Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Commentaire sur le marché : Un coup d’œil sur les chiffres de l’inflation de cette semaine et sur l’activité récente du marché du logement

  • First National Financial LP

Bonjour!

Nous sommes maintenant sur une lancée, alors je me suis dit que je devais continuer à rédiger des commentaires. Garder son élan peut s’avérer difficile. J’ai remarqué que, parfois, le fait de trop réfléchir met pas mal un frein à tout élan qu’on a pu prendre. Des preuves d’un manque de réflexion seront évidentes tout au long de ce commentaire et peut-être même dans tous les autres à venir.

Voici un exemple : J’ai été très tenté de répondre à l’appel des Bills de Buffalo et de me rendre au Highmark Stadium pour y déblayer de la neige en échange de 20 $ l’heure lundi. Hélas, la femme du gars de la trésorerie (et responsable des ressources humaines) m’a convaincu que ce n’était pas une option envisageable. J’ai plutôt fait ce qu’il fallait et je me suis concentré sur mon vrai travail. Voici ce qui s’est passé :

Rendements des obligations gouvernementales

Vers la fin de la journée de jeudi, voici où en sont les choses :

  Durée Taux en date du 18 janvier Taux il y a 1 semaine Taux il y a 4 semaines
 2 ans

4,06%

3,82% 3,80%
 5 ans

3,54%

3,31% 3,23%
 10 ans  3,48%  3,24%  3,12%

Les rendements sont généralement plus élevés depuis la publication des données de l’IPC plus tôt cette semaine. Les détails figurent ci-dessous.

Inflation

L’inflation annualisée a atteint 3,4 % en décembre, contre 3,1 % en novembre. Le chiffre principal était conforme à ce à quoi l’on s’attendait. Une partie de l’augmentation sur douze mois, par rapport à novembre, peut être attribuée aux effets de base liés à la chute des prix de l’essence en décembre dernier, rendant ainsi la comparaison difficile. 

Malheureusement, le diable est dans les détails. Les deux mesures de l’inflation fondamentale privilégiées par la BdC ont été plus élevées que le chiffre principal. L’IPC-tronq a augmenté légèrement pour atteindre 3,7 %, tandis que l’IPC-méd s’établissait à 3,6 %. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces mesures et sur d’autres mesures de l’inflation, consultez le site Web de la BdC.

(Nota : La BdC ne verse aucune commission d’associé au gars de la trésorerie si vous consultez le site, mais je vous encourage néanmoins à le faire.)

Le marché du logement continue à jouer un rôle important dans la situation relative à l’inflation. Les loyers ont augmenté de 7,7 % sur douze mois et les coûts d’intérêts hypothécaires, de 28,6 % au cours de la même période. Il est difficile de faire baisser l’inflation lorsque tout le monde doit payer plus cher pour avoir un toit au-dessus de sa tête. De l’autre côté du grand livre, les services de voyage sont en baisse de 14,7 % et l’équipement de divertissement à domicile a baissé de 7,2 %. C’est un indicateur clair d’un ralentissement des dépenses discrétionnaires et d’une nette diminution des achats de lecteurs de CD et d’enceintes Dolby Surround Sound. C’est cohérent avec le message de l’enquête sur les perspectives des entreprises menée par la BdC et rendue publique lundi. Environ deux tiers des consommateurs déclarent qu’ils réduisent leurs dépenses ou prévoient de le faire en raison des attentes en matière de taux d’intérêt et d’inflation.

Au bout du compte, le chiffre principal n’avait rien d’étonnant, mais l’inflation est suffisamment persistante pour compliquer le travail de la Banque. Je parie que la Banque du Canada continuera à user de prudence. 

Parlant de la Banque, n’oubliez pas que son conseil de direction se réunit mercredi prochain. Jeudi soir, la probabilité d’une baisse de 25 points de base n’était que de 13 %. La probabilité d’une baisse lors de la réunion du 6 mars est désormais de 15 %, contre 35 % il y a une semaine.

