Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Des mots remplis de sagesse : Samuel Lasanté livre ses réflexions sur le travail en pleine pandémie

  • First National Financial LP

À la mi-mars, l’équipe commerciale de First National partout au pays s’est placée en mode de travail à domicile pour contribuer à freiner la propagation de la COVID-19. Aujourd’hui, plus d’un mois plus tard, nous sommes en communication avec les membres de nos équipes de production pour voir comment ils font face à la pandémie et quel type de travail ils effectuent pour les clients. Ces mots remplis de sagesse nous proviennent de Samuel Lasanté, directeur, Financement commercial pour First National à Montréal. Samuel s’est entretenu avec nous de son domicile le 21 avril 2020.

Personnellement, comment composes-tu avec le confinement?

J’ai la chance de pouvoir travailler dans une pièce fermée où je peux m’isoler du reste de la maison. Je sais que d’autres membres de notre équipe n’ont pas cette chance et,  l’autre avantage que j’ai, c’est que mes enfants sont tous grands, donc pas de petits qui courent partout en créant des distractions. Cela dit, je suis une personne sociable qui aime rencontrer tout le monde en personne. C’est donc le plus grand changement pour moi. Cela et le fait que je n’ai jamais, mais jamais au cours des 20 dernières années passé autant de temps à la maison.

À quoi ressemble le travail à domicile? 

Cela signifie que vous pouvez faire beaucoup de choses, mais ce n’est pas la même chose, car toutes les connexions établies avec clients et collègues sont virtuelles. Des recherches ayant montré que 80 % de toutes les communications sont non verbales, donc voir le visage de quelqu’un est vraiment très important. J’ai utilisé la plateforme Microsoft Teams de First National pour tenir une réunion par vidéo avec un client tout récemment et cela a été très agréable. J’ai donc hâte de le faire plus souvent.

Tes débuts chez First National ne remontent qu’en janvier.

C’est exact et cette pause a freiné mes possibilités de vraiment connaître tout le monde. Mais Michael Williams fait un excellent travail pour garder l’équipe connectée grâce à des réunions virtuelles hebdomadaires et j’aime vraiment la possibilité de participer aux appels hebdomadaires de Jeremy Wedgbury également. Il est important de connaître leur vision et d’entendre leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde en général. Il est également très encourageant d’entendre des choses positives sur les prêts qui sont financés. Dans des moments comme celui-ci, je pense qu’il est important de multiplier les communications entre et parmi les équipes et je pense que nous finirons probablement par tenir davantage de ces séances virtuelles hebdomadaires lorsque tout cela sera terminé, car elles sont si avantageuses.

Octroies-tu toujours des prêts?

Oui, en fait, je vais clore ma première transaction pour First National au cours du prochain mois. Il s’agit d’un prêt finançant un immeuble d’appartements pour un client qui en est propriétaire depuis 20 ans. Lorsqu’il se fait financer, il examine chaque clause, ligne par ligne. Il est très méticuleux à chaque étape et, comme ce n’est que mon premier prêt pour le compte de First National, cela a été une grande expérience d’apprentissage pour moi... un cours accéléré sur chaque détail de notre processus.

Cette transaction a-t-elle été perturbée par la pandémie?

Pas du tout. J’ai récemment dû suspendre une transaction à Québec en raison de la volatilité du marché, mais j’ai aussi un client qui prépare un dossier pour un nouveau développement locatif mixte (vente au détail et multi-résidentiel) à Québec et, lui, il va de l’avant.

First National prête partout au Québec. Vois-tu des différences de comportement d’une ville à une autre?

J’étais à Québec le 12 mars, soit juste avant le confinement, pour participer à un événement-dîner. Les gens se moqueraient de la nouvelle normalité à propos du serrage de mains. C’était frappant entre maintenant et alors. Mais je pense que les gens de Québec se sentent un peu plus en sécurité qu’à Montréal en ce qui concerne les aspects sanitaires, car il y a moins de contamination. Mais les inquiétudes concernant l’économie sont partagées, car personne ne sait quand cela va s’arrêter. Aucune communauté ne sait trop comment aller de l’avant à ce stade-ci.

