Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Commentaire sur les marchés : Que s’est-il passé en matière de taux, de courbes rendement et de nouvelles émissions cette semaine? Découvrez la réponse ici.

  • Andrew Masliwec, analyste, Marchés de capitaux

Bonjour,

Cela fait quelques semaines depuis le dernier commentaire, mais, heureusement, la Terre a continué de tourner. Quoi de neuf? Pas grand-chose en fait. Quelques déguisements de mauvais goût et la possible destitution d’un président en exercice. Les marchés ont semblé bouger.

En tout cas, je vais faire de mon mieux pour récapituler les impacts sur les taux d’intérêt. Après tout, j’en ai le devoir. Le gars de la trésorerie et moi avons eu une conversation téléphonique à propos d’une entente ou d’une « contrepartie » comme on dit. Il me dit quoi faire et je reçois mon salaire comme convenu.

Taux, courbes de rendement et nouvelles émissions

Les rendements des obligations canadiennes ont fait l’objet de spéculation malheureuse à la bourse pendant la semaine même si rien en matière de l’actualité économique ne le justifiait. L’actuelle obligation du GdC de 5 ans affiche un rendement de 1,40 % et celle de 10 ans, un rendement de 1,36 %. Depuis le dernier commentaire daté du 13 septembre, le rendement de l’obligation du gouvernement du Canada de 5 ans a baissé de 10 points de base. Il demeure néanmoins 25 points de base plus élevé qu’il y a un mois. Autant dire que ce fut un mois actif en matière d’établissement des taux hypothécaires du marché.

Pour ce qui est de la courbe de crédit, les OHC ont réagi de façon similaire en matière de rendements : 1,70 % sur 5 ans et 1,78 % sur 10 ans. L’écart entre les 5 ans et les 10 ans s’est creusé par rapport à il y a un mois, lorsqu’il n’était que de 5 points de base. La demande pour l’obligation de 10 ans demeure toutefois très, très élevée. Heureusement pour vous, l’emprunteur, First National est en mesure de vous offrir des hypothèques commerciales de 10, 15 ou 20 ans! Parlez-en à votre représentante ou représentant favori dès aujourd’hui.

Donc, à quoi ressemble la courbe de rendement ces jours-ci? Bien, si vous vous rappelez, il y a quelque temps, l’inversion de la courbe avait fait couler beaucoup d’encre. Aussi, si vous avez lu le premier paragraphe, vous avez probablement constaté que l’obligation de 5 ans affiche un rendement inférieur à l’obligation de 10 ans. Dans mon livre à moi, c’est ce qu’on appelle une inversion. Encore aucune nouvelle sur les signes d’une récession… Cependant, ce qu’on ne vous enseigne pas dans le cours d’initiation à l’économie est que les courbes de rendement peuvent parfois non seulement s’inverser, mais aussi ressembler au « Behemoth » de Canada Wonderland. Vous ne me croyez pas? Prenez la courbe de rendement suivante :

Commentary - Sept 27

Source : graphiques Bloomberg

Ça peut avoir l’air amusant, mais il reste à savoir dans quelle direction l’économie se dirigera.

Enfin, la faiblesse des taux d’intérêt et un appétit décent pour le risque expliquent la grande quantité de nouvelles émissions au cours des dernières semaines. La Banque Équitable a émis pour 200 millions de dollars de billets de dépôt venant à échéance le 26 septembre 2022. Le prix a été fixé à +145 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC et l’émission a été bien souscrite, avec plus de 30 acheteurs. C’est toujours un bon signe lorsque d’autres prêteurs émettent des créances pour avoir une idée des coûts d’emprunt.

Merrill Lynch Canada – ou Bank of America Securities – a procédé à une méga-émission de TH LNH mardi. Merrill a vendu pour 750 millions de dollars du fonds de 1,5 milliard de dollars à un écart de +47 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC. L’émission s’est bien vendue auprès de plus de 23 acheteurs, à hauteur de 15-20 %, et la demande était deux fois supérieure à l’offre. Cela survient après une émission de THR par Home Trust. C’est donc une excellente nouvelle pour à la fois les emprunteurs (vous) et les prêteurs (nous) que l’appétit des investisseurs est au niveau d’un « bon de réduction de 50 % au buffet chinois » pour les titres hypothécaires.

