Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

La Banque du Canada maintient son taux de référence et poursuit ses achats à grande échelle d’actifs

  • First National Financial LP

Ce matin, la Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à ce qu’elle avait antérieurement qualifié de sa « valeur plancher » de 0,25 %. Par conséquent, le taux d’escompte de la Banque demeure à 0,50 %.

Cette décision n’est pas surprenante, car la banque centrale a indiqué qu’elle n’avait aucune intention d’augmenter les taux jusqu’à ce que « les capacités excédentaires de l’économie se résorbent », de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit « atteinte de manière durable ».

Cependant, cette annonce a été digne de mention à un autre égard : la Banque a mis à jour son évaluation de l’économie canadienne et annoncé qu’elle poursuit son programme d’assouplissement quantitatif en effectuant des achats à grande échelle d’obligations du gouvernement du Canada à raison d’au moins 5 milliards de dollars par semaine.

Voici quelques-unes des observations de la Banque qui, selon nous, sont les plus révélatrices :

  • Avec la réouverture de l’économie canadienne en phase avec la levée des mesures de confinement imposées en raison de la COVID-19, la reprise de l’activité au troisième trimestre « semble plus rapide qu’on le prévoyait en juillet ».
  • Les dépenses des ménages ont nettement rebondi au cours de l’été, la consommation de biens et l’activité dans le secteur du logement ayant été plus fortes que prévu « en raison surtout de la demande refoulée ».
  • Un rebond « fort, mais inégal » de l’emploi a été constaté.
  • Les prix de certains produits de base se sont raffermis, mais les cours du pétrole restent faibles.
  • L’inflation mesurée par l’IPC est près de zéro – les prix de l’énergie et les services de voyage exerçant des pressions à la baisse – et devrait demeurer bien en deçà de la cible à court terme de la Banque.
  • Les mesures de l’inflation fondamentale se situent entre 1,3 % et 1,9 %, compte tenu des capacités excédentaires considérables de l’économie.
  • Les conditions financières mondiales sont demeurées « expansionnistes » et les « marchés de financement essentiels » fonctionnant bien, ce qui a mené à une utilisation moindre des programmes de liquidité à court terme offerts par la Banque.
  • Le rebond a été plus fort que prévu aux États-Unis.
  • Les exportations se redressent étant donné le renforcement de la demande étrangère, mais elles sont encore « largement inférieures » à leurs niveaux d’avant la pandémie.
  • Bien que les récentes données recueillies pendant la phase de réouverture soient « encourageantes », la Banque s’attend toujours à une récupération « lente et en dents de scie », l’économie subissant « les effets de l’incertitude et de défis structurels ».

Allant de l’avant

Il est évident que la politique monétaire vise à soutenir les dépenses des ménages et les investissements des entreprises en rendant les emprunts plus abordables. Cela apporte le bon côté des choses dans un contexte économique par ailleurs difficile, qui s’est traduit, pour citer la Banque du Canada, par une confiance « modérée » des entreprises.

Comme la Banque s’attend toujours à ce que l’actuelle « phase de réouverture vigoureuse » du cycle économique soit suivie d’une « période de récupération prolongée et inégale », elle s’est engagée à maintenir son taux directeur à sa valeur plancher.

Pour renforcer cet engagement et maintenir des taux d’intérêt bas sur toute la courbe de rendement, la Banque s’est également engagée à poursuivre ses achats à grande échelle d’actifs au rythme actuel. Ce programme d’assouplissement quantitatif sera maintenu jusqu’à ce que la reprise soit bien engagée et sera « modulé » de façon à procurer « le niveau de détente monétaire nécessaire pour soutenir la reprise ». (Il est à noter que le message de la Banque concernant l’assouplissement quantitatif a évolué légèrement par rapport à juillet, lorsqu’elle a déclaré qu’elle « est prête à accentuer la détente monétaire si cela s’avère nécessaire ». Ce nouveau libellé pourrait-il télégraphier que la Banque prévoit des modifications à son programme d’assouplissement quantitatif? C’est à suivre...)

En résumé, le rythme de la reprise économique dépend toujours très étroitement lié à la trajectoire de la COVID-19 et à l’« évolution » des mesures nécessaires pour en contenir la propagation. Il est bien sûr impossible de prévoir l’évolution de la pandémie, mais il est rassurant de voir la Banque du Canada tenir bon en ce qui concerne sa politique monétaire expansionniste.

La prochaine déclaration politique de la BdC est prévue le 28 octobre 2020. D’ici là, First National continuera de faire sa part pour contribuer à votre croissance et à la relance de l’économie canadienne grâce à nos opérations de prêts commerciaux unifamiliaux et multifamiliaux parmi les meilleures dans le marché.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec votre conseiller First National.