Que te demandent les clients en ce moment?

Les clients nous appellent pour connaître de notre appétit pour le financement de projets. Ils veulent savoir si nous attendons ou si nous nous engageons. Ils sont toujours surpris quand je leur dis que nous demeurons actifs, que nous continuons de prêter et que nous disposons d’un bon niveau de liquidités. Cela contribue à leur donner confiance lorsqu’ils voient que nous sommes actifs.

Outre les prêts, fais-tu autre chose pour aider?

Cela peut sembler aller de soi, mais j’essaie de communiquer avec les clients chaque semaine pour voir comment ils vont. Par exemple, les résidences pour personnes âgées ont du mal avec la COVID-19, dépensent beaucoup d’argent pour mettre en place des précautions de sécurité supplémentaires et attirent beaucoup d’attention dans les médias. J’ai décidé d’envoyer une note aux clients propriétaires de résidences pour personnes âgées pour les remercier de tout ce qu’ils font pour leurs résidents. Tous ont répondu immédiatement. Un client a pris mon courriel et l’a affiché pour que tous ses employés puissent en prendre connaissance. Je pense que tout le monde apprécie un peu d’encouragement en ce moment.

Vois-tu des signes que les conditions se stabilisent?

Il est trop tôt pour en parler. Je pense que les clients propriétaires de multifamiliales ont été très surpris et satisfaits du niveau de recouvrement des loyers qu’ils ont atteint ce mois-ci. C’était bien mieux que ce qu’ils figuraient au départ. Mais ce n’est que le premier mois. Nous devrons voir ce qui se passera le mois prochain. Le fait que le gouvernement injecte autant de liquidités dans le système, dans les poches des gens, devrait aider à maintenir les paiements, mais il faudra voir. Ceux qui possèdent des portefeuilles commerciaux ont plus de difficultés, mais là encore, cela dépend de la personne à qui vous parlez. J’ai des clients qui possèdent principalement des centres commerciaux à Québec et ils sont relativement positifs parce que la plupart de leurs propriétés sont louées par de grandes épiceries, des pharmacies et des banques – soit des commerces ouverts et sécuritaires. 

Quels sont les conseils que tu peux prodiguer aux propriétaires en ce moment?

Maintenez ou renforcez la communication avec vos locataires. Ce sont les clients qui restent vraiment en communication qui semblent obtenir de meilleurs résultats.

As-tu réalisé des gains dans cet environnement?

Je me concentre sur mon réseau et sur l’aide à apporter aux clients dans cette situation. Plus de 90 % des projets sur lesquels je travaille sont liés à la construction. Ils en sont encore au stade des coûts indirects, de l’obtention de permis et du financement. Quand ils gagnent en faisant avancer leurs projets et en mettant des pelles dans le sol, nous gagnons.

Autre chose à ajouter?

Dans l’ensemble, je pense que les clients restent forts et positifs et, même si tout le monde est anxieux et nerveux, il est plus important que jamais de communiquer. À l’interne, First National demeure positif. Notre modèle d’entreprise est intact et fonctionne, nous continuons de prêter et nous sommes là pour aider et soutenir les clients. Il ne s’agit pas d’être aveugle à la situation, nous savons combien elle est difficile, mais si nous restons tous positifs et réalistes, cela fera une différence dans la façon dont nous nous en sortirons. 

Bien que Samuel travaille de façon sûre, sécuritaire et productive de la maison, vous pouvez néanmoins le joindre à l’adresse Samuel.Lasante@firstnational.ca ou encore composer le 1 866 298-0929 pour parler à un membre de l’équipe des prêts commerciaux de First National.

Des mots remplis de sagesse : Samuel Lasanté livre ses réflexions sur le travail en pleine pandémie

  • First National Financial LP

À la mi-mars, l’équipe commerciale de First National partout au pays s’est placée en mode de travail à domicile pour contribuer à freiner la propagation de la COVID-19. Aujourd’hui, plus d’un mois plus tard, nous sommes en communication avec les membres de nos équipes de production pour voir comment ils font face à la pandémie et quel type de travail ils effectuent pour les clients. Ces mots remplis de sagesse nous proviennent de Samuel Lasanté, directeur, Financement commercial pour First National à Montréal. Samuel s’est entretenu avec nous de son domicile le 21 avril 2020.

Personnellement, comment composes-tu avec le confinement?

J’ai la chance de pouvoir travailler dans une pièce fermée où je peux m’isoler du reste de la maison. Je sais que d’autres membres de notre équipe n’ont pas cette chance et,  l’autre avantage que j’ai, c’est que mes enfants sont tous grands, donc pas de petits qui courent partout en créant des distractions. Cela dit, je suis une personne sociable qui aime rencontrer tout le monde en personne. C’est donc le plus grand changement pour moi. Cela et le fait que je n’ai jamais, mais jamais au cours des 20 dernières années passé autant de temps à la maison.

À quoi ressemble le travail à domicile? 

Cela signifie que vous pouvez faire beaucoup de choses, mais ce n’est pas la même chose, car toutes les connexions établies avec clients et collègues sont virtuelles. Des recherches ayant montré que 80 % de toutes les communications sont non verbales, donc voir le visage de quelqu’un est vraiment très important. J’ai utilisé la plateforme Microsoft Teams de First National pour tenir une réunion par vidéo avec un client tout récemment et cela a été très agréable. J’ai donc hâte de le faire plus souvent.

Tes débuts chez First National ne remontent qu’en janvier.

C’est exact et cette pause a freiné mes possibilités de vraiment connaître tout le monde. Mais Michael Williams fait un excellent travail pour garder l’équipe connectée grâce à des réunions virtuelles hebdomadaires et j’aime vraiment la possibilité de participer aux appels hebdomadaires de Jeremy Wedgbury également. Il est important de connaître leur vision et d’entendre leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde en général. Il est également très encourageant d’entendre des choses positives sur les prêts qui sont financés. Dans des moments comme celui-ci, je pense qu’il est important de multiplier les communications entre et parmi les équipes et je pense que nous finirons probablement par tenir davantage de ces séances virtuelles hebdomadaires lorsque tout cela sera terminé, car elles sont si avantageuses.

Octroies-tu toujours des prêts?

Oui, en fait, je vais clore ma première transaction pour First National au cours du prochain mois. Il s’agit d’un prêt finançant un immeuble d’appartements pour un client qui en est propriétaire depuis 20 ans. Lorsqu’il se fait financer, il examine chaque clause, ligne par ligne. Il est très méticuleux à chaque étape et, comme ce n’est que mon premier prêt pour le compte de First National, cela a été une grande expérience d’apprentissage pour moi... un cours accéléré sur chaque détail de notre processus.

Cette transaction a-t-elle été perturbée par la pandémie?

Pas du tout. J’ai récemment dû suspendre une transaction à Québec en raison de la volatilité du marché, mais j’ai aussi un client qui prépare un dossier pour un nouveau développement locatif mixte (vente au détail et multi-résidentiel) à Québec et, lui, il va de l’avant.

First National prête partout au Québec. Vois-tu des différences de comportement d’une ville à une autre?

J’étais à Québec le 12 mars, soit juste avant le confinement, pour participer à un événement-dîner. Les gens se moqueraient de la nouvelle normalité à propos du serrage de mains. C’était frappant entre maintenant et alors. Mais je pense que les gens de Québec se sentent un peu plus en sécurité qu’à Montréal en ce qui concerne les aspects sanitaires, car il y a moins de contamination. Mais les inquiétudes concernant l’économie sont partagées, car personne ne sait quand cela va s’arrêter. Aucune communauté ne sait trop comment aller de l’avant à ce stade-ci.

