sur l’autre, alors que la hausse attendue était de +0,3 %.

En parlant de la Fed...

En parlant de la Fed et des baisses de taux, la Fed ds’est penchée sur cette question plus tôt cette semaine, soit mercredi après-midi. On s’attendait à ce que la Fed reste sur la touche pour la quatrième réunion consécutive, et c’est exactement ce qu’elle a fait. Plus important encore, dans ses orientations prévisionnelles, la Réserve fédérale a formellement abandonné sa tendance au resserrement.

Dans la foulée des chiffres sur l’emploi publiés aujourd’hui, la probabilité du décret d’une baisse de taux par la Fed lors de sa prochaine réunion prévue le 20 mars a chuté d’environ 50 % la semaine dernière à environ 20 % aujourd’hui, sur la base du marché des contrats à terme sur les fonds fédéraux.

De retour au Grand Nord

Cette semaine, nous avons également eu droit à d’importantes données ici au Canada.

Mercredi, nous avons appris que le PIB réel canadien (par opposition au PIB nominal, et non au prétendu PIB) a dépassé les attentes avec une augmentation de 0,2 % d’un mois sur l’autre en novembre. Si les données de décembre vont dans le même sens, l’économie aura progressé à un rythme supérieur à 2,0 % en rythme annualisé au quatrième trimestre. Ce chiffre n’établit aucun record, mais il est solide par rapport aux derniers trimestres. Cela pourrait amener certains observateurs/pronostiqueurs du marché à revoir à la hausse leurs estimations de croissance pour 2024, ce qui pourrait avoir pour effet de réduire la pression exercée sur la Banque du Canada pour qu’elle commence à baisser les taux. Nous attendrons avec impatience la prochaine estimation de l’inflation prévue pour le 20 février. La prochaine décision de la BdC en matière de taux suivra le 6 mars et la probabilité d’une baisse de 25 points de base a chuté pour s’établir à moins de 10 %.

Target rate chart for future.

Le meilleur conseil de la semaine

Il est dangereux de confondre parler sans réfléchir et dire la vérité.

Mais... Ce n’est rien que, euh, mon opinion...

Le gars de la trésorerie se conforme.

Image of The Dude from the film The Big Lebowski holding a glass of milk smiling.

Commentaire sur le marché : Mise à jour sur les taux et le PIB et données sur l’emploi aux États-Unis

  • First National Financial LP

Bonjour!

C’est moi, le gars de la trésorerie. C’est ainsi qu’on m’appelle. Vous savez, ou, euh, Sa Majesté la Trésorerie ou, euh, El Tresurino, si vous n’êtes pas un adepte de brièveté.

Quoi qu’il en soit, écoutez, j’ai de l’information pour vous, d’accord? La lumière a été faite sur certaines choses. Et... cela pourrait être, euh... beaucoup plus, euh, complexe. Je veux dire, ce n’est pas juste un simple... euh, vous savez?

Taux

Comment les taux ont-ils évolué au cours de la dernière semaine? Eh bien, vous savez, il y a beaucoup d’entrées et de sorties, beaucoup de conjonctures.

Les rendements des obligations à 5 ans ont baissé de façon soutenue, ayant perdu plus de 20 points de base depuis vendredi dernier jusqu’à 8 h 30 ce matin, heure à laquelle ils ont regagné 10 points de base pour s’établir actuellement autour de 3,45 %. Pourquoi ce soudain retournement de situation? Trois mots : Emplois non agricoles.

Voici un graphique illustrant le rendement de l’obligation de référence du GdC à 5 ans sur douze mois :

Government of Canada bond benchmark rates as of February 2nd 2024.

Êtes-vous employé, monsieur?

Les employeurs américains ont embauché plus de travailleurs qu’au cours de tout autre mois de l’année et les salaires ont augmenté, ce qui suggère une réaccélération du marché du travail qui pourrait retarder tout décret de baisse de taux d’intérêt par la Réserve fédérale.

La montée en flèche du nombre d’emplois non agricoles (+353 000 par rapport aux +185 000 attendus) et les révisions à la hausse des deux mois précédents ont mené à une liquidation d’obligations, entraînant une hausse des taux d’intérêt. Le salaire horaire moyen a également dépassé les prévisions, affichant une hausse de 0,6 % d’un mois sur l’autre, alors que la hausse attendue était de +0,3 %.

En parlant de la Fed...

En parlant de la Fed et des baisses de taux, la Fed ds’est penchée sur cette question plus tôt cette semaine, soit mercredi après-midi. On s’attendait à ce que la Fed reste sur la touche pour la quatrième réunion consécutive, et c’est exactement ce qu’elle a fait. Plus important encore, dans ses orientations prévisionnelles, la Réserve fédérale a formellement abandonné sa tendance au resserrement.

Dans la foulée des chiffres sur l’emploi publiés aujourd’hui, la probabilité du décret d’une baisse de taux par la Fed lors de sa prochaine réunion prévue le 20 mars a chuté d’environ 50 % la semaine dernière à environ 20 % aujourd’hui, sur la base du marché des contrats à terme sur les fonds fédéraux.

De retour au Grand Nord

Cette semaine, nous avons également eu droit à d’importantes données ici au Canada.