Activité dans le marché du logement

Le temps doux pour la saison, combiné à des taux hypothécaires en baisse, a contribué à une augmentation de 8,7 % des ventes de logements existants en décembre par rapport au mois précédent. C’est d’autant plus impressionnant que décembre est traditionnellement le mois le moins mouvementé de l’année. En décembre, les ventes ont également augmenté de 9 % par rapport à l’an dernier, mais les ventes pour l’ensemble de 2023 ont été de 11 % de moins qu’en 2022. En fait, les ventes de logements existants en 2023 ont atteint leur niveau le plus bas des 15 dernières années. C’est tellement libérateur, et même beau d’une certaine manière, de n’avoir rien d’autre à faire que de remonter!

Malgré l’intensification des ventes, en décembre, l’Indice de prix de maison Teranet-Banque Nationale affichait une baisse (désaisonnalisé) de 0,5 % par rapport à novembre. Il s’agissait de la troisième baisse mensuelle consécutive. Une abordabilité difficile, combinée à un marché de l’emploi moins vigoureux, a contribué à ce déclin, malgré la croissance de la population et de persistants problèmes d’offre. Sur douze mois, la hausse est de 3,0 %. 

Entre-temps, les nouvelles inscriptions ont diminué en décembre et le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions a par conséquent augmenté de 50,6 à 57,8. L’activité a également fait baisser les stocks de logements invendus. 

Mise à jour concernant les opérations des OHC

Vous vous souvenez peut-être que, dans la mise à jour économique de l’automne (car je SAIS que vous l’avez tous lue), le gouvernement annonçait son intention d’acheter des Obligations hypothécaires du Canada en 2024. De nouveaux détails révèlent que le gouvernement, par l’intermédiaire de son agent financier, soit la Banque du Canada, en achètera pour jusqu’à 30 milliards de dollars du maximum de 60 milliards de dollars d’OHC dont l’émission est prévue en 2024. 

Ces taux sont criminels!

Les prêteurs de second ordre – sérieusement de second ordre – réagissent aux modifications proposées aux taux d’intérêt maximums. De nouvelles restrictions fédérales plafonneraient le taux d’intérêt maximal à 35 %, alors que le plafond est actuellement fixé à 47 %. La modification proposée ne s’appliquerait pas aux fournisseurs de prêts « sur salaire ». 

L’intention est bien sûr d’accorder aux personnes les plus vulnérables sur le plan économique une capacité d’emprunt, mais des membres de la Canadian Lenders Association soutiennent que, si le plafond est baissé, les emprunteurs concernés risquent de carrément perdre toute capacité d’emprunt.

Depuis la publication du projet de règlement le 23 décembre dernier, le ministère des Finances mène des consultations sur les détails de ces mesures. 

En attendant, le gars de la trésorerie peut vous assurer qu’aucun prêt hypothécaire octroyé par First National ne risque de dépasser l’ancien ou le nouveau plafond.

Primaires présidentielles américaines

Apparemment, un candidat portant du maquillage orange et n’ayant participé à aucun des débats précédant les primaires a remporté haut la main les caucus de l’Iowa lundi. Le candidat s’est ensuite présenté dans un tribunal de Manhattan mardi pour l’ouverture d’un procès en diffamation. En fait, tout se déroule selon ce à quoi l’on pourrait normalement s’attendre.

Lundi de la déprime

Lundi, c’était le Blue Monday. En effet, le troisième lundi de janvier, c’est le lundi de la déprime. Il a été établi que c’est le jour le plus déprimant de l’année. Les scientifiques ont mené des recherches et ont pu tout résumer dans une équation, donc ça doit être vrai. Selon les données les plus récentes, dans 60 % des cas, le lundi de la déprime est le jour le plus triste. 

Bien que la chanson n’ait rien à voir avec la journée, un exercice d’écoute connexe pour nos plus jeunes lecteurs qui ne connaissent pas immédiatement New Order est d’écouter Blue Monday (le format court le plus vendu de tous les temps) et de me poser la question « Qu’est-ce que ça fait quand ton cœur se refroidit? »

Le meilleur conseil de la semaine

S’inquiéter n’effacera pas les problèmes de demain, cela ne fait qu’enlever la paix d’aujourd’hui.

Le gars de la trésorerie vous dit à la prochaine!



Commentaire sur le marché : Un coup d’œil sur les chiffres de l’inflation de cette semaine et sur l’activité récente du marché du logement

  • First National Financial LP

Bonjour!