Que te demandent les clients en ce moment?

Les clients nous appellent pour connaître de notre appétit pour le financement de projets. Ils veulent savoir si nous attendons ou si nous nous engageons. Ils sont toujours surpris quand je leur dis que nous demeurons actifs, que nous continuons de prêter et que nous disposons d’un bon niveau de liquidités. Cela contribue à leur donner confiance lorsqu’ils voient que nous sommes actifs.

Outre les prêts, fais-tu autre chose pour aider?

Cela peut sembler aller de soi, mais j’essaie de communiquer avec les clients chaque semaine pour voir comment ils vont. Par exemple, les résidences pour personnes âgées ont du mal avec la COVID-19, dépensent beaucoup d’argent pour mettre en place des précautions de sécurité supplémentaires et attirent beaucoup d’attention dans les médias. J’ai décidé d’envoyer une note aux clients propriétaires de résidences pour personnes âgées pour les remercier de tout ce qu’ils font pour leurs résidents. Tous ont répondu immédiatement. Un client a pris mon courriel et l’a affiché pour que tous ses employés puissent en prendre connaissance. Je pense que tout le monde apprécie un peu d’encouragement en ce moment.

Vois-tu des signes que les conditions se stabilisent?

Il est trop tôt pour en parler. Je pense que les clients propriétaires de multifamiliales ont été très surpris et satisfaits du niveau de recouvrement des loyers qu’ils ont atteint ce mois-ci. C’était bien mieux que ce qu’ils figuraient au départ. Mais ce n’est que le premier mois. Nous devrons voir ce qui se passera le mois prochain. Le fait que le gouvernement injecte autant de liquidités dans le système, dans les poches des gens, devrait aider à maintenir les paiements, mais il faudra voir. Ceux qui possèdent des portefeuilles commerciaux ont plus de difficultés, mais là encore, cela dépend de la personne à qui vous parlez. J’ai des clients qui possèdent principalement des centres commerciaux à Québec et ils sont relativement positifs parce que la plupart de leurs propriétés sont louées par de grandes épiceries, des pharmacies et des banques – soit des commerces ouverts et sécuritaires. 

Quels sont les conseils que tu peux prodiguer aux propriétaires en ce moment?

Maintenez ou renforcez la communication avec vos locataires. Ce sont les clients qui restent vraiment en communication qui semblent obtenir de meilleurs résultats.

As-tu réalisé des gains dans cet environnement?

Je me concentre sur mon réseau et sur l’aide à apporter aux clients dans cette situation. Plus de 90 % des projets sur lesquels je travaille sont liés à la construction. Ils en sont encore au stade des coûts indirects, de l’obtention de permis et du financement. Quand ils gagnent en faisant avancer leurs projets et en mettant des pelles dans le sol, nous gagnons.

Autre chose à ajouter?

Dans l’ensemble, je pense que les clients restent forts et positifs et, même si tout le monde est anxieux et nerveux, il est plus important que jamais de communiquer. À l’interne, First National demeure positif. Notre modèle d’entreprise est intact et fonctionne, nous continuons de prêter et nous sommes là pour aider et soutenir les clients. Il ne s’agit pas d’être aveugle à la situation, nous savons combien elle est difficile, mais si nous restons tous positifs et réalistes, cela fera une différence dans la façon dont nous nous en sortirons. 

Bien que Samuel travaille de façon sûre, sécuritaire et productive de la maison, vous pouvez néanmoins le joindre à l’adresse Samuel.Lasante@firstnational.ca ou encore composer le 1 866 298-0929 pour parler à un membre de l’équipe des prêts commerciaux de First National.

