Financière First National SEC

Des conseillers chevronnés qui vous aide à vous dépasser

En nous guidant sur vos objectifs, nous appliquons notre expertise, l’importance que nous accordons aux relations, notre esprit entrepreneurial et orienté vers les solutions ainsi que notre culture axée sur le service pour favoriser une collaboration productive et inspirer une confiance profonde. Vous aider à réaliser vos rêves est notre objectif commun et la plus grande mesure de notre valeur.

Mise à jour sur les marchés commerciaux

Lorsque les rendements obligataires varient, vous devez le savoir. Faites-vous livrer quotidiennement les plus récentes données sur les taux d'intérêt directement dans votre boîte de courriel.

Inscrivez-vous maintenant

Financements récents

Forts de notre expertise avec la SCHL, de notre vaste portefeuille de produits, de nos divers experts et de notre réactivité, nous avons réalisé un véritable travail de pionnier en finançant de nouvelles constructions à visée tant locative que générale ainsi que des entreprises immobilières en plein essor. 

Prenez financements récents ici

Apprenez à mieux nous connaître

First National aborde chaque situation à partir de la perspective de la personne qu’elle sert. Nous ne sommes pas de simples prêteurs. Nous sommes passionnés par le secteur de l’immobilier commercial et par nos clients, ceux-là même qui l’alimentent.

À la rencontre de notre équipe commerciale

Ressources et connaissances nouvelles

Bénéficiez des observations et des perspectives d’experts pour éclairer et orienter vos décisions en matière d’immobilier commercial.

Pleins feux sur les nouvelles émissions de la semaine

  • First National Financial LP

Bonjour, c’est le jour de la marmotte!

Encore? Déjà le jour de la marmotte? C’est un événement annuel qui se répète année après année…

Je viens tout juste de voir Wiarton Willie sortir de sa tanière à la télé. La foule était en délire. Malheureusement pour certains, l’hiver devrait durer encore six semaines selon sa prévision… Quelle scène pathétique. Mille personnes en train de se geler dehors pour vouer leur admiration à un rongeur. La télévision n’a vraiment pas rendu justice à l’excitation du moment d’un gros écureuil faisant sa prévision météorologique.

Taux

Obligation                           Aujourd’hui        Variation depuis la semaine dernière

2 ans :                   1,86 %                   +5 pb

5 ans :                   2,15 %                   +10 pb

10 ans :                 2,38 %                   +13 pb

30 ans :                 2,44 %                   +11 pb

Économie, nouvelles, etc.

Les plus récentes données sur les emplois non agricoles viennent tout juste d’être annoncées. On dénombre la création de 200 000 nouveaux emplois aux États-Unis en janvier. En décembre, 160 000 nouveaux emplois ont été créés et la prévision pour janvier s’établissait à 180 000. Les salaires horaires sont en hausse de 2,9 %, ce qui est supérieur à ce qui avait été prédit. C’est le rythme annuel le plus rapide depuis la fin de la récession. Au cas où vous vous posiez la question, comme le titre le laisse entendre, cette statistique ne tient pas compte des emplois agricoles. Elle exclut également les travailleurs autonomes non constitués en société, les emplois au sein de ménages privés de même que les emplois au sein des organismes de renseignement et des forces armées.

Mercredi, il a été annoncé que le PIB du Canada avait crû de 0,4 % en novembre, correspondant au consensus. Cette large croissance est attribuable en premier lieu au secteur manufacturier. C’est le meilleur résultat depuis mai dernier et tout un rebondissement par rapport à octobre, mois affichant une croissance quasiment nulle. Le taux de croissance du PIB sur douze mois s’établit désormais à 3,5 %. Cette donnée ne devrait pas changer grand-chose pour ce qui est de la politique de la Banque du Canada, qui demeure en mode resserrement (autrement dit, prudence). Poloz et les autres gouverneurs se réunissent le 7 mars prochain et la probabilité d’une nouvelle hausse est de 32 % à l’heure actuelle.