Mercredi, nous avons appris que le PIB réel canadien (par opposition au PIB nominal, et non au prétendu PIB) a dépassé les attentes avec une augmentation de 0,2 % d’un mois sur l’autre en novembre. Si les données de décembre vont dans le même sens, l’économie aura progressé à un rythme supérieur à 2,0 % en rythme annualisé au quatrième trimestre. Ce chiffre n’établit aucun record, mais il est solide par rapport aux derniers trimestres. Cela pourrait amener certains observateurs/pronostiqueurs du marché à revoir à la hausse leurs estimations de croissance pour 2024, ce qui pourrait avoir pour effet de réduire la pression exercée sur la Banque du Canada pour qu’elle commence à baisser les taux. Nous attendrons avec impatience la prochaine estimation de l’inflation prévue pour le 20 février. La prochaine décision de la BdC en matière de taux suivra le 6 mars et la probabilité d’une baisse de 25 points de base a chuté pour s’établir à moins de 10 %.

Target rate chart for future.

Le meilleur conseil de la semaine

Il est dangereux de confondre parler sans réfléchir et dire la vérité.

Mais... Ce n’est rien que, euh, mon opinion...

Le gars de la trésorerie se conforme.

Image of The Dude from the film The Big Lebowski holding a glass of milk smiling.

Commentaire sur le marché : Mise à jour sur les taux et le PIB et données sur l’emploi aux États-Unis

  • First National Financial LP

Bonjour!

C’est moi, le gars de la trésorerie. C’est ainsi qu’on m’appelle. Vous savez, ou, euh, Sa Majesté la Trésorerie ou, euh, El Tresurino, si vous n’êtes pas un adepte de brièveté.

Quoi qu’il en soit, écoutez, j’ai de l’information pour vous, d’accord? La lumière a été faite sur certaines choses. Et... cela pourrait être, euh... beaucoup plus, euh, complexe. Je veux dire, ce n’est pas juste un simple... euh, vous savez?

Taux

Comment les taux ont-ils évolué au cours de la dernière semaine? Eh bien, vous savez, il y a beaucoup d’entrées et de sorties, beaucoup de conjonctures.

Les rendements des obligations à 5 ans ont baissé de façon soutenue, ayant perdu plus de 20 points de base depuis vendredi dernier jusqu’à 8 h 30 ce matin, heure à laquelle ils ont regagné 10 points de base pour s’établir actuellement autour de 3,45 %. Pourquoi ce soudain retournement de situation? Trois mots : Emplois non agricoles.

Voici un graphique illustrant le rendement de l’obligation de référence du GdC à 5 ans sur douze mois :

Government of Canada bond benchmark rates as of February 2nd 2024.

Êtes-vous employé, monsieur?

Les employeurs américains ont embauché plus de travailleurs qu’au cours de tout autre mois de l’année et les salaires ont augmenté, ce qui suggère une réaccélération du marché du travail qui pourrait retarder tout décret de baisse de taux d’intérêt par la Réserve fédérale.

La montée en flèche du nombre d’emplois non agricoles (+353 000 par rapport aux +185 000 attendus) et les révisions à la hausse des deux mois précédents ont mené à une liquidation d’obligations, entraînant une hausse des taux d’intérêt. Le salaire horaire moyen a également dépassé les prévisions, affichant une hausse de 0,6 % d’un mois sur l’autre, alors que la hausse attendue était de +0,3 %.

En parlant de la Fed...

En parlant de la Fed et des baisses de taux, la Fed ds’est penchée sur cette question plus tôt cette semaine, soit mercredi après-midi. On s’attendait à ce que la Fed reste sur la touche pour la quatrième réunion consécutive, et c’est exactement ce qu’elle a fait. Plus important encore, dans ses orientations prévisionnelles, la Réserve fédérale a formellement abandonné sa tendance au resserrement.

Dans la foulée des chiffres sur l’emploi publiés aujourd’hui, la probabilité du décret d’une baisse de taux par la Fed lors de sa prochaine réunion prévue le 20 mars a chuté d’environ 50 % la semaine dernière à environ 20 % aujourd’hui, sur la base du marché des contrats à terme sur les fonds fédéraux.

De retour au Grand Nord

Cette semaine, nous avons également eu droit à d’importantes données ici au Canada.

Mercredi, nous avons appris que le PIB réel canadien (par opposition au PIB nominal, et non au prétendu PIB) a dépassé les attentes avec une augmentation de 0,2 % d’un mois sur l’autre en novembre. Si les données de décembre vont dans le même sens, l’économie aura progressé à un rythme supérieur à 2,0 % en rythme annualisé au quatrième trimestre. Ce chiffre n’établit aucun record, mais il est solide par rapport aux derniers trimestres. Cela pourrait amener certains observateurs/pronostiqueurs du marché à revoir à la hausse leurs estimations de croissance pour 2024, ce qui pourrait avoir pour effet de réduire la pression exercée sur la Banque du Canada pour qu’elle commence à baisser les taux. Nous attendrons avec impatience la prochaine estimation de l’inflation prévue pour le 20 février. La prochaine décision de la BdC en matière de taux suivra le 6 mars et la probabilité d’une baisse de 25 points de base a chuté pour s’établir à moins de 10 %.

Target rate chart for future.

Le meilleur conseil de la semaine

Il est dangereux de confondre parler sans réfléchir et dire la vérité.

Mais... Ce n’est rien que, euh, mon opinion...

Le gars de la trésorerie se conforme.

Image of The Dude from the film The Big Lebowski holding a glass of milk smiling.

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.