Des mots remplis de sagesse : Samuel Lasanté livre ses réflexions sur le travail en pleine pandémie

  • First National Financial LP

À la mi-mars, l’équipe commerciale de First National partout au pays s’est placée en mode de travail à domicile pour contribuer à freiner la propagation de la COVID-19. Aujourd’hui, plus d’un mois plus tard, nous sommes en communication avec les membres de nos équipes de production pour voir comment ils font face à la pandémie et quel type de travail ils effectuent pour les clients. Ces mots remplis de sagesse nous proviennent de Samuel Lasanté, directeur, Financement commercial pour First National à Montréal. Samuel s’est entretenu avec nous de son domicile le 21 avril 2020.

Personnellement, comment composes-tu avec le confinement?

J’ai la chance de pouvoir travailler dans une pièce fermée où je peux m’isoler du reste de la maison. Je sais que d’autres membres de notre équipe n’ont pas cette chance et,  l’autre avantage que j’ai, c’est que mes enfants sont tous grands, donc pas de petits qui courent partout en créant des distractions. Cela dit, je suis une personne sociable qui aime rencontrer tout le monde en personne. C’est donc le plus grand changement pour moi. Cela et le fait que je n’ai jamais, mais jamais au cours des 20 dernières années passé autant de temps à la maison.

À quoi ressemble le travail à domicile? 

Cela signifie que vous pouvez faire beaucoup de choses, mais ce n’est pas la même chose, car toutes les connexions établies avec clients et collègues sont virtuelles. Des recherches ayant montré que 80 % de toutes les communications sont non verbales, donc voir le visage de quelqu’un est vraiment très important. J’ai utilisé la plateforme Microsoft Teams de First National pour tenir une réunion par vidéo avec un client tout récemment et cela a été très agréable. J’ai donc hâte de le faire plus souvent.

Tes débuts chez First National ne remontent qu’en janvier.

C’est exact et cette pause a freiné mes possibilités de vraiment connaître tout le monde. Mais Michael Williams fait un excellent travail pour garder l’équipe connectée grâce à des réunions virtuelles hebdomadaires et j’aime vraiment la possibilité de participer aux appels hebdomadaires de Jeremy Wedgbury également. Il est important de connaître leur vision et d’entendre leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde en général. Il est également très encourageant d’entendre des choses positives sur les prêts qui sont financés. Dans des moments comme celui-ci, je pense qu’il est important de multiplier les communications entre et parmi les équipes et je pense que nous finirons probablement par tenir davantage de ces séances virtuelles hebdomadaires lorsque tout cela sera terminé, car elles sont si avantageuses.

Octroies-tu toujours des prêts?

Oui, en fait, je vais clore ma première transaction pour First National au cours du prochain mois. Il s’agit d’un prêt finançant un immeuble d’appartements pour un client qui en est propriétaire depuis 20 ans. Lorsqu’il se fait financer, il examine chaque clause, ligne par ligne. Il est très méticuleux à chaque étape et, comme ce n’est que mon premier prêt pour le compte de First National, cela a été une grande expérience d’apprentissage pour moi... un cours accéléré sur chaque détail de notre processus.

Cette transaction a-t-elle été perturbée par la pandémie?

Pas du tout. J’ai récemment dû suspendre une transaction à Québec en raison de la volatilité du marché, mais j’ai aussi un client qui prépare un dossier pour un nouveau développement locatif mixte (vente au détail et multi-résidentiel) à Québec et, lui, il va de l’avant.

First National prête partout au Québec. Vois-tu des différences de comportement d’une ville à une autre?

J’étais à Québec le 12 mars, soit juste avant le confinement, pour participer à un événement-dîner. Les gens se moqueraient de la nouvelle normalité à propos du serrage de mains. C’était frappant entre maintenant et alors. Mais je pense que les gens de Québec se sentent un peu plus en sécurité qu’à Montréal en ce qui concerne les aspects sanitaires, car il y a moins de contamination. Mais les inquiétudes concernant l’économie sont partagées, car personne ne sait quand cela va s’arrêter. Aucune communauté ne sait trop comment aller de l’avant à ce stade-ci.