Chez nos voisins du sud, le FOMC a maintenu les taux au beau fixe lors de sa rencontre mercredi. C’était attendu. La déclaration accompagnant l’annonce dégageait un ton modérément agressif, faisant valoir que l’inflation était à la hausse. C’était attendu. Le marché obligataire a réagi timidement. C’était attendu. La probabilité implicite du décret d’une hausse de taux lors de la réunion du 21 mars se répercute maintenant pleinement dans les prix des contrats à terme sur les fonds fédéraux. Lorsqu’elle sera décrétée, la hausse de taux devrait être conforme aux attentes. Surtout dans la foulée des solides données sur l’emploi rendues publiques aujourd’hui.

Pour votre information : C’était la dernière fois que Janet Yellen présidait une réunion du FOMC. Je ne me rappelle pas en ce moment le nom du type qui lui succède, mais Google a sûrement la réponse si j’ai piqué votre curiosité.

Aussi cette semaine, POTUS (le président des États-Unis) a livré son premier SOTU (discours sur l’état de l’Union). Meh… Les médias rapportent que Melania était vêtue tout de blanc et que Trump a prononcé des mots. Vêtue de blanc après la fête du Travail? Est-elle tombée sur la tête?!

J’allais blaguer en affirmant que ce discours sur l’état de l’Union fut « le plus regardé de tous les temps ». Mais Trump a brûlé mon punch. En effet, jeudi matin, il a affirmé que « le plus grand nombre de personnes de l’histoire » avaient regardé son discours. Ce ne fut pas le cas. Bon, un autre « fait alternatif ». Passons à autre chose…

Actions

Soulignons rapidement le fait que, au terme du premier mois de 2018, l’indice S&P TSX est en baisse d’environ 1,4 % (ou -14 % annualisé). L’indice S&P 500 est en hausse d’environ 5,7 % depuis le début de l’année (ou +85 % annualisé). Maigre consolation pour les investisseurs canadiens, en dollars américains, l’indice S&P TSX affiche en fait des gains annualisés de 3,2 % grâce à la forte remontée du huard. À titre comparatif, le Bitcoin se transige maintenant sous la barre des 8 000 $, soit en baisse de plus de 50 % par rapport à sa valeur record enregistrée en décembre.

Le S&P 500 a donc connu un de ses meilleurs débuts d’année de l’histoire récente. L’indice a été soutenu par de solides bénéfices du côté des entreprises, une bonne croissance économique et l’optimisme suscité par les baisses d’impôts aux États-Unis. Restons toutefois prudents… Des incertitudes s’infiltrent dans les marchés boursiers, car les taux plus élevés des obligations gouvernementales commencent à nuire aux opérations boursières. 

Nouvelles émissions

Central 1 Credit Union, cotée A (élevée) a procédé à l’émission de 350 millions de dollars de billets de 3 ans à taux variable au taux CDOR à trois mois +35. L’émission a été majorée par rapport aux 200 millions de dollars initialement prévus et le prix s’est resserré de 2 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Autrement dit, ça s’est bien passé. Pour vous mettre en contexte, l’OHC à taux variable venant à échéance en mars 2021 se négocie actuellement autour du taux CDOR à trois mois -18. Le taux CDOR à trois mois s’établit actuellement à 1,68 %.

La Banque Scotia, cotée AA, a émis un rare billet de dépôt de 10 ans à GdC +80 pb. Le marché a acheté la totalité de l’émission (2 milliards de dollars).

Le FPI RioCan, coté BBB (élevée), a émis 300 millions de dollars de billets à taux fixe venant à échéance en septembre 2023 à GdC +105. Plus de 60 investisseurs et un taux de sursouscription de 8X ont contribué à resserrer le prix de 5 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Je ne peux qu’avancer l’hypothèse que le gars de la trésorerie de RioCan est de bonne humeur de ces jours-ci.