Nous sommes maintenant sur une lancée, alors je me suis dit que je devais continuer à rédiger des commentaires. Garder son élan peut s’avérer difficile. J’ai remarqué que, parfois, le fait de trop réfléchir met pas mal un frein à tout élan qu’on a pu prendre. Des preuves d’un manque de réflexion seront évidentes tout au long de ce commentaire et peut-être même dans tous les autres à venir.

Voici un exemple : J’ai été très tenté de répondre à l’appel des Bills de Buffalo et de me rendre au Highmark Stadium pour y déblayer de la neige en échange de 20 $ l’heure lundi. Hélas, la femme du gars de la trésorerie (et responsable des ressources humaines) m’a convaincu que ce n’était pas une option envisageable. J’ai plutôt fait ce qu’il fallait et je me suis concentré sur mon vrai travail. Voici ce qui s’est passé :

Rendements des obligations gouvernementales

Vers la fin de la journée de jeudi, voici où en sont les choses :

  Durée Taux en date du 18 janvier Taux il y a 1 semaine Taux il y a 4 semaines
 2 ans

4,06%

3,82% 3,80%
 5 ans

3,54%

3,31% 3,23%
 10 ans  3,48%  3,24%  3,12%

Les rendements sont généralement plus élevés depuis la publication des données de l’IPC plus tôt cette semaine. Les détails figurent ci-dessous.

Inflation

L’inflation annualisée a atteint 3,4 % en décembre, contre 3,1 % en novembre. Le chiffre principal était conforme à ce à quoi l’on s’attendait. Une partie de l’augmentation sur douze mois, par rapport à novembre, peut être attribuée aux effets de base liés à la chute des prix de l’essence en décembre dernier, rendant ainsi la comparaison difficile. 

Malheureusement, le diable est dans les détails. Les deux mesures de l’inflation fondamentale privilégiées par la BdC ont été plus élevées que le chiffre principal. L’IPC-tronq a augmenté légèrement pour atteindre 3,7 %, tandis que l’IPC-méd s’établissait à 3,6 %. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces mesures et sur d’autres mesures de l’inflation, consultez le site Web de la BdC.

(Nota : La BdC ne verse aucune commission d’associé au gars de la trésorerie si vous consultez le site, mais je vous encourage néanmoins à le faire.)

Le marché du logement continue à jouer un rôle important dans la situation relative à l’inflation. Les loyers ont augmenté de 7,7 % sur douze mois et les coûts d’intérêts hypothécaires, de 28,6 % au cours de la même période. Il est difficile de faire baisser l’inflation lorsque tout le monde doit payer plus cher pour avoir un toit au-dessus de sa tête. De l’autre côté du grand livre, les services de voyage sont en baisse de 14,7 % et l’équipement de divertissement à domicile a baissé de 7,2 %. C’est un indicateur clair d’un ralentissement des dépenses discrétionnaires et d’une nette diminution des achats de lecteurs de CD et d’enceintes Dolby Surround Sound. C’est cohérent avec le message de l’enquête sur les perspectives des entreprises menée par la BdC et rendue publique lundi. Environ deux tiers des consommateurs déclarent qu’ils réduisent leurs dépenses ou prévoient de le faire en raison des attentes en matière de taux d’intérêt et d’inflation.

Au bout du compte, le chiffre principal n’avait rien d’étonnant, mais l’inflation est suffisamment persistante pour compliquer le travail de la Banque. Je parie que la Banque du Canada continuera à user de prudence. 

Parlant de la Banque, n’oubliez pas que son conseil de direction se réunit mercredi prochain. Jeudi soir, la probabilité d’une baisse de 25 points de base n’était que de 13 %. La probabilité d’une baisse lors de la réunion du 6 mars est désormais de 15 %, contre 35 % il y a une semaine.

Activité dans le marché du logement

Le temps doux pour la saison, combiné à des taux hypothécaires en baisse, a contribué à une augmentation de 8,7 % des ventes de logements existants en décembre par rapport au mois précédent. C’est d’autant plus impressionnant que décembre est traditionnellement le mois le moins mouvementé de l’année. En décembre, les ventes ont également augmenté de 9 % par rapport à l’an dernier, mais les ventes pour l’ensemble de 2023 ont été de 11 % de moins qu’en 2022. En fait, les ventes de logements existants en 2023 ont atteint leur niveau le plus bas des 15 dernières années. C’est tellement libérateur, et même beau d’une certaine manière, de n’avoir rien d’autre à faire que de remonter!