Que te demandent les clients en ce moment?

Les clients nous appellent pour connaître de notre appétit pour le financement de projets. Ils veulent savoir si nous attendons ou si nous nous engageons. Ils sont toujours surpris quand je leur dis que nous demeurons actifs, que nous continuons de prêter et que nous disposons d’un bon niveau de liquidités. Cela contribue à leur donner confiance lorsqu’ils voient que nous sommes actifs.

Outre les prêts, fais-tu autre chose pour aider?

Cela peut sembler aller de soi, mais j’essaie de communiquer avec les clients chaque semaine pour voir comment ils vont. Par exemple, les résidences pour personnes âgées ont du mal avec la COVID-19, dépensent beaucoup d’argent pour mettre en place des précautions de sécurité supplémentaires et attirent beaucoup d’attention dans les médias. J’ai décidé d’envoyer une note aux clients propriétaires de résidences pour personnes âgées pour les remercier de tout ce qu’ils font pour leurs résidents. Tous ont répondu immédiatement. Un client a pris mon courriel et l’a affiché pour que tous ses employés puissent en prendre connaissance. Je pense que tout le monde apprécie un peu d’encouragement en ce moment.

Vois-tu des signes que les conditions se stabilisent?

Il est trop tôt pour en parler. Je pense que les clients propriétaires de multifamiliales ont été très surpris et satisfaits du niveau de recouvrement des loyers qu’ils ont atteint ce mois-ci. C’était bien mieux que ce qu’ils figuraient au départ. Mais ce n’est que le premier mois. Nous devrons voir ce qui se passera le mois prochain. Le fait que le gouvernement injecte autant de liquidités dans le système, dans les poches des gens, devrait aider à maintenir les paiements, mais il faudra voir. Ceux qui possèdent des portefeuilles commerciaux ont plus de difficultés, mais là encore, cela dépend de la personne à qui vous parlez. J’ai des clients qui possèdent principalement des centres commerciaux à Québec et ils sont relativement positifs parce que la plupart de leurs propriétés sont louées par de grandes épiceries, des pharmacies et des banques – soit des commerces ouverts et sécuritaires. 

Quels sont les conseils que tu peux prodiguer aux propriétaires en ce moment?

Maintenez ou renforcez la communication avec vos locataires. Ce sont les clients qui restent vraiment en communication qui semblent obtenir de meilleurs résultats.

As-tu réalisé des gains dans cet environnement?

Je me concentre sur mon réseau et sur l’aide à apporter aux clients dans cette situation. Plus de 90 % des projets sur lesquels je travaille sont liés à la construction. Ils en sont encore au stade des coûts indirects, de l’obtention de permis et du financement. Quand ils gagnent en faisant avancer leurs projets et en mettant des pelles dans le sol, nous gagnons.

Autre chose à ajouter?

Dans l’ensemble, je pense que les clients restent forts et positifs et, même si tout le monde est anxieux et nerveux, il est plus important que jamais de communiquer. À l’interne, First National demeure positif. Notre modèle d’entreprise est intact et fonctionne, nous continuons de prêter et nous sommes là pour aider et soutenir les clients. Il ne s’agit pas d’être aveugle à la situation, nous savons combien elle est difficile, mais si nous restons tous positifs et réalistes, cela fera une différence dans la façon dont nous nous en sortirons. 

Bien que Samuel travaille de façon sûre, sécuritaire et productive de la maison, vous pouvez néanmoins le joindre à l’adresse Samuel.Lasante@firstnational.ca ou encore composer le 1 866 298-0929 pour parler à un membre de l’équipe des prêts commerciaux de First National.

Des mots remplis de sagesse : Samuel Lasanté livre ses réflexions sur le travail en pleine pandémie

  • First National Financial LP

À la mi-mars, l’équipe commerciale de First National partout au pays s’est placée en mode de travail à domicile pour contribuer à freiner la propagation de la COVID-19. Aujourd’hui, plus d’un mois plus tard, nous sommes en communication avec les membres de nos équipes de production pour voir comment ils font face à la pandémie et quel type de travail ils effectuent pour les clients. Ces mots remplis de sagesse nous proviennent de Samuel Lasanté, directeur, Financement commercial pour First National à Montréal. Samuel s’est entretenu avec nous de son domicile le 21 avril 2020.

Personnellement, comment composes-tu avec le confinement?

J’ai la chance de pouvoir travailler dans une pièce fermée où je peux m’isoler du reste de la maison. Je sais que d’autres membres de notre équipe n’ont pas cette chance et,  l’autre avantage que j’ai, c’est que mes enfants sont tous grands, donc pas de petits qui courent partout en créant des distractions. Cela dit, je suis une personne sociable qui aime rencontrer tout le monde en personne. C’est donc le plus grand changement pour moi. Cela et le fait que je n’ai jamais, mais jamais au cours des 20 dernières années passé autant de temps à la maison.

À quoi ressemble le travail à domicile? 

Cela signifie que vous pouvez faire beaucoup de choses, mais ce n’est pas la même chose, car toutes les connexions établies avec clients et collègues sont virtuelles. Des recherches ayant montré que 80 % de toutes les communications sont non verbales, donc voir le visage de quelqu’un est vraiment très important. J’ai utilisé la plateforme Microsoft Teams de First National pour tenir une réunion par vidéo avec un client tout récemment et cela a été très agréable. J’ai donc hâte de le faire plus souvent.

Tes débuts chez First National ne remontent qu’en janvier.

C’est exact et cette pause a freiné mes possibilités de vraiment connaître tout le monde. Mais Michael Williams fait un excellent travail pour garder l’équipe connectée grâce à des réunions virtuelles hebdomadaires et j’aime vraiment la possibilité de participer aux appels hebdomadaires de Jeremy Wedgbury également. Il est important de connaître leur vision et d’entendre leurs points de vue sur ce qui se passe dans le monde en général. Il est également très encourageant d’entendre des choses positives sur les prêts qui sont financés. Dans des moments comme celui-ci, je pense qu’il est important de multiplier les communications entre et parmi les équipes et je pense que nous finirons probablement par tenir davantage de ces séances virtuelles hebdomadaires lorsque tout cela sera terminé, car elles sont si avantageuses.

Octroies-tu toujours des prêts?

Oui, en fait, je vais clore ma première transaction pour First National au cours du prochain mois. Il s’agit d’un prêt finançant un immeuble d’appartements pour un client qui en est propriétaire depuis 20 ans. Lorsqu’il se fait financer, il examine chaque clause, ligne par ligne. Il est très méticuleux à chaque étape et, comme ce n’est que mon premier prêt pour le compte de First National, cela a été une grande expérience d’apprentissage pour moi... un cours accéléré sur chaque détail de notre processus.

Cette transaction a-t-elle été perturbée par la pandémie?

Pas du tout. J’ai récemment dû suspendre une transaction à Québec en raison de la volatilité du marché, mais j’ai aussi un client qui prépare un dossier pour un nouveau développement locatif mixte (vente au détail et multi-résidentiel) à Québec et, lui, il va de l’avant.

First National prête partout au Québec. Vois-tu des différences de comportement d’une ville à une autre?

J’étais à Québec le 12 mars, soit juste avant le confinement, pour participer à un événement-dîner. Les gens se moqueraient de la nouvelle normalité à propos du serrage de mains. C’était frappant entre maintenant et alors. Mais je pense que les gens de Québec se sentent un peu plus en sécurité qu’à Montréal en ce qui concerne les aspects sanitaires, car il y a moins de contamination. Mais les inquiétudes concernant l’économie sont partagées, car personne ne sait quand cela va s’arrêter. Aucune communauté ne sait trop comment aller de l’avant à ce stade-ci.

Que te demandent les clients en ce moment?

Les clients nous appellent pour connaître de notre appétit pour le financement de projets. Ils veulent savoir si nous attendons ou si nous nous engageons. Ils sont toujours surpris quand je leur dis que nous demeurons actifs, que nous continuons de prêter et que nous disposons d’un bon niveau de liquidités. Cela contribue à leur donner confiance lorsqu’ils voient que nous sommes actifs.

Outre les prêts, fais-tu autre chose pour aider?

Cela peut sembler aller de soi, mais j’essaie de communiquer avec les clients chaque semaine pour voir comment ils vont. Par exemple, les résidences pour personnes âgées ont du mal avec la COVID-19, dépensent beaucoup d’argent pour mettre en place des précautions de sécurité supplémentaires et attirent beaucoup d’attention dans les médias. J’ai décidé d’envoyer une note aux clients propriétaires de résidences pour personnes âgées pour les remercier de tout ce qu’ils font pour leurs résidents. Tous ont répondu immédiatement. Un client a pris mon courriel et l’a affiché pour que tous ses employés puissent en prendre connaissance. Je pense que tout le monde apprécie un peu d’encouragement en ce moment.

Vois-tu des signes que les conditions se stabilisent?

Il est trop tôt pour en parler. Je pense que les clients propriétaires de multifamiliales ont été très surpris et satisfaits du niveau de recouvrement des loyers qu’ils ont atteint ce mois-ci. C’était bien mieux que ce qu’ils figuraient au départ. Mais ce n’est que le premier mois. Nous devrons voir ce qui se passera le mois prochain. Le fait que le gouvernement injecte autant de liquidités dans le système, dans les poches des gens, devrait aider à maintenir les paiements, mais il faudra voir. Ceux qui possèdent des portefeuilles commerciaux ont plus de difficultés, mais là encore, cela dépend de la personne à qui vous parlez. J’ai des clients qui possèdent principalement des centres commerciaux à Québec et ils sont relativement positifs parce que la plupart de leurs propriétés sont louées par de grandes épiceries, des pharmacies et des banques – soit des commerces ouverts et sécuritaires. 

Quels sont les conseils que tu peux prodiguer aux propriétaires en ce moment?

Maintenez ou renforcez la communication avec vos locataires. Ce sont les clients qui restent vraiment en communication qui semblent obtenir de meilleurs résultats.

As-tu réalisé des gains dans cet environnement?

Je me concentre sur mon réseau et sur l’aide à apporter aux clients dans cette situation. Plus de 90 % des projets sur lesquels je travaille sont liés à la construction. Ils en sont encore au stade des coûts indirects, de l’obtention de permis et du financement. Quand ils gagnent en faisant avancer leurs projets et en mettant des pelles dans le sol, nous gagnons.

Autre chose à ajouter?

Dans l’ensemble, je pense que les clients restent forts et positifs et, même si tout le monde est anxieux et nerveux, il est plus important que jamais de communiquer. À l’interne, First National demeure positif. Notre modèle d’entreprise est intact et fonctionne, nous continuons de prêter et nous sommes là pour aider et soutenir les clients. Il ne s’agit pas d’être aveugle à la situation, nous savons combien elle est difficile, mais si nous restons tous positifs et réalistes, cela fera une différence dans la façon dont nous nous en sortirons. 

Bien que Samuel travaille de façon sûre, sécuritaire et productive de la maison, vous pouvez néanmoins le joindre à l’adresse Samuel.Lasante@firstnational.ca ou encore composer le 1 866 298-0929 pour parler à un membre de l’équipe des prêts commerciaux de First National.

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.