La Banque du Canada maintient son taux de référence et poursuit ses achats à grande échelle d’actifs

  • First National Financial LP

Ce matin, la Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à ce qu’elle avait antérieurement qualifié de sa « valeur plancher » de 0,25 %. Par conséquent, le taux d’escompte de la Banque demeure à 0,50 %.

Cette décision n’est pas surprenante, car la banque centrale a indiqué qu’elle n’avait aucune intention d’augmenter les taux jusqu’à ce que « les capacités excédentaires de l’économie se résorbent », de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit « atteinte de manière durable ».

Cependant, cette annonce a été digne de mention à un autre égard : la Banque a mis à jour son évaluation de l’économie canadienne et annoncé qu’elle poursuit son programme d’assouplissement quantitatif en effectuant des achats à grande échelle d’obligations du gouvernement du Canada à raison d’au moins 5 milliards de dollars par semaine.

Voici quelques-unes des observations de la Banque qui, selon nous, sont les plus révélatrices :

  • Avec la réouverture de l’économie canadienne en phase avec la levée des mesures de confinement imposées en raison de la COVID-19, la reprise de l’activité au troisième trimestre « semble plus rapide qu’on le prévoyait en juillet ».
  • Les dépenses des ménages ont nettement rebondi au cours de l’été, la consommation de biens et l’activité dans le secteur du logement ayant été plus fortes que prévu « en raison surtout de la demande refoulée ».
  • Un rebond « fort, mais inégal » de l’emploi a été constaté.
  • Les prix de certains produits de base se sont raffermis, mais les cours du pétrole restent faibles.
  • L’inflation mesurée par l’IPC est près de zéro – les prix de l’énergie et les services de voyage exerçant des pressions à la baisse – et devrait demeurer bien en deçà de la cible à court terme de la Banque.
  • Les mesures de l’inflation fondamentale se situent entre 1,3 % et 1,9 %, compte tenu des capacités excédentaires considérables de l’économie.
  • Les conditions financières mondiales sont demeurées « expansionnistes » et les « marchés de financement essentiels » fonctionnant bien, ce qui a mené à une utilisation moindre des programmes de liquidité à court terme offerts par la Banque.
  • Le rebond a été plus fort que prévu aux États-Unis.
  • Les exportations se redressent étant donné le renforcement de la demande étrangère, mais elles sont encore « largement inférieures » à leurs niveaux d’avant la pandémie.
  • Bien que les récentes données recueillies pendant la phase de réouverture soient « encourageantes », la Banque s’attend toujours à une récupération « lente et en dents de scie », l’économie subissant « les effets de l’incertitude et de défis structurels ».

Allant de l’avant

Il est évident que la politique monétaire vise à soutenir les dépenses des ménages et les investissements des entreprises en rendant les emprunts plus abordables. Cela apporte le bon côté des choses dans un contexte économique par ailleurs difficile, qui s’est traduit, pour citer la Banque du Canada, par une confiance « modérée » des entreprises.

Comme la Banque s’attend toujours à ce que l’actuelle « phase de réouverture vigoureuse » du cycle économique soit suivie d’une « période de récupération prolongée et inégale », elle s’est engagée à maintenir son taux directeur à sa valeur plancher.

Pour renforcer cet engagement et maintenir des taux d’intérêt bas sur toute la courbe de rendement, la Banque s’est également engagée à poursuivre ses achats à grande échelle d’actifs au rythme actuel. Ce programme d’assouplissement quantitatif sera maintenu jusqu’à ce que la reprise soit bien engagée et sera « modulé » de façon à procurer « le niveau de détente monétaire nécessaire pour soutenir la reprise ». (Il est à noter que le message de la Banque concernant l’assouplissement quantitatif a évolué légèrement par rapport à juillet, lorsqu’elle a déclaré qu’elle « est prête à accentuer la détente monétaire si cela s’avère nécessaire ». Ce nouveau libellé pourrait-il télégraphier que la Banque prévoit des modifications à son programme d’assouplissement quantitatif? C’est à suivre...)

En résumé, le rythme de la reprise économique dépend toujours très étroitement lié à la trajectoire de la COVID-19 et à l’« évolution » des mesures nécessaires pour en contenir la propagation. Il est bien sûr impossible de prévoir l’évolution de la pandémie, mais il est rassurant de voir la Banque du Canada tenir bon en ce qui concerne sa politique monétaire expansionniste.

La prochaine déclaration politique de la BdC est prévue le 28 octobre 2020. D’ici là, First National continuera de faire sa part pour contribuer à votre croissance et à la relance de l’économie canadienne grâce à nos opérations de prêts commerciaux unifamiliaux et multifamiliaux parmi les meilleures dans le marché.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec votre conseiller First National.

La Banque du Canada maintient son taux de référence et poursuit ses achats à grande échelle d’actifs

  • First National Financial LP

Ce matin, la Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à ce qu’elle avait antérieurement qualifié de sa « valeur plancher » de 0,25 %. Par conséquent, le taux d’escompte de la Banque demeure à 0,50 %.

Cette décision n’est pas surprenante, car la banque centrale a indiqué qu’elle n’avait aucune intention d’augmenter les taux jusqu’à ce que « les capacités excédentaires de l’économie se résorbent », de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit « atteinte de manière durable ».

Cependant, cette annonce a été digne de mention à un autre égard : la Banque a mis à jour son évaluation de l’économie canadienne et annoncé qu’elle poursuit son programme d’assouplissement quantitatif en effectuant des achats à grande échelle d’obligations du gouvernement du Canada à raison d’au moins 5 milliards de dollars par semaine.

Voici quelques-unes des observations de la Banque qui, selon nous, sont les plus révélatrices :

  • Avec la réouverture de l’économie canadienne en phase avec la levée des mesures de confinement imposées en raison de la COVID-19, la reprise de l’activité au troisième trimestre « semble plus rapide qu’on le prévoyait en juillet ».
  • Les dépenses des ménages ont nettement rebondi au cours de l’été, la consommation de biens et l’activité dans le secteur du logement ayant été plus fortes que prévu « en raison surtout de la demande refoulée ».
  • Un rebond « fort, mais inégal » de l’emploi a été constaté.
  • Les prix de certains produits de base se sont raffermis, mais les cours du pétrole restent faibles.
  • L’inflation mesurée par l’IPC est près de zéro – les prix de l’énergie et les services de voyage exerçant des pressions à la baisse – et devrait demeurer bien en deçà de la cible à court terme de la Banque.
  • Les mesures de l’inflation fondamentale se situent entre 1,3 % et 1,9 %, compte tenu des capacités excédentaires considérables de l’économie.
  • Les conditions financières mondiales sont demeurées « expansionnistes » et les « marchés de financement essentiels » fonctionnant bien, ce qui a mené à une utilisation moindre des programmes de liquidité à court terme offerts par la Banque.
  • Le rebond a été plus fort que prévu aux États-Unis.
  • Les exportations se redressent étant donné le renforcement de la demande étrangère, mais elles sont encore « largement inférieures » à leurs niveaux d’avant la pandémie.
  • Bien que les récentes données recueillies pendant la phase de réouverture soient « encourageantes », la Banque s’attend toujours à une récupération « lente et en dents de scie », l’économie subissant « les effets de l’incertitude et de défis structurels ».

Allant de l’avant

Il est évident que la politique monétaire vise à soutenir les dépenses des ménages et les investissements des entreprises en rendant les emprunts plus abordables. Cela apporte le bon côté des choses dans un contexte économique par ailleurs difficile, qui s’est traduit, pour citer la Banque du Canada, par une confiance « modérée » des entreprises.

Comme la Banque s’attend toujours à ce que l’actuelle « phase de réouverture vigoureuse » du cycle économique soit suivie d’une « période de récupération prolongée et inégale », elle s’est engagée à maintenir son taux directeur à sa valeur plancher.

Pour renforcer cet engagement et maintenir des taux d’intérêt bas sur toute la courbe de rendement, la Banque s’est également engagée à poursuivre ses achats à grande échelle d’actifs au rythme actuel. Ce programme d’assouplissement quantitatif sera maintenu jusqu’à ce que la reprise soit bien engagée et sera « modulé » de façon à procurer « le niveau de détente monétaire nécessaire pour soutenir la reprise ». (Il est à noter que le message de la Banque concernant l’assouplissement quantitatif a évolué légèrement par rapport à juillet, lorsqu’elle a déclaré qu’elle « est prête à accentuer la détente monétaire si cela s’avère nécessaire ». Ce nouveau libellé pourrait-il télégraphier que la Banque prévoit des modifications à son programme d’assouplissement quantitatif? C’est à suivre...)

En résumé, le rythme de la reprise économique dépend toujours très étroitement lié à la trajectoire de la COVID-19 et à l’« évolution » des mesures nécessaires pour en contenir la propagation. Il est bien sûr impossible de prévoir l’évolution de la pandémie, mais il est rassurant de voir la Banque du Canada tenir bon en ce qui concerne sa politique monétaire expansionniste.

La prochaine déclaration politique de la BdC est prévue le 28 octobre 2020. D’ici là, First National continuera de faire sa part pour contribuer à votre croissance et à la relance de l’économie canadienne grâce à nos opérations de prêts commerciaux unifamiliaux et multifamiliaux parmi les meilleures dans le marché.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec votre conseiller First National.

La Banque du Canada maintient son taux de référence et poursuit ses achats à grande échelle d’actifs

  • First National Financial LP

Ce matin, la Banque du Canada a annoncé qu’elle maintient le taux cible du financement à un jour à ce qu’elle avait antérieurement qualifié de sa « valeur plancher » de 0,25 %. Par conséquent, le taux d’escompte de la Banque demeure à 0,50 %.

Cette décision n’est pas surprenante, car la banque centrale a indiqué qu’elle n’avait aucune intention d’augmenter les taux jusqu’à ce que « les capacités excédentaires de l’économie se résorbent », de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit « atteinte de manière durable ».

Cependant, cette annonce a été digne de mention à un autre égard : la Banque a mis à jour son évaluation de l’économie canadienne et annoncé qu’elle poursuit son programme d’assouplissement quantitatif en effectuant des achats à grande échelle d’obligations du gouvernement du Canada à raison d’au moins 5 milliards de dollars par semaine.

Voici quelques-unes des observations de la Banque qui, selon nous, sont les plus révélatrices :

  • Avec la réouverture de l’économie canadienne en phase avec la levée des mesures de confinement imposées en raison de la COVID-19, la reprise de l’activité au troisième trimestre « semble plus rapide qu’on le prévoyait en juillet ».
  • Les dépenses des ménages ont nettement rebondi au cours de l’été, la consommation de biens et l’activité dans le secteur du logement ayant été plus fortes que prévu « en raison surtout de la demande refoulée ».
  • Un rebond « fort, mais inégal » de l’emploi a été constaté.
  • Les prix de certains produits de base se sont raffermis, mais les cours du pétrole restent faibles.
  • L’inflation mesurée par l’IPC est près de zéro – les prix de l’énergie et les services de voyage exerçant des pressions à la baisse – et devrait demeurer bien en deçà de la cible à court terme de la Banque.
  • Les mesures de l’inflation fondamentale se situent entre 1,3 % et 1,9 %, compte tenu des capacités excédentaires considérables de l’économie.
  • Les conditions financières mondiales sont demeurées « expansionnistes » et les « marchés de financement essentiels » fonctionnant bien, ce qui a mené à une utilisation moindre des programmes de liquidité à court terme offerts par la Banque.
  • Le rebond a été plus fort que prévu aux États-Unis.
  • Les exportations se redressent étant donné le renforcement de la demande étrangère, mais elles sont encore « largement inférieures » à leurs niveaux d’avant la pandémie.
  • Bien que les récentes données recueillies pendant la phase de réouverture soient « encourageantes », la Banque s’attend toujours à une récupération « lente et en dents de scie », l’économie subissant « les effets de l’incertitude et de défis structurels ».

Allant de l’avant

Il est évident que la politique monétaire vise à soutenir les dépenses des ménages et les investissements des entreprises en rendant les emprunts plus abordables. Cela apporte le bon côté des choses dans un contexte économique par ailleurs difficile, qui s’est traduit, pour citer la Banque du Canada, par une confiance « modérée » des entreprises.

Comme la Banque s’attend toujours à ce que l’actuelle « phase de réouverture vigoureuse » du cycle économique soit suivie d’une « période de récupération prolongée et inégale », elle s’est engagée à maintenir son taux directeur à sa valeur plancher.

Pour renforcer cet engagement et maintenir des taux d’intérêt bas sur toute la courbe de rendement, la Banque s’est également engagée à poursuivre ses achats à grande échelle d’actifs au rythme actuel. Ce programme d’assouplissement quantitatif sera maintenu jusqu’à ce que la reprise soit bien engagée et sera « modulé » de façon à procurer « le niveau de détente monétaire nécessaire pour soutenir la reprise ». (Il est à noter que le message de la Banque concernant l’assouplissement quantitatif a évolué légèrement par rapport à juillet, lorsqu’elle a déclaré qu’elle « est prête à accentuer la détente monétaire si cela s’avère nécessaire ». Ce nouveau libellé pourrait-il télégraphier que la Banque prévoit des modifications à son programme d’assouplissement quantitatif? C’est à suivre...)

En résumé, le rythme de la reprise économique dépend toujours très étroitement lié à la trajectoire de la COVID-19 et à l’« évolution » des mesures nécessaires pour en contenir la propagation. Il est bien sûr impossible de prévoir l’évolution de la pandémie, mais il est rassurant de voir la Banque du Canada tenir bon en ce qui concerne sa politique monétaire expansionniste.

La prochaine déclaration politique de la BdC est prévue le 28 octobre 2020. D’ici là, First National continuera de faire sa part pour contribuer à votre croissance et à la relance de l’économie canadienne grâce à nos opérations de prêts commerciaux unifamiliaux et multifamiliaux parmi les meilleures dans le marché.

Si vous avez des questions, veuillez communiquer avec votre conseiller First National.

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.