Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Commentaire sur le marché : Jason Ellis, le gars de la trésorerie de First National, dresse le bilan de l’année.

  • Jason Ellis, Président et chef de la direction

Joyeuses fêtes!

Dans un moment irrationnel de nostalgie et de subtils encouragements de la part de personnes bien intentionnées, mais très malavisées, j’ai décidé (jusqu’à nouvel ordre) de reprendre du service en tant que gars de la trésorerie. Cela fait des lunes que j’ai écrit mon dernier billet, et il reste à voir si le temps qui a passé depuis que je suis devenu chef de la direction m’a totalement privé de mon sens de l’humour. Je suppose que nous allons le découvrir ensemble. 

Quoi qu’il en soit, mon instinct m’a poussé à faire de ce premier billet une sorte de bilan de l’année qui prend fin, mais c’est un bilan qui est lourd en faits et plutôt léger en analyses et en interprétations. Ce serait trop de travail hélas! Conseil du gars de la trésorerie : Ne travaillez pas plus, travaillez plus intelligemment... 

Présentation graphique de données sélectionnées pour le plaisir de vos yeux 

Vous trouverez ci-dessous une illustration de l’évolution des obligations du GdC de 5 ans en 2023. Le rendement des obligations de 5 ans est une base de référence communément utilisée pour les taux hypothécaires fixes sur 5 ans. Avis de non-responsabilité : Bien que de nombreuses autres variables soient prises en compte pour fixer des taux, l’obligation du GdC est un bon baromètre. L’une des autres variables importantes dont on prend compte dans la fixation des taux hypothécaires pour votre sympathique société de crédit hypothécaire de quartier est l’écart des émissions de TH LNH. Il s’agit d’une source cruciale pour financer des prêts hypothécaires assurés. L’écart de ces émissions par rapport à l’obligation du GdC s’est creusé de façon soutenue, passant d’environ +43 à +63 au cours de l’année. 

Cette année, les taux d’intérêt ont connu une évolution fulgurante. Après avoir rapidement grimpé de 80 points de base pour dépasser le cap des 3,60 % en mars (près d’un niveau inégalé en 5 ans), sous l’effet conjugué de la crise des banques régionales américaines et d’attentes selon lesquelles les banques centrales étaient en fin de cycle de politique monétaire, les rendements sont retombés à 2,75 % en l’espace seulement de trois semaines. Nous avons ensuite entamé une progression constante (favorisée par deux nouvelles hausses de taux décrétées par la Banque du Canada) jusqu’à 4,40 % en octobre, soit un sommet en plus de 15 ans! Enfin, une série d’indices d’inflation encourageants a rétabli la confiance que les taux avaient atteint un sommet. Le quatrième trimestre a été marqué par une baisse précipitée de 120 points de base des rendements, qui sont revenus à 3,20 %. 
 

Vous trouverez ci-dessous une illustration de l’évolution mensuelle de l’IPC annualisé au cours des 24 derniers mois. Les hausses de taux font mal, mais la preuve de leur efficacité saute aux yeux. L’IPC était de 3,1 % le mois dernier, par rapport à 8,1 % en juin 2022. Rappelons que, si la fourchette cible fixée pour l’inflation est de 1,0 % à 3,0 %, la Banque du Canada tient résolument au maintien d’une cible de 2,0 %.
 

Sélection de prévisions en matière de taux 

Nombre de personnes me demandent de me prononcer sur l’évolution des taux allant de l’avant. C’est la question que je préfère le moins. Je n’en sais rien. Personne ne le sait. Pas même Chuck Norris. Je peux néanmoins répondre à la question avec précision. Oui, je suis à ce point doué...

Vous trouverez ci-dessous le calendrier des dates de réunion de la Banque du Canada et le taux implicite à un jour après chaque réunion, sur la base de la structure actuelle des swaps indexés sur le taux à un jour. À l’heure actuelle, le marché prévoit cinq réductions de taux de 25 points de base chacune d’ici à la fin de 2024. Cela se traduira par un taux implicite à un jour de 3,75 % en décembre prochain. En supposant que les banques suivent le mouvement, on peut donc s’attendre à ce que le taux préférentiel passe de 7,20 % à 5,95 %. Concrètement, un emprunteur ayant souscrit un prêt hypothécaire à taux révisable verrait ses mensualités diminuer d’environ 10 %, soit de 75 $ par tranche de 100 000 $ de solde hypothécaire. 
 

Nous pouvons aussi utiliser la magie des taux à terme pour avoir une idée de l’évolution des rendements obligataires. Il est possible de détacher les coupons d’obligations pour ensuite présenter les obligations sous la forme d’un portefeuille d’instruments à coupon zéro, puis les transformer en une série de taux à terme sans arbitrage boursier. C’est amusant... Vous devriez l’essayer à la maison! Selon la forme actuelle de la courbe de rendement, nous voyons ci-dessous que le rendement de l’obligation du GdC de 5 ans passera de 3,21 % aujourd’hui à 2,98 % dans douze mois. 
 

AVERTISSEMENT : Même si ces taux à terme DOIVENT être vrais aujourd’hui (la propension du marché à supprimer rapidement tout arbitrage le garantit), des études ont montré que les taux à terme sont généralement de mauvais paramètres pour prédire de futurs taux au comptant. Les choses vont changer d’ici là. C’est tout simplement une réalité. Ne vous plaignez donc pas si, en décembre prochain, le portrait est tout à fait différent. 

Tendances hypothécaires en 2023 dignes de mention 

En ce qui concerne la courbe de rendement, les attentes futures et la propension d’emprunteurs à jouer les prévisionnistes en matière de taux, nous avons assisté cette année à un niveau d’activité sans précédent dans le segment des prêts de 3 ans. Bien que les taux des prêts hypothécaires de 3 ans soient supérieurs de 90 à 100 points de base à ceux des prêts de 5 ans, 25 % des prêts hypothécaires à taux fixe financés en 2023 sont d’une durée de 3 ans, contre moins de 5 % l’an dernier (et toutes les années précédentes d’ailleurs).

Moins de 10 % des emprunteurs ont opté pour un taux révisable en 2023, contre 55 % l’an dernier. Il est étonnant de constater à quel point un portrait peut changer du tout au tout. 

Ce qui n’a pas changé, du moins pas de manière marquée pour l’instant, c’est le portrait des défaillances. Malgré l’augmentation rapide des paiements associés aux prêts à taux révisable et le renouvellement de prêts à taux fixe à des taux plus élevés, nos emprunteurs ont fait preuve de résilience. Le taux d’arriérés de prêts résidentiels à 90 jours est passé de 5 points de base il y a un an à 6 points de base aujourd’hui. Bien entendu, d’un point de vue pratique, il s’agit d’une augmentation de 20 %, mais pratiquement, ce n’est qu’un point de base... et c’est donc une bonne chose. Comme les Lannister (dans Game of Thrones), les Canadiens remboursent leurs dettes.

Autres évolutions notables dans le secteur 

Deux propositions potentiellement perturbatrices formulées par le ministère des Finances et le BSIF au début de l’année n’ont pas abouti. 

Des craintes que le programme des Obligations hypothécaires du