Parlant de nouvelles émissions, nous nous attendons à une émission d’OHC de 10 ans à taux fixe et de 5 ans à taux variable quelque part autour du 14 février. Un beau cadeau de la Saint-Valentin de nos amis de la SCHL.

L’obligation de 10 ans rouvrira celle venant à échéance en mars 2028 autour de GdC +37 pb. C’est 8,5 points de base de moins que l’écart de l’émission initiale en novembre. Aux taux actuels, l’obligation se négocie autour du taux CDOR à trois mois +1,7 pb, son niveau le plus bas des trois dernières années.

Le billet de 5 ans à taux variable rouvrira celui venant à échéance en mars 2023. Les taux actuels du marché suggèrent le taux CDOR à trois mois -7,1 pb. Le billet avait été émis initialement en novembre au taux CDOR.

Réglementation du marché hypothécaire

Au Québec, les caisses populaires pourraient bientôt devoir appliquer les mêmes règles de qualification hypothécaire que les banques régies par le BSIF. L’organisme de réglementation de la province se prépare à harmoniser ses directives avec celles des prêteurs sous réglementation fédérale et donc exiger que les caisses populaires et les coopératives adoptent le taux de simulation de crise de +2,00 %. Cependant, ce n’est pas le cas partout au pays. La Colombie-Britannique n’envisage aucun changement et l’Ontario hésite. Entre-temps, les caisses populaires au pays font des affaires en or dans le marché des prêts hypothécaires non assurés.  L’avenir dira si elles bénéficieront de la décision.

Mot de la fin

Voici quelques conseils pour la fin de semaine : faites le ménage de votre chambre, tenez-vous droit debout, faites de quoi, faites un homme de vous, soyez gentil envers votre sœur, ne mélangez pas bière et vin… jamais! Ah oui, et restez loin des chemins de fer.

C’est encore l’hiver pour au moins six semaines, mais souriez... Le printemps finira par arriver!

Ciao!

Le gars de la trésorerie

Pleins feux sur les nouvelles émissions de la semaine

  • First National Financial LP

Bonjour, c’est le jour de la marmotte!

Encore? Déjà le jour de la marmotte? C’est un événement annuel qui se répète année après année…

Je viens tout juste de voir Wiarton Willie sortir de sa tanière à la télé. La foule était en délire. Malheureusement pour certains, l’hiver devrait durer encore six semaines selon sa prévision… Quelle scène pathétique. Mille personnes en train de se geler dehors pour vouer leur admiration à un rongeur. La télévision n’a vraiment pas rendu justice à l’excitation du moment d’un gros écureuil faisant sa prévision météorologique.

Taux

Obligation                           Aujourd’hui        Variation depuis la semaine dernière

2 ans :                   1,86 %                   +5 pb

5 ans :                   2,15 %                   +10 pb

10 ans :                 2,38 %                   +13 pb

30 ans :                 2,44 %                   +11 pb

Économie, nouvelles, etc.

Les plus récentes données sur les emplois non agricoles viennent tout juste d’être annoncées. On dénombre la création de 200 000 nouveaux emplois aux États-Unis en janvier. En décembre, 160 000 nouveaux emplois ont été créés et la prévision pour janvier s’établissait à 180 000. Les salaires horaires sont en hausse de 2,9 %, ce qui est supérieur à ce qui avait été prédit. C’est le rythme annuel le plus rapide depuis la fin de la récession. Au cas où vous vous posiez la question, comme le titre le laisse entendre, cette statistique ne tient pas compte des emplois agricoles. Elle exclut également les travailleurs autonomes non constitués en société, les emplois au sein de ménages privés de même que les emplois au sein des organismes de renseignement et des forces armées.

Mercredi, il a été annoncé que le PIB du Canada avait crû de 0,4 % en novembre, correspondant au consensus. Cette large croissance est attribuable en premier lieu au secteur manufacturier. C’est le meilleur résultat depuis mai dernier et tout un rebondissement par rapport à octobre, mois affichant une croissance quasiment nulle. