Financière First National SEC

Prêter mieux pour vous

Mieux est un mot puissant. Pour notre équipe primée de prêts hypothécaires commerciaux, cela signifie se surpasser, aller au-delà de l’ordinaire pour écouter, conseiller et fournir des solutions de financement qui conviennent mieux à votre entreprise. De meilleures caractéristiques, de meilleures conditions, une meilleure planification, un meilleur service. C’est mieux pour vous à tous points de vue.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Le marché de l’immobilier résidentiel multifamilial de la colombie-britannique est en pleine mutation. Êtes-vous prêts?

  • Michael Yeung, Vice-président régional, Financement commercial, Colombie britannique

Alors que nous nous préparons à fermer les livres de 2020, j’aimerais profiter de cette occasion pour vous remercier sincèrement pour votre clientèle et vous mettre au courant des nouvelles tendances et des nouveaux développements qui touchent le marché immobilier multifamilial de la Colombie-Britannique.

Certains des changements notés ci-dessous sont liés à la COVID-19, tandis que d’autres ont pris forme bien avant que la pandémie ne frappe. Tous sont dignes de votre intérêt pour bien vous préparer à l’avenir.

Les préférences locales sont désormais prioritaires

Avant la pandémie, les acheteurs étrangers de biens immobiliers étaient dissuadés d’investir en Colombie-Britannique en raison de nouvelles taxes qui leur étaient imposées. Depuis la fermeture des frontières en mars, la diminution de la population étudiante internationale a supprimé un autre moteur de la demande de logements. Par conséquent, et pour la première fois depuis des années, un équilibre s’établit dans le Lower Mainland entre l’offre – qui augmente – et la demande. Ce sont les acheteurs et locataires locaux qui en bénéficient. À court terme, les promoteurs immobiliers résidentiels et les propriétaires d’immeubles d’appartements, s’ils veulent tirer leur épingle du jeu, doivent tenir compte du mode de vie et des besoins des résidents locaux en matière d’accessibilité financière.

La tendance favorise des unités d’habitation plus grandes et non plus petites

Dans le passé, les condos et les appartements comptant une chambre à coucher étaient privilégiés, car ils étaient plus économiques à construire pour les promoteurs et constituaient un point d’entrée économique pour les acheteurs et les locataires. Les acheteurs et les locataires souhaitent désormais des unités plus grandes dans lesquelles ils pourront aménager un bureau à domicile. Cela s’est traduit par une demande plus forte pour des unités de deux ou trois chambres à coucher dans certains de nos dossiers de financement les plus récents et par une baisse de popularité des unités comptant une seule chambre à coucher. Cette tendance a des conséquences sur la conception et la configuration des immeubles.

Les habitudes migratoires s’inversent

Pendant des décennies, les unités d’habitation situées au centre-ville ont été très populaires et les acheteurs et les locataires se disputaient les rares biens immobiliers résidentiels. Plus récemment, cette tendance s’est inversée, car les résidents, maintenant plus nombreux en télétravail, partent vers les banlieues à la recherche d’unités d’habitation plus spacieuses. En raison de l’augmentation de la demande, les taux d’occupation et de location des appartements de banlieue se maintiennent et, dans certains cas, augmentent. À l’inverse, les taux d’occupation et de location des immeubles du centre-ville subissent des pressions à la baisse, tout comme la valeur des terrains au centre-ville.

La construction d’unités appartements gagne du terrain

Dans le passé, nombre de promoteurs choisissaient de construire des unités en copropriété dans le marché plutôt que des appartements locatifs en raison d’un taux de rendement interne plus élevé en faveur des condos. Aujourd’hui, en raison de l’incertitude quant à la capacité d’absorption du marché, de plus en plus de promoteurs se tournent vers la location pour son potentiel attractif de production de revenus et une plus grande facilité de financement.

Le mouvement vert entre en scène

On s’attend à ce que le parc de véhicules électriques augmente. Dans le futur, les projets de lotissement devront tenir compte de l’installation de bornes de recharge pour les VE et du mouvement écologique en général. Par ailleurs, l’augmentation des achats en ligne met l’accent sur les capacités de réception de colis des immeubles d’appartements et de copropriétés. En matière de transports en général, le conseil municipal de Vancouver a récemment voté en faveur de l’introduction de péages de congestion pour les personnes qui se rendront au centre-ville en voiture après 2025. Cela fera en sorte que vivre et/ou travailler dans le centre-ville sera d’autant plus cher pour les personnes ayant une voiture.

Les coûts de construction continuent d’augmenter

La pénurie de bois d’œuvre résultant de la fermeture de scieries en Colombie-Britannique, combinée à la reprise des activités de construction aux États-Unis, rend la construction plus coûteuse. En réponse, certains promoteurs achètent à l’avance des matériaux pour éviter toute perturbation dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et l’inflation future.

Les futures augmentations de loyer sont liées à l’inflation

Le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique a prolongé le gel des loyers jusqu’au 10 juillet 2021. Au cours de la dernière décennie, les augmentations annuelles autorisées ont varié entre 2,2 % et 4,3 %. La politique du gouvernement consiste à fixer l’augmentation de loyer maximale autorisée en fonction de l’indice des prix à la consommation de la Colombie-Britannique pour chaque période de 12 mois se terminant en juillet. Tant que l’inflation restera faible, il semblerait que les augmentations des loyers le seront également.

L’optimisme augmente malgré des défis liés à la deuxième vague

Les taux d’intérêt sont au plus bas alors que les marchés boursiers enregistrent des sommets historiques en raison de la mise au point de vaccins contre la COVID-19. Toute variation de la courbe de rendements résultant d’un plus grand optimisme aura un impact sur les projets immobiliers. À l’avenir, il pourrait s’avérer payant d’envisager l’option qu’offre First National de fixer le taux d’intérêt à l’avance.

Les capacités de prêt de First National sont plus solides que jamais 

La récente vigueur de la demande de financement devrait se poursuivre en 2021. Pour faire face à une demande sans précédent, First National a récemment recruté de nouvelles ressources analytiques au sein de son équipe de la Colombie-Britannique. Ce mois-ci, nous avons également élargi notre portefeuille de prêts en ajoutant un nouveau produit à terme conventionnel. Ce produit est idéal pour tous les types d’immeubles commerciaux, pas seulement pour les immeubles multifamiliaux. Fort de ses prêts à terme assurés, ses prêts à la construction assurés, ses prêts-relais et ses prêts à la construction conventionnels, First National a désormais toutes les capacités nécessaires pour satisfaire tous les besoins du marché.

Nous pensons que les tendances et les activités de ces dernières années ont mené à une nouvelle façon de penser le développement immobilier ici en Colombie-Britannique et partout dans le reste du Canada. En tant que prêteur commercial d’envergure nationale, nous sommes bien placés pour vous fournir des informations indispensables sur les marchés dans le cadre de notre offre de services.

En conclusion, je veux que vous sachiez que, quoi qu’il arrive dans l’économie et le marché, First National sera là pour vous en 2021. Grâce à un bilan solide, à des sources de financement diversifiées et à des ressources humaines plus nombreuses que jamais, nous sommes prêts à soutenir votre croissance et votre réussite et capables de le soutenir.

Au nom de mes collègues de First National, je vous transmets nos vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour le Nouvel An.

Le marché de l’immobilier résidentiel multifamilial de la colombie-britannique est en pleine mutation. Êtes-vous prêts?

  • Michael Yeung, Vice-président régional, Financement commercial, Colombie britannique

Alors que nous nous préparons à fermer les livres de 2020, j’aimerais profiter de cette occasion pour vous remercier sincèrement pour votre clientèle et vous mettre au courant des nouvelles tendances et des nouveaux développements qui touchent le marché immobilier multifamilial de la Colombie-Britannique.

Certains des changements notés ci-dessous sont liés à la COVID-19, tandis que d’autres ont pris forme bien avant que la pandémie ne frappe. Tous sont dignes de votre intérêt pour bien vous préparer à l’avenir.

Les préférences locales sont désormais prioritaires

Avant la pandémie, les acheteurs étrangers de biens immobiliers étaient dissuadés d’investir en Colombie-Britannique en raison de nouvelles taxes qui leur étaient imposées. Depuis la fermeture des frontières en mars, la diminution de la population étudiante internationale a supprimé un autre moteur de la demande de logements. Par conséquent, et pour la première fois depuis des années, un équilibre s’établit dans le Lower Mainland entre l’offre – qui augmente – et la demande. Ce sont les acheteurs et locataires locaux qui en bénéficient. À court terme, les promoteurs immobiliers résidentiels et les propriétaires d’immeubles d’appartements, s’ils veulent tirer leur épingle du jeu, doivent tenir compte du mode de vie et des besoins des résidents locaux en matière d’accessibilité financière.

La tendance favorise des unités d’habitation plus grandes et non plus petites

Dans le passé, les condos et les appartements comptant une chambre à coucher étaient privilégiés, car ils étaient plus économiques à construire pour les promoteurs et constituaient un point d’entrée économique pour les acheteurs et les locataires. Les acheteurs et les locataires souhaitent désormais des unités plus grandes dans lesquelles ils pourront aménager un bureau à domicile. Cela s’est traduit par une demande plus forte pour des unités de deux ou trois chambres à coucher dans certains de nos dossiers de financement les plus récents et par une baisse de popularité des unités comptant une seule chambre à coucher. Cette tendance a des conséquences sur la conception et la configuration des immeubles.

Les habitudes migratoires s’inversent

Pendant des décennies, les unités d’habitation situées au centre-ville ont été très populaires et les acheteurs et les locataires se disputaient les rares biens immobiliers résidentiels. Plus récemment, cette tendance s’est inversée, car les résidents, maintenant plus nombreux en télétravail, partent vers les banlieues à la recherche d’unités d’habitation plus spacieuses. En raison de l’augmentation de la demande, les taux d’occupation et de location des appartements de banlieue se maintiennent et, dans certains cas, augmentent. À l’inverse, les taux d’occupation et de location des immeubles du centre-ville subissent des pressions à la baisse, tout comme la valeur des terrains au centre-ville.

La construction d’unités appartements gagne du terrain

Dans le passé, nombre de promoteurs choisissaient de construire des unités en copropriété dans le marché plutôt que des appartements locatifs en raison d’un taux de rendement interne plus élevé en faveur des condos. Aujourd’hui, en raison de l’incertitude quant à la capacité d’absorption du marché, de plus en plus de promoteurs se tournent vers la location pour son potentiel attractif de production de revenus et une plus grande facilité de financement.

Le mouvement vert entre en scène

On s’attend à ce que le parc de véhicules électriques augmente. Dans le futur, les projets de lotissement devront tenir compte de l’installation de bornes de recharge pour les VE et du mouvement écologique en général. Par ailleurs, l’augmentation des achats en ligne met l’accent sur les capacités de réception de colis des immeubles d’appartements et de copropriétés. En matière de transports en général, le conseil municipal de Vancouver a récemment voté en faveur de l’introduction de péages de congestion pour les personnes qui se rendront au centre-ville en voiture après 2025. Cela fera en sorte que vivre et/ou travailler dans le centre-ville sera d’autant plus cher pour les personnes ayant une voiture.

Les coûts de construction continuent d’augmenter

La pénurie de bois d’œuvre résultant de la fermeture de scieries en Colombie-Britannique, combinée à la reprise des activités de construction aux États-Unis, rend la construction plus coûteuse. En réponse, certains promoteurs achètent à l’avance des matériaux pour éviter toute perturbation dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et l’inflation future.

Les futures augmentations de loyer sont liées à l’inflation

Le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique a prolongé le gel des loyers jusqu’au 10 juillet 2021. Au cours de la dernière décennie, les augmentations annuelles autorisées ont varié entre 2,2 % et 4,3 %. La politique du gouvernement consiste à fixer l’augmentation de loyer maximale autorisée en fonction de l’indice des prix à la consommation de la Colombie-Britannique pour chaque période de 12 mois se terminant en juillet. Tant que l’inflation restera faible, il semblerait que les augmentations des loyers le seront également.

L’optimisme augmente malgré des défis liés à la deuxième vague

Les taux d’intérêt sont au plus bas alors que les marchés boursiers enregistrent des sommets historiques en raison de la mise au point de vaccins contre la COVID-19. Toute variation de la courbe de rendements résultant d’un plus grand optimisme aura un impact sur les projets immobiliers. À l’avenir, il pourrait s’avérer payant d’envisager l’option qu’offre First National de fixer le taux d’intérêt à l’avance.

Les capacités de prêt de First National sont plus solides que jamais 

La récente vigueur de la demande de financement devrait se poursuivre en 2021. Pour faire face à une demande sans précédent, First National a récemment recruté de nouvelles ressources analytiques au sein de son équipe de la Colombie-Britannique. Ce mois-ci, nous avons également élargi notre portefeuille de prêts en ajoutant un nouveau produit à terme conventionnel. Ce produit est idéal pour tous les types d’immeubles commerciaux, pas seulement pour les immeubles multifamiliaux. Fort de ses prêts à terme assurés, ses prêts à la construction assurés, ses prêts-relais et ses prêts à la construction conventionnels, First National a désormais toutes les capacités nécessaires pour satisfaire tous les besoins du marché.

Nous pensons que les tendances et les activités de ces dernières années ont mené à une nouvelle façon de penser le développement immobilier ici en Colombie-Britannique et partout dans le reste du Canada. En tant que prêteur commercial d’envergure nationale, nous sommes bien placés pour vous fournir des informations indispensables sur les marchés dans le cadre de notre offre de services.

En conclusion, je veux que vous sachiez que, quoi qu’il arrive dans l’économie et le marché, First National sera là pour vous en 2021. Grâce à un bilan solide, à des sources de financement diversifiées et à des ressources humaines plus nombreuses que jamais, nous sommes prêts à soutenir votre croissance et votre réussite et capables de le soutenir.

Au nom de mes collègues de First National, je vous transmets nos vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour le Nouvel An.

Le marché de l’immobilier résidentiel multifamilial de la colombie-britannique est en pleine mutation. Êtes-vous prêts?

  • Michael Yeung, Vice-président régional, Financement commercial, Colombie britannique

Alors que nous nous préparons à fermer les livres de 2020, j’aimerais profiter de cette occasion pour vous remercier sincèrement pour votre clientèle et vous mettre au courant des nouvelles tendances et des nouveaux développements qui touchent le marché immobilier multifamilial de la Colombie-Britannique.

Certains des changements notés ci-dessous sont liés à la COVID-19, tandis que d’autres ont pris forme bien avant que la pandémie ne frappe. Tous sont dignes de votre intérêt pour bien vous préparer à l’avenir.

Les préférences locales sont désormais prioritaires

Avant la pandémie, les acheteurs étrangers de biens immobiliers étaient dissuadés d’investir en Colombie-Britannique en raison de nouvelles taxes qui leur étaient imposées. Depuis la fermeture des frontières en mars, la diminution de la population étudiante internationale a supprimé un autre moteur de la demande de logements. Par conséquent, et pour la première fois depuis des années, un équilibre s’établit dans le Lower Mainland entre l’offre – qui augmente – et la demande. Ce sont les acheteurs et locataires locaux qui en bénéficient. À court terme, les promoteurs immobiliers résidentiels et les propriétaires d’immeubles d’appartements, s’ils veulent tirer leur épingle du jeu, doivent tenir compte du mode de vie et des besoins des résidents locaux en matière d’accessibilité financière.

La tendance favorise des unités d’habitation plus grandes et non plus petites

Dans le passé, les condos et les appartements comptant une chambre à coucher étaient privilégiés, car ils étaient plus économiques à construire pour les promoteurs et constituaient un point d’entrée économique pour les acheteurs et les locataires. Les acheteurs et les locataires souhaitent désormais des unités plus grandes dans lesquelles ils pourront aménager un bureau à domicile. Cela s’est traduit par une demande plus forte pour des unités de deux ou trois chambres à coucher dans certains de nos dossiers de financement les plus récents et par une baisse de popularité des unités comptant une seule chambre à coucher. Cette tendance a des conséquences sur la conception et la configuration des immeubles.

Les habitudes migratoires s’inversent

Pendant des décennies, les unités d’habitation situées au centre-ville ont été très populaires et les acheteurs et les locataires se disputaient les rares biens immobiliers résidentiels. Plus récemment, cette tendance s’est inversée, car les résidents, maintenant plus nombreux en télétravail, partent vers les banlieues à la recherche d’unités d’habitation plus spacieuses. En raison de l’augmentation de la demande, les taux d’occupation et de location des appartements de banlieue se maintiennent et, dans certains cas, augmentent. À l’inverse, les taux d’occupation et de location des immeubles du centre-ville subissent des pressions à la baisse, tout comme la valeur des terrains au centre-ville.

La construction d’unités appartements gagne du terrain

Dans le passé, nombre de promoteurs choisissaient de construire des unités en copropriété dans le marché plutôt que des appartements locatifs en raison d’un taux de rendement interne plus élevé en faveur des condos. Aujourd’hui, en raison de l’incertitude quant à la capacité d’absorption du marché, de plus en plus de promoteurs se tournent vers la location pour son potentiel attractif de production de revenus et une plus grande facilité de financement.

Le mouvement vert entre en scène

On s’attend à ce que le parc de véhicules électriques augmente. Dans le futur, les projets de lotissement devront tenir compte de l’installation de bornes de recharge pour les VE et du mouvement écologique en général. Par ailleurs, l’augmentation des achats en ligne met l’accent sur les capacités de réception de colis des immeubles d’appartements et de copropriétés. En matière de transports en général, le conseil municipal de Vancouver a récemment voté en faveur de l’introduction de péages de congestion pour les personnes qui se rendront au centre-ville en voiture après 2025. Cela fera en sorte que vivre et/ou travailler dans le centre-ville sera d’autant plus cher pour les personnes ayant une voiture.

Les coûts de construction continuent d’augmenter

La pénurie de bois d’œuvre résultant de la fermeture de scieries en Colombie-Britannique, combinée à la reprise des activités de construction aux États-Unis, rend la construction plus coûteuse. En réponse, certains promoteurs achètent à l’avance des matériaux pour éviter toute perturbation dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et l’inflation future.

Les futures augmentations de loyer sont liées à l’inflation

Le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique a prolongé le gel des loyers jusqu’au 10 juillet 2021. Au cours de la dernière décennie, les augmentations annuelles autorisées ont varié entre 2,2 % et 4,3 %. La politique du gouvernement consiste à fixer l’augmentation de loyer maximale autorisée en fonction de l’indice des prix à la consommation de la Colombie-Britannique pour chaque période de 12 mois se terminant en juillet. Tant que l’inflation restera faible, il semblerait que les augmentations des loyers le seront également.

L’optimisme augmente malgré des défis liés à la deuxième vague

Les taux d’intérêt sont au plus bas alors que les marchés boursiers enregistrent des sommets historiques en raison de la mise au point de vaccins contre la COVID-19. Toute variation de la courbe de rendements résultant d’un plus grand optimisme aura un impact sur les projets immobiliers. À l’avenir, il pourrait s’avérer payant d’envisager l’option qu’offre First National de fixer le taux d’intérêt à l’avance.

Les capacités de prêt de First National sont plus solides que jamais 

La récente vigueur de la demande de financement devrait se poursuivre en 2021. Pour faire face à une demande sans précédent, First National a récemment recruté de nouvelles ressources analytiques au sein de son équipe de la Colombie-Britannique. Ce mois-ci, nous avons également élargi notre portefeuille de prêts en ajoutant un nouveau produit à terme conventionnel. Ce produit est idéal pour tous les types d’immeubles commerciaux, pas seulement pour les immeubles multifamiliaux. Fort de ses prêts à terme assurés, ses prêts à la construction assurés, ses prêts-relais et ses prêts à la construction conventionnels, First National a désormais toutes les capacités nécessaires pour satisfaire tous les besoins du marché.

Nous pensons que les tendances et les activités de ces dernières années ont mené à une nouvelle façon de penser le développement immobilier ici en Colombie-Britannique et partout dans le reste du Canada. En tant que prêteur commercial d’envergure nationale, nous sommes bien placés pour vous fournir des informations indispensables sur les marchés dans le cadre de notre offre de services.

En conclusion, je veux que vous sachiez que, quoi qu’il arrive dans l’économie et le marché, First National sera là pour vous en 2021. Grâce à un bilan solide, à des sources de financement diversifiées et à des ressources humaines plus nombreuses que jamais, nous sommes prêts à soutenir votre croissance et votre réussite et capables de le soutenir.

Au nom de mes collègues de First National, je vous transmets nos vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour le Nouvel An.

Le marché de l’immobilier résidentiel multifamilial de la colombie-britannique est en pleine mutation. Êtes-vous prêts?

  • Michael Yeung, Vice-président régional, Financement commercial, Colombie britannique

Alors que nous nous préparons à fermer les livres de 2020, j’aimerais profiter de cette occasion pour vous remercier sincèrement pour votre clientèle et vous mettre au courant des nouvelles tendances et des nouveaux développements qui touchent le marché immobilier multifamilial de la Colombie-Britannique.

Certains des changements notés ci-dessous sont liés à la COVID-19, tandis que d’autres ont pris forme bien avant que la pandémie ne frappe. Tous sont dignes de votre intérêt pour bien vous préparer à l’avenir.

Les préférences locales sont désormais prioritaires

Avant la pandémie, les acheteurs étrangers de biens immobiliers étaient dissuadés d’investir en Colombie-Britannique en raison de nouvelles taxes qui leur étaient imposées. Depuis la fermeture des frontières en mars, la diminution de la population étudiante internationale a supprimé un autre moteur de la demande de logements. Par conséquent, et pour la première fois depuis des années, un équilibre s’établit dans le Lower Mainland entre l’offre – qui augmente – et la demande. Ce sont les acheteurs et locataires locaux qui en bénéficient. À court terme, les promoteurs immobiliers résidentiels et les propriétaires d’immeubles d’appartements, s’ils veulent tirer leur épingle du jeu, doivent tenir compte du mode de vie et des besoins des résidents locaux en matière d’accessibilité financière.

La tendance favorise des unités d’habitation plus grandes et non plus petites

Dans le passé, les condos et les appartements comptant une chambre à coucher étaient privilégiés, car ils étaient plus économiques à construire pour les promoteurs et constituaient un point d’entrée économique pour les acheteurs et les locataires. Les acheteurs et les locataires souhaitent désormais des unités plus grandes dans lesquelles ils pourront aménager un bureau à domicile. Cela s’est traduit par une demande plus forte pour des unités de deux ou trois chambres à coucher dans certains de nos dossiers de financement les plus récents et par une baisse de popularité des unités comptant une seule chambre à coucher. Cette tendance a des conséquences sur la conception et la configuration des immeubles.

Les habitudes migratoires s’inversent

Pendant des décennies, les unités d’habitation situées au centre-ville ont été très populaires et les acheteurs et les locataires se disputaient les rares biens immobiliers résidentiels. Plus récemment, cette tendance s’est inversée, car les résidents, maintenant plus nombreux en télétravail, partent vers les banlieues à la recherche d’unités d’habitation plus spacieuses. En raison de l’augmentation de la demande, les taux d’occupation et de location des appartements de banlieue se maintiennent et, dans certains cas, augmentent. À l’inverse, les taux d’occupation et de location des immeubles du centre-ville subissent des pressions à la baisse, tout comme la valeur des terrains au centre-ville.

La construction d’unités appartements gagne du terrain

Dans le passé, nombre de promoteurs choisissaient de construire des unités en copropriété dans le marché plutôt que des appartements locatifs en raison d’un taux de rendement interne plus élevé en faveur des condos. Aujourd’hui, en raison de l’incertitude quant à la capacité d’absorption du marché, de plus en plus de promoteurs se tournent vers la location pour son potentiel attractif de production de revenus et une plus grande facilité de financement.

Le mouvement vert entre en scène

On s’attend à ce que le parc de véhicules électriques augmente. Dans le futur, les projets de lotissement devront tenir compte de l’installation de bornes de recharge pour les VE et du mouvement écologique en général. Par ailleurs, l’augmentation des achats en ligne met l’accent sur les capacités de réception de colis des immeubles d’appartements et de copropriétés. En matière de transports en général, le conseil municipal de Vancouver a récemment voté en faveur de l’introduction de péages de congestion pour les personnes qui se rendront au centre-ville en voiture après 2025. Cela fera en sorte que vivre et/ou travailler dans le centre-ville sera d’autant plus cher pour les personnes ayant une voiture.

Les coûts de construction continuent d’augmenter

La pénurie de bois d’œuvre résultant de la fermeture de scieries en Colombie-Britannique, combinée à la reprise des activités de construction aux États-Unis, rend la construction plus coûteuse. En réponse, certains promoteurs achètent à l’avance des matériaux pour éviter toute perturbation dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et l’inflation future.

Les futures augmentations de loyer sont liées à l’inflation

Le nouveau gouvernement de la Colombie-Britannique a prolongé le gel des loyers jusqu’au 10 juillet 2021. Au cours de la dernière décennie, les augmentations annuelles autorisées ont varié entre 2,2 % et 4,3 %. La politique du gouvernement consiste à fixer l’augmentation de loyer maximale autorisée en fonction de l’indice des prix à la consommation de la Colombie-Britannique pour chaque période de 12 mois se terminant en juillet. Tant que l’inflation restera faible, il semblerait que les augmentations des loyers le seront également.

L’optimisme augmente malgré des défis liés à la deuxième vague

Les taux d’intérêt sont au plus bas alors que les marchés boursiers enregistrent des sommets historiques en raison de la mise au point de vaccins contre la COVID-19. Toute variation de la courbe de rendements résultant d’un plus grand optimisme aura un impact sur les projets immobiliers. À l’avenir, il pourrait s’avérer payant d’envisager l’option qu’offre First National de fixer le taux d’intérêt à l’avance.

Les capacités de prêt de First National sont plus solides que jamais 

La récente vigueur de la demande de financement devrait se poursuivre en 2021. Pour faire face à une demande sans précédent, First National a récemment recruté de nouvelles ressources analytiques au sein de son équipe de la Colombie-Britannique. Ce mois-ci, nous avons également élargi notre portefeuille de prêts en ajoutant un nouveau produit à terme conventionnel. Ce produit est idéal pour tous les types d’immeubles commerciaux, pas seulement pour les immeubles multifamiliaux. Fort de ses prêts à terme assurés, ses prêts à la construction assurés, ses prêts-relais et ses prêts à la construction conventionnels, First National a désormais toutes les capacités nécessaires pour satisfaire tous les besoins du marché.

Nous pensons que les tendances et les activités de ces dernières années ont mené à une nouvelle façon de penser le développement immobilier ici en Colombie-Britannique et partout dans le reste du Canada. En tant que prêteur commercial d’envergure nationale, nous sommes bien placés pour vous fournir des informations indispensables sur les marchés dans le cadre de notre offre de services.

En conclusion, je veux que vous sachiez que, quoi qu’il arrive dans l’économie et le marché, First National sera là pour vous en 2021. Grâce à un bilan solide, à des sources de financement diversifiées et à des ressources humaines plus nombreuses que jamais, nous sommes prêts à soutenir votre croissance et votre réussite et capables de le soutenir.

Au nom de mes collègues de First National, je vous transmets nos vœux de santé, de bonheur et de prospérité pour le Nouvel An.

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.