Malgré l’intensification des ventes, en décembre, l’Indice de prix de maison Teranet-Banque Nationale affichait une baisse (désaisonnalisé) de 0,5 % par rapport à novembre. Il s’agissait de la troisième baisse mensuelle consécutive. Une abordabilité difficile, combinée à un marché de l’emploi moins vigoureux, a contribué à ce déclin, malgré la croissance de la population et de persistants problèmes d’offre. Sur douze mois, la hausse est de 3,0 %. 

Entre-temps, les nouvelles inscriptions ont diminué en décembre et le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions a par conséquent augmenté de 50,6 à 57,8. L’activité a également fait baisser les stocks de logements invendus. 

Mise à jour concernant les opérations des OHC

Vous vous souvenez peut-être que, dans la mise à jour économique de l’automne (car je SAIS que vous l’avez tous lue), le gouvernement annonçait son intention d’acheter des Obligations hypothécaires du Canada en 2024. De nouveaux détails révèlent que le gouvernement, par l’intermédiaire de son agent financier, soit la Banque du Canada, en achètera pour jusqu’à 30 milliards de dollars du maximum de 60 milliards de dollars d’OHC dont l’émission est prévue en 2024. 

Ces taux sont criminels!

Les prêteurs de second ordre – sérieusement de second ordre – réagissent aux modifications proposées aux taux d’intérêt maximums. De nouvelles restrictions fédérales plafonneraient le taux d’intérêt maximal à 35 %, alors que le plafond est actuellement fixé à 47 %. La modification proposée ne s’appliquerait pas aux fournisseurs de prêts « sur salaire ». 

L’intention est bien sûr d’accorder aux personnes les plus vulnérables sur le plan économique une capacité d’emprunt, mais des membres de la Canadian Lenders Association soutiennent que, si le plafond est baissé, les emprunteurs concernés risquent de carrément perdre toute capacité d’emprunt.

Depuis la publication du projet de règlement le 23 décembre dernier, le ministère des Finances mène des consultations sur les détails de ces mesures. 

En attendant, le gars de la trésorerie peut vous assurer qu’aucun prêt hypothécaire octroyé par First National ne risque de dépasser l’ancien ou le nouveau plafond.

Primaires présidentielles américaines

Apparemment, un candidat portant du maquillage orange et n’ayant participé à aucun des débats précédant les primaires a remporté haut la main les caucus de l’Iowa lundi. Le candidat s’est ensuite présenté dans un tribunal de Manhattan mardi pour l’ouverture d’un procès en diffamation. En fait, tout se déroule selon ce à quoi l’on pourrait normalement s’attendre.

Lundi de la déprime

Lundi, c’était le Blue Monday. En effet, le troisième lundi de janvier, c’est le lundi de la déprime. Il a été établi que c’est le jour le plus déprimant de l’année. Les scientifiques ont mené des recherches et ont pu tout résumer dans une équation, donc ça doit être vrai. Selon les données les plus récentes, dans 60 % des cas, le lundi de la déprime est le jour le plus triste. 

Bien que la chanson n’ait rien à voir avec la journée, un exercice d’écoute connexe pour nos plus jeunes lecteurs qui ne connaissent pas immédiatement New Order est d’écouter Blue Monday (le format court le plus vendu de tous les temps) et de me poser la question « Qu’est-ce que ça fait quand ton cœur se refroidit? »

Le meilleur conseil de la semaine

S’inquiéter n’effacera pas les problèmes de demain, cela ne fait qu’enlever la paix d’aujourd’hui.

Le gars de la trésorerie vous dit à la prochaine!



Commentaire sur le marché : Un coup d’œil sur les chiffres de l’inflation de cette semaine et sur l’activité récente du marché du logement

  • First National Financial LP

Bonjour!

Nous sommes maintenant sur une lancée, alors je me suis dit que je devais continuer à rédiger des commentaires. Garder son élan peut s’avérer difficile. J’ai remarqué que, parfois, le fait de trop réfléchir met pas mal un frein à tout élan qu’on a pu prendre. Des preuves d’un manque de réflexion seront évidentes tout au long de ce commentaire et peut-être même dans tous les autres à venir.

Voici un exemple : J’ai été très tenté de répondre à l’appel des Bills de Buffalo et de me rendre au Highmark Stadium pour y déblayer de la neige en échange de 20 $ l’heure lundi. Hélas, la femme du gars de la trésorerie (et responsable des ressources humaines) m’a convaincu que ce n’était pas une option envisageable. J’ai plutôt fait ce qu’il fallait et je me suis concentré sur mon vrai travail. Voici ce qui s’est passé :

Rendements des obligations gouvernementales

Vers la fin de la journée de jeudi, voici où en sont les choses :

  Durée Taux en date du 18 janvier Taux il y a 1 semaine Taux il y a 4 semaines
 2 ans

4,06%

3,82% 3,80%
 5 ans

3,54%

3,31% 3,23%
 10 ans  3,48%  3,24%  3,12%

Les rendements sont généralement plus élevés depuis la publication des données de l’IPC plus tôt cette semaine. Les détails figurent ci-dessous.

Inflation

L’inflation annualisée a atteint 3,4 % en décembre, contre 3,1 % en novembre. Le chiffre principal était conforme à ce à quoi l’on s’attendait. Une partie de l’augmentation sur douze mois, par rapport à novembre, peut être attribuée aux effets de base liés à la chute des prix de l’essence en décembre dernier, rendant ainsi la comparaison difficile. 

Malheureusement, le diable est dans les détails. Les deux mesures de l’inflation fondamentale privilégiées par la BdC ont été plus élevées que le chiffre principal. L’IPC-tronq a augmenté légèrement pour atteindre 3,7 %, tandis que l’IPC-méd s’établissait à 3,6 %. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces mesures et sur d’autres mesures de l’inflation, consultez le site Web de la BdC.

(Nota : La BdC ne verse aucune commission d’associé au gars de la trésorerie si vous consultez le site, mais je vous encourage néanmoins à le faire.)

Le marché du logement continue à jouer un rôle important dans la situation relative à l’inflation. Les loyers ont augmenté de 7,7 % sur douze mois et les coûts d’intérêts hypothécaires, de 28,6 % au cours de la même période. Il est difficile de faire baisser l’inflation lorsque tout le monde doit payer plus cher pour avoir un toit au-dessus de sa tête. De l’autre côté du grand livre, les services de voyage sont en baisse de 14,7 % et l’équipement de divertissement à domicile a baissé de 7,2 %. C’est un indicateur clair d’un ralentissement des dépenses discrétionnaires et d’une nette diminution des achats de lecteurs de CD et d’enceintes Dolby Surround Sound. C’est cohérent avec le message de l’enquête sur les perspectives des entreprises menée par la BdC et rendue publique lundi. Environ deux tiers des consommateurs déclarent qu’ils réduisent leurs dépenses ou prévoient de le faire en raison des attentes en matière de taux d’intérêt et d’inflation.

Au bout du compte, le chiffre principal n’avait rien d’étonnant, mais l’inflation est suffisamment persistante pour compliquer le travail de la Banque. Je parie que la Banque du Canada continuera à user de prudence. 

Parlant de la Banque, n’oubliez pas que son conseil de direction se réunit mercredi prochain. Jeudi soir, la probabilité d’une baisse de 25 points de base n’était que de 13 %. La probabilité d’une baisse lors de la réunion du 6 mars est désormais de 15 %, contre 35 % il y a une semaine.

Activité dans le marché du logement

Le temps doux pour la saison, combiné à des taux hypothécaires en baisse, a contribué à une augmentation de 8,7 % des ventes de logements existants en décembre par rapport au mois précédent. C’est d’autant plus impressionnant que décembre est traditionnellement le mois le moins mouvementé de l’année. En décembre, les ventes ont également augmenté de 9 % par rapport à l’an dernier, mais les ventes pour l’ensemble de 2023 ont été de 11 % de moins qu’en 2022. En fait, les ventes de logements existants en 2023 ont atteint leur niveau le plus bas des 15 dernières années. C’est tellement libérateur, et même beau d’une certaine manière, de n’avoir rien d’autre à faire que de remonter!

Malgré l’intensification des ventes, en décembre, l’Indice de prix de maison Teranet-Banque Nationale affichait une baisse (désaisonnalisé) de 0,5 % par rapport à novembre. Il s’agissait de la troisième baisse mensuelle consécutive. Une abordabilité difficile, combinée à un marché de l’emploi moins vigoureux, a contribué à ce déclin, malgré la croissance de la population et de persistants problèmes d’offre. Sur douze mois, la hausse est de 3,0 %. 

Entre-temps, les nouvelles inscriptions ont diminué en décembre et le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions a par conséquent augmenté de 50,6 à 57,8. L’activité a également fait baisser les stocks de logements invendus. 

Mise à jour concernant les opérations des OHC

Vous vous souvenez peut-être que, dans la mise à jour économique de l’automne (car je SAIS que vous l’avez tous lue), le gouvernement annonçait son intention d’acheter des Obligations hypothécaires du Canada en 2024. De nouveaux détails révèlent que le gouvernement, par l’intermédiaire de son agent financier, soit la Banque du Canada, en achètera pour jusqu’à 30 milliards de dollars du maximum de 60 milliards de dollars d’OHC dont l’émission est prévue en 2024. 

Ces taux sont criminels!

Les prêteurs de second ordre – sérieusement de second ordre – réagissent aux modifications proposées aux taux d’intérêt maximums. De nouvelles restrictions fédérales plafonneraient le taux d’intérêt maximal à 35 %, alors que le plafond est actuellement fixé à 47 %. La modification proposée ne s’appliquerait pas aux fournisseurs de prêts « sur salaire ». 

L’intention est bien sûr d’accorder aux personnes les plus vulnérables sur le plan économique une capacité d’emprunt, mais des membres de la Canadian Lenders Association soutiennent que, si le plafond est baissé, les emprunteurs concernés risquent de carrément perdre toute capacité d’emprunt.

Depuis la publication du projet de règlement le 23 décembre dernier, le ministère des Finances mène des consultations sur les détails de ces mesures. 

En attendant, le gars de la trésorerie peut vous assurer qu’aucun prêt hypothécaire octroyé par First National ne risque de dépasser l’ancien ou le nouveau plafond.

Primaires présidentielles américaines

Apparemment, un candidat portant du maquillage orange et n’ayant participé à aucun des débats précédant les primaires a remporté haut la main les caucus de l’Iowa lundi. Le candidat s’est ensuite présenté dans un tribunal de Manhattan mardi pour l’ouverture d’un procès en diffamation. En fait, tout se déroule selon ce à quoi l’on pourrait normalement s’attendre.

Lundi de la déprime

Lundi, c’était le Blue Monday. En effet, le troisième lundi de janvier, c’est le lundi de la déprime. Il a été établi que c’est le jour le plus déprimant de l’année. Les scientifiques ont mené des recherches et ont pu tout résumer dans une équation, donc ça doit être vrai. Selon les données les plus récentes, dans 60 % des cas, le lundi de la déprime est le jour le plus triste. 

Bien que la chanson n’ait rien à voir avec la journée, un exercice d’écoute connexe pour nos plus jeunes lecteurs qui ne connaissent pas immédiatement New Order est d’écouter Blue Monday (le format court le plus vendu de tous les temps) et de me poser la question « Qu’est-ce que ça fait quand ton cœur se refroidit? »

Le meilleur conseil de la semaine

S’inquiéter n’effacera pas les problèmes de demain, cela ne fait qu’enlever la paix d’aujourd’hui.

Le gars de la trésorerie vous dit à la prochaine!



Commentaire sur le marché : Un coup d’œil sur les chiffres de l’inflation de cette semaine et sur l’activité récente du marché du logement

  • First National Financial LP

Bonjour!

Nous sommes maintenant sur une lancée, alors je me suis dit que je devais continuer à rédiger des commentaires. Garder son élan peut s’avérer difficile. J’ai remarqué que, parfois, le fait de trop réfléchir met pas mal un frein à tout élan qu’on a pu prendre. Des preuves d’un manque de réflexion seront évidentes tout au long de ce commentaire et peut-être même dans tous les autres à venir.

Voici un exemple : J’ai été très tenté de répondre à l’appel des Bills de Buffalo et de me rendre au Highmark Stadium pour y déblayer de la neige en échange de 20 $ l’heure lundi. Hélas, la femme du gars de la trésorerie (et responsable des ressources humaines) m’a convaincu que ce n’était pas une option envisageable. J’ai plutôt fait ce qu’il fallait et je me suis concentré sur mon vrai travail. Voici ce qui s’est passé :

Rendements des obligations gouvernementales

Vers la fin de la journée de jeudi, voici où en sont les choses :

  Durée Taux en date du 18 janvier Taux il y a 1 semaine Taux il y a 4 semaines
 2 ans

4,06%

3,82% 3,80%
 5 ans

3,54%

3,31% 3,23%
 10 ans  3,48%  3,24%  3,12%

Les rendements sont généralement plus élevés depuis la publication des données de l’IPC plus tôt cette semaine. Les détails figurent ci-dessous.

Inflation

L’inflation annualisée a atteint 3,4 % en décembre, contre 3,1 % en novembre. Le chiffre principal était conforme à ce à quoi l’on s’attendait. Une partie de l’augmentation sur douze mois, par rapport à novembre, peut être attribuée aux effets de base liés à la chute des prix de l’essence en décembre dernier, rendant ainsi la comparaison difficile. 

Malheureusement, le diable est dans les détails. Les deux mesures de l’inflation fondamentale privilégiées par la BdC ont été plus élevées que le chiffre principal. L’IPC-tronq a augmenté légèrement pour atteindre 3,7 %, tandis que l’IPC-méd s’établissait à 3,6 %. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces mesures et sur d’autres mesures de l’inflation, consultez le site Web de la BdC.

(Nota : La BdC ne verse aucune commission d’associé au gars de la trésorerie si vous consultez le site, mais je vous encourage néanmoins à le faire.)

Le marché du logement continue à jouer un rôle important dans la situation relative à l’inflation. Les loyers ont augmenté de 7,7 % sur douze mois et les coûts d’intérêts hypothécaires, de 28,6 % au cours de la même période. Il est difficile de faire baisser l’inflation lorsque tout le monde doit payer plus cher pour avoir un toit au-dessus de sa tête. De l’autre côté du grand livre, les services de voyage sont en baisse de 14,7 % et l’équipement de divertissement à domicile a baissé de 7,2 %. C’est un indicateur clair d’un ralentissement des dépenses discrétionnaires et d’une nette diminution des achats de lecteurs de CD et d’enceintes Dolby Surround Sound. C’est cohérent avec le message de l’enquête sur les perspectives des entreprises menée par la BdC et rendue publique lundi. Environ deux tiers des consommateurs déclarent qu’ils réduisent leurs dépenses ou prévoient de le faire en raison des attentes en matière de taux d’intérêt et d’inflation.

Au bout du compte, le chiffre principal n’avait rien d’étonnant, mais l’inflation est suffisamment persistante pour compliquer le travail de la Banque. Je parie que la Banque du Canada continuera à user de prudence. 

Parlant de la Banque, n’oubliez pas que son conseil de direction se réunit mercredi prochain. Jeudi soir, la probabilité d’une baisse de 25 points de base n’était que de 13 %. La probabilité d’une baisse lors de la réunion du 6 mars est désormais de 15 %, contre 35 % il y a une semaine.

Activité dans le marché du logement

Le temps doux pour la saison, combiné à des taux hypothécaires en baisse, a contribué à une augmentation de 8,7 % des ventes de logements existants en décembre par rapport au mois précédent. C’est d’autant plus impressionnant que décembre est traditionnellement le mois le moins mouvementé de l’année. En décembre, les ventes ont également augmenté de 9 % par rapport à l’an dernier, mais les ventes pour l’ensemble de 2023 ont été de 11 % de moins qu’en 2022. En fait, les ventes de logements existants en 2023 ont atteint leur niveau le plus bas des 15 dernières années. C’est tellement libérateur, et même beau d’une certaine manière, de n’avoir rien d’autre à faire que de remonter!

Malgré l’intensification des ventes, en décembre, l’Indice de prix de maison Teranet-Banque Nationale affichait une baisse (désaisonnalisé) de 0,5 % par rapport à novembre. Il s’agissait de la troisième baisse mensuelle consécutive. Une abordabilité difficile, combinée à un marché de l’emploi moins vigoureux, a contribué à ce déclin, malgré la croissance de la population et de persistants problèmes d’offre. Sur douze mois, la hausse est de 3,0 %. 

Entre-temps, les nouvelles inscriptions ont diminué en décembre et le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions a par conséquent augmenté de 50,6 à 57,8. L’activité a également fait baisser les stocks de logements invendus.