Nouvelles économiques entre autres

Nous n’avons pas couvert l’annonce de l’IPC le 18 septembre, mais il suffit de dire que l’annonce n’a pas vraiment perturbé les marchés. L’IPC (ou l’inflation) en août s’est chiffré à -0,1 % alors que la prévision était de -0,2 %. Par conséquent, l’IPC annualisé demeure solidement à 1,9 %. Rien pour inciter la Banque du Canada à agir. Le 20 septembre, nous avons appris que les ventes au détail en juillet ont été inférieures aux prévisions. La croissance mensuelle en juillet s’est établie à 0,4 % (contre une prévision de 0,6 %). Le marché a balayé l’issue globale et tout le monde attend maintenant l’annonce concernant le PIB mardi. La probabilité du décret d’une baisse de taux par la Banque du Canada d’ici la fin de 2019 s’établit à environ 19 %.

Au sud de la frontière, la Réserve fédérale a fait ce qui était attendu d’elle en coupant son taux de financement fédéral de 25 points de base. Encore plus intéressant est ce qui se passe dans les marchés américains des pensions. Les marchés des pensions, qui sont à la base de tout le financement à court terme pour les institutions financières, ont enregistré de forts pointes des coûts de financement au cours des dernières semaines. Atteignant un niveau de 10 % pour le financement à un jour à certains moments, les marchés des pensions au sud de la frontière ont enregistré une compression majeure pour diverses raisons, dont les suivantes : le paiement des impôts des sociétés, des bilans réduits des banques et des règlements élevés de bons du Trésor. Pourquoi j’en parle? C’est un créneau, mais ça demeure un marché important et la pierre angulaire du système financier. Ça vaut donc la peine de lire là-dessus si ça vous intéresse.

Enfin, voici une autre nouvelle de niche dont vous ignorez probablement l’existence. Un tribunal allemand a récemment statué qu’avoir une gueule de bois est une maladie. La décision a été rendue après l’échec en cour d’un produit alimentaire vendu comme « remède contre la gueule de bois ». En Allemagne, aucun produit alimentaire ne peut être commercialisé sur la base de propriétés de prévention, de guérison ou de traitement de maladies. Malheureusement, lorsque j’ai tenté d’invoquer ma nouvelle maladie pour ne pas entrer au travail ce matin, le gars de la trésorerie m’a fait rédiger ce commentaire.

Passez un bon week-end.

Andrew

 

Commentaire sur les marchés : Que s’est-il passé en matière de taux, de courbes rendement et de nouvelles émissions cette semaine? Découvrez la réponse ici.

  • Andrew Masliwec, analyste, Marchés de capitaux

Bonjour,

Cela fait quelques semaines depuis le dernier commentaire, mais, heureusement, la Terre a continué de tourner. Quoi de neuf? Pas grand-chose en fait. Quelques déguisements de mauvais goût et la possible destitution d’un président en exercice. Les marchés ont semblé bouger.

En tout cas, je vais faire de mon mieux pour récapituler les impacts sur les taux d’intérêt. Après tout, j’en ai le devoir. Le gars de la trésorerie et moi avons eu une conversation téléphonique à propos d’une entente ou d’une « contrepartie » comme on dit. Il me dit quoi faire et je reçois mon salaire comme convenu.

Taux, courbes de rendement et nouvelles émissions

Les rendements des obligations canadiennes ont fait l’objet de spéculation malheureuse à la bourse pendant la semaine même si rien en matière de l’actualité économique ne le justifiait. L’actuelle obligation du GdC de 5 ans affiche un rendement de 1,40 % et celle de 10 ans, un rendement de 1,36 %. Depuis le dernier commentaire daté du 13 septembre, le rendement de l’obligation du gouvernement du Canada de 5 ans a baissé de 10 points de base. Il demeure néanmoins 25 points de base plus élevé qu’il y a un mois. Autant dire que ce fut un mois actif en matière d’établissement des taux hypothécaires du marché.

Pour ce qui est de la courbe de crédit, les OHC ont réagi de façon similaire en matière de rendements : 1,70 % sur 5 ans et 1,78 % sur 10 ans. L’écart entre les 5 ans et les 10 ans s’est creusé par rapport à il y a un mois, lorsqu’il n’était que de 5 points de base. La demande pour l’obligation de 10 ans demeure toutefois très, très élevée. Heureusement pour vous, l’emprunteur, First National est en mesure de vous offrir des hypothèques commerciales de 10, 15 ou 20 ans! Parlez-en à votre représentante ou représentant favori dès aujourd’hui.

Donc, à quoi ressemble la courbe de rendement ces jours-ci? Bien, si vous vous rappelez, il y a quelque temps, l’inversion de la courbe avait fait couler beaucoup d’encre. Aussi, si vous avez lu le premier paragraphe, vous avez probablement constaté que l’obligation de 5 ans affiche un rendement inférieur à l’obligation de 10 ans. Dans mon livre à moi, c’est ce qu’on appelle une inversion. Encore aucune nouvelle sur les signes d’une récession… Cependant, ce qu’on ne vous enseigne pas dans le cours d’initiation à l’économie est que les courbes de rendement peuvent parfois non seulement s’inverser, mais aussi ressembler au « Behemoth » de Canada Wonderland. Vous ne me croyez pas? Prenez la courbe de rendement suivante :

Commentary - Sept 27

Source : graphiques Bloomberg

Ça peut avoir l’air amusant, mais il reste à savoir dans quelle direction l’économie se dirigera.

Enfin, la faiblesse des taux d’intérêt et un appétit décent pour le risque expliquent la grande quantité de nouvelles émissions au cours des dernières semaines. La Banque Équitable a émis pour 200 millions de dollars de billets de dépôt venant à échéance le 26 septembre 2022. Le prix a été fixé à +145 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC et l’émission a été bien souscrite, avec plus de 30 acheteurs. C’est toujours un bon signe lorsque d’autres prêteurs émettent des créances pour avoir une idée des coûts d’emprunt.

Merrill Lynch Canada – ou Bank of America Securities – a procédé à une méga-émission de TH LNH mardi. Merrill a vendu pour 750 millions de dollars du fonds de 1,5 milliard de dollars à un écart de +47 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC. L’émission s’est bien vendue auprès de plus de 23 acheteurs, à hauteur de 15-20 %, et la demande était deux fois supérieure à l’offre. Cela survient après une émission de THR par Home Trust. C’est donc une excellente nouvelle pour à la fois les emprunteurs (vous) et les prêteurs (nous) que l’appétit des investisseurs est au niveau d’un « bon de réduction de 50 % au buffet chinois » pour les titres hypothécaires.

Nouvelles économiques entre autres

Nous n’avons pas couvert l’annonce de l’IPC le 18 septembre, mais il suffit de dire que l’annonce n’a pas vraiment perturbé les marchés. L’IPC (ou l’inflation) en août s’est chiffré à -0,1 % alors que la prévision était de -0,2 %. Par conséquent, l’IPC annualisé demeure solidement à 1,9 %. Rien pour inciter la Banque du Canada à agir. Le 20 septembre, nous avons appris que les ventes au détail en juillet ont été inférieures aux prévisions. La croissance mensuelle en juillet s’est établie à 0,4 % (contre une prévision de 0,6 %). Le marché a balayé l’issue globale et tout le monde attend maintenant l’annonce concernant le PIB mardi. La probabilité du décret d’une baisse de taux par la Banque du Canada d’ici la fin de 2019 s’établit à environ 19 %.

Au sud de la frontière, la Réserve fédérale a fait ce qui était attendu d’elle en coupant son taux de financement fédéral de 25 points de base. Encore plus intéressant est ce qui se passe dans les marchés américains des pensions. Les marchés des pensions, qui sont à la base de tout le financement à court terme pour les institutions financières, ont enregistré de forts pointes des coûts de financement au cours des dernières semaines. Atteignant un niveau de 10 % pour le financement à un jour à certains moments, les marchés des pensions au sud de la frontière ont enregistré une compression majeure pour diverses raisons, dont les suivantes : le paiement des impôts des sociétés, des bilans réduits des banques et des règlements élevés de bons du Trésor. Pourquoi j’en parle? C’est un créneau, mais ça demeure un marché important et la pierre angulaire du système financier. Ça vaut donc la peine de lire là-dessus si ça vous intéresse.

Enfin, voici une autre nouvelle de niche dont vous ignorez probablement l’existence. Un tribunal allemand a récemment statué qu’avoir une gueule de bois est une maladie. La décision a été rendue après l’échec en cour d’un produit alimentaire vendu comme « remède contre la gueule de bois ». En Allemagne, aucun produit alimentaire ne peut être commercialisé sur la base de propriétés de prévention, de guérison ou de traitement de maladies. Malheureusement, lorsque j’ai tenté d’invoquer ma nouvelle maladie pour ne pas entrer au travail ce matin, le gars de la trésorerie m’a fait rédiger ce commentaire.

Passez un bon week-end.

Andrew

 

Commentaire sur les marchés : Que s’est-il passé en matière de taux, de courbes rendement et de nouvelles émissions cette semaine? Découvrez la réponse ici.

  • Andrew Masliwec, analyste, Marchés de capitaux

Bonjour,

Cela fait quelques semaines depuis le dernier commentaire, mais, heureusement, la Terre a continué de tourner. Quoi de neuf? Pas grand-chose en fait. Quelques déguisements de mauvais goût et la possible destitution d’un président en exercice. Les marchés ont semblé bouger.

En tout cas, je vais faire de mon mieux pour récapituler les impacts sur les taux d’intérêt. Après tout, j’en ai le devoir. Le gars de la trésorerie et moi avons eu une conversation téléphonique à propos d’une entente ou d’une « contrepartie » comme on dit. Il me dit quoi faire et je reçois mon salaire comme convenu.

Taux, courbes de rendement et nouvelles émissions

Les rendements des obligations canadiennes ont fait l’objet de spéculation malheureuse à la bourse pendant la semaine même si rien en matière de l’actualité économique ne le justifiait. L’actuelle obligation du GdC de 5 ans affiche un rendement de 1,40 % et celle de 10 ans, un rendement de 1,36 %. Depuis le dernier commentaire daté du 13 septembre, le rendement de l’obligation du gouvernement du Canada de 5 ans a baissé de 10 points de base. Il demeure néanmoins 25 points de base plus élevé qu’il y a un mois. Autant dire que ce fut un mois actif en matière d’établissement des taux hypothécaires du marché.

Pour ce qui est de la courbe de crédit, les OHC ont réagi de façon similaire en matière de rendements : 1,70 % sur 5 ans et 1,78 % sur 10 ans. L’écart entre les 5 ans et les 10 ans s’est creusé par rapport à il y a un mois, lorsqu’il n’était que de 5 points de base. La demande pour l’obligation de 10 ans demeure toutefois très, très élevée. Heureusement pour vous, l’emprunteur, First National est en mesure de vous offrir des hypothèques commerciales de 10, 15 ou 20 ans! Parlez-en à votre représentante ou représentant favori dès aujourd’hui.

Donc, à quoi ressemble la courbe de rendement ces jours-ci? Bien, si vous vous rappelez, il y a quelque temps, l’inversion de la courbe avait fait couler beaucoup d’encre. Aussi, si vous avez lu le premier paragraphe, vous avez probablement constaté que l’obligation de 5 ans affiche un rendement inférieur à l’obligation de 10 ans. Dans mon livre à moi, c’est ce qu’on appelle une inversion. Encore aucune nouvelle sur les signes d’une récession… Cependant, ce qu’on ne vous enseigne pas dans le cours d’initiation à l’économie est que les courbes de rendement peuvent parfois non seulement s’inverser, mais aussi ressembler au « Behemoth » de Canada Wonderland. Vous ne me croyez pas? Prenez la courbe de rendement suivante :

Commentary - Sept 27

Source : graphiques Bloomberg

Ça peut avoir l’air amusant, mais il reste à savoir dans quelle direction l’économie se dirigera.

Enfin, la faiblesse des taux d’intérêt et un appétit décent pour le risque expliquent la grande quantité de nouvelles émissions au cours des dernières semaines. La Banque Équitable a émis pour 200 millions de dollars de billets de dépôt venant à échéance le 26 septembre 2022. Le prix a été fixé à +145 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC et l’émission a été bien souscrite, avec plus de 30 acheteurs. C’est toujours un bon signe lorsque d’autres prêteurs émettent des créances pour avoir une idée des coûts d’emprunt.

Merrill Lynch Canada – ou Bank of America Securities – a procédé à une méga-émission de TH LNH mardi. Merrill a vendu pour 750 millions de dollars du fonds de 1,5 milliard de dollars à un écart de +47 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC. L’émission s’est bien vendue auprès de plus de 23 acheteurs, à hauteur de 15-20 %, et la demande était deux fois supérieure à l’offre. Cela survient après une émission de THR par Home Trust. C’est donc une excellente nouvelle pour à la fois les emprunteurs (vous) et les prêteurs (nous) que l’appétit des investisseurs est au niveau d’un « bon de réduction de 50 % au buffet chinois » pour les titres hypothécaires.

Nouvelles économiques entre autres

Nous n’avons pas couvert l’annonce de l’IPC le 18 septembre, mais il suffit de dire que l’annonce n’a pas vraiment perturbé les marchés. L’IPC (ou l’inflation) en août s’est chiffré à -0,1 % alors que la prévision était de -0,2 %. Par conséquent, l’IPC annualisé demeure solidement à 1,9 %. Rien pour inciter la Banque du Canada à agir. Le 20 septembre, nous avons appris que les ventes au détail en juillet ont été inférieures aux prévisions. La croissance mensuelle en juillet s’est établie à 0,4 % (contre une prévision de 0,6 %). Le marché a balayé l’issue globale et tout le monde attend maintenant l’annonce concernant le PIB mardi. La probabilité du décret d’une baisse de taux par la Banque du Canada d’ici la fin de 2019 s’établit à environ 19 %.

Au sud de la frontière, la Réserve fédérale a fait ce qui était attendu d’elle en coupant son taux de financement fédéral de 25 points de base. Encore plus intéressant est ce qui se passe dans les marchés américains des pensions. Les marchés des pensions, qui sont à la base de tout le financement à court terme pour les institutions financières, ont enregistré de forts pointes des coûts de financement au cours des dernières semaines. Atteignant un niveau de 10 % pour le financement à un jour à certains moments, les marchés des pensions au sud de la frontière ont enregistré une compression majeure pour diverses raisons, dont les suivantes : le paiement des impôts des sociétés, des bilans réduits des banques et des règlements élevés de bons du Trésor. Pourquoi j’en parle? C’est un créneau, mais ça demeure un marché important et la pierre angulaire du système financier. Ça vaut donc la peine de lire là-dessus si ça vous intéresse.

Enfin, voici une autre nouvelle de niche dont vous ignorez probablement l’existence. Un tribunal allemand a récemment statué qu’avoir une gueule de bois est une maladie. La décision a été rendue après l’échec en cour d’un produit alimentaire vendu comme « remède contre la gueule de bois ». En Allemagne, aucun produit alimentaire ne peut être commercialisé sur la base de propriétés de prévention, de guérison ou de traitement de maladies. Malheureusement, lorsque j’ai tenté d’invoquer ma nouvelle maladie pour ne pas entrer au travail ce matin, le gars de la trésorerie m’a fait rédiger ce commentaire.

Passez un bon week-end.

Andrew

 

Commentaire sur les marchés : Que s’est-il passé en matière de taux, de courbes rendement et de nouvelles émissions cette semaine? Découvrez la réponse ici.

  • Andrew Masliwec, analyste, Marchés de capitaux

Bonjour,

Cela fait quelques semaines depuis le dernier commentaire, mais, heureusement, la Terre a continué de tourner. Quoi de neuf? Pas grand-chose en fait. Quelques déguisements de mauvais goût et la possible destitution d’un président en exercice. Les marchés ont semblé bouger.

En tout cas, je vais faire de mon mieux pour récapituler les impacts sur les taux d’intérêt. Après tout, j’en ai le devoir. Le gars de la trésorerie et moi avons eu une conversation téléphonique à propos d’une entente ou d’une « contrepartie » comme on dit. Il me dit quoi faire et je reçois mon salaire comme convenu.

Taux, courbes de rendement et nouvelles émissions

Les rendements des obligations canadiennes ont fait l’objet de spéculation malheureuse à la bourse pendant la semaine même si rien en matière de l’actualité économique ne le justifiait. L’actuelle obligation du GdC de 5 ans affiche un rendement de 1,40 % et celle de 10 ans, un rendement de 1,36 %. Depuis le dernier commentaire daté du 13 septembre, le rendement de l’obligation du gouvernement du Canada de 5 ans a baissé de 10 points de base. Il demeure néanmoins 25 points de base plus élevé qu’il y a un mois. Autant dire que ce fut un mois actif en matière d’établissement des taux hypothécaires du marché.

Pour ce qui est de la courbe de crédit, les OHC ont réagi de façon similaire en matière de rendements : 1,70 % sur 5 ans et 1,78 % sur 10 ans. L’écart entre les 5 ans et les 10 ans s’est creusé par rapport à il y a un mois, lorsqu’il n’était que de 5 points de base. La demande pour l’obligation de 10 ans demeure toutefois très, très élevée. Heureusement pour vous, l’emprunteur, First National est en mesure de vous offrir des hypothèques commerciales de 10, 15 ou 20 ans! Parlez-en à votre représentante ou représentant favori dès aujourd’hui.

Donc, à quoi ressemble la courbe de rendement ces jours-ci? Bien, si vous vous rappelez, il y a quelque temps, l’inversion de la courbe avait fait couler beaucoup d’encre. Aussi, si vous avez lu le premier paragraphe, vous avez probablement constaté que l’obligation de 5 ans affiche un rendement inférieur à l’obligation de 10 ans. Dans mon livre à moi, c’est ce qu’on appelle une inversion. Encore aucune nouvelle sur les signes d’une récession… Cependant, ce qu’on ne vous enseigne pas dans le cours d’initiation à l’économie est que les courbes de rendement peuvent parfois non seulement s’inverser, mais aussi ressembler au « Behemoth » de Canada Wonderland. Vous ne me croyez pas? Prenez la courbe de rendement suivante :

Commentary - Sept 27

Source : graphiques Bloomberg

Ça peut avoir l’air amusant, mais il reste à savoir dans quelle direction l’économie se dirigera.

Enfin, la faiblesse des taux d’intérêt et un appétit décent pour le risque expliquent la grande quantité de nouvelles émissions au cours des dernières semaines. La Banque Équitable a émis pour 200 millions de dollars de billets de dépôt venant à échéance le 26 septembre 2022. Le prix a été fixé à +145 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC et l’émission a été bien souscrite, avec plus de 30 acheteurs. C’est toujours un bon signe lorsque d’autres prêteurs émettent des créances pour avoir une idée des coûts d’emprunt.

Merrill Lynch Canada – ou Bank of America Securities – a procédé à une méga-émission de TH LNH mardi. Merrill a vendu pour 750 millions de dollars du fonds de 1,5 milliard de dollars à un écart de +47 points de base par rapport à la courbe des obligations du GdC. L’émission s’est bien vendue auprès de plus de 23 acheteurs, à hauteur de 15-20 %, et la demande était deux fois supérieure à l’offre. Cela survient après une émission de THR par Home Trust. C’est donc une excellente nouvelle pour à la fois les emprunteurs (vous) et les prêteurs (nous) que l’appétit des investisseurs est au niveau d’un « bon de réduction de 50 % au buffet chinois » pour les titres hypothécaires.

Nouvelles économiques entre autres

Nous n’avons pas couvert l’annonce de l’IPC le 18 septembre, mais il suffit de dire que l’annonce n’a pas vraiment perturbé les marchés. L’IPC (ou l’inflation) en août s’est chiffré à -0,1 % alors que la prévision était de -0,2 %. Par conséquent, l’IPC annualisé demeure solidement à 1,9 %. Rien pour inciter la Banque du Canada à agir. Le 20 septembre, nous avons appris que les ventes au détail en juillet ont été inférieures aux prévisions. La croissance mensuelle en juillet s’est établie à 0,4 % (contre une prévision de 0,6 %). Le marché a balayé l’issue globale et tout le monde attend maintenant l’annonce concernant le PIB mardi. La probabilité du décret d’une baisse de taux par la Banque du Canada d’ici la fin de 2019 s’établit à environ 19 %.

Au sud de la frontière, la Réserve fédérale a fait ce qui était attendu d’elle en coupant son taux de financement fédéral de 25 points de base. Encore plus intéressant est ce qui se passe dans les marchés américains des pensions. Les marchés des pensions, qui sont à la base de tout le financement à court terme pour les institutions financières, ont enregistré de forts pointes des coûts de financement au cours des dernières semaines. Atteignant un niveau de 10 % pour le financement à un jour à certains moments, les marchés des pensions au sud de la frontière ont enregistré une compression majeure pour diverses raisons, dont les suivantes : le paiement des impôts des sociétés, des bilans réduits des banques et des règlements élevés de bons du Trésor. Pourquoi j’en parle? C’est un créneau, mais ça demeure un marché important et la pierre angulaire du système financier. Ça vaut donc la peine de lire là-dessus si ça vous intéresse.

Enfin, voici une autre nouvelle de niche dont vous ignorez probablement l’existence. Un tribunal allemand a récemment statué qu’avoir une gueule de bois est une maladie. La décision a été rendue après l’échec en cour d’un produit alimentaire vendu comme « remède contre la gueule de bois ». En Allemagne, aucun produit alimentaire ne peut être commercialisé sur la base de propriétés de prévention, de guérison ou de traitement de maladies. Malheureusement, lorsque j’ai tenté d’invoquer ma nouvelle maladie pour ne pas entrer au travail ce matin, le gars de la trésorerie m’a fait rédiger ce commentaire.

Passez un bon week-end.

Andrew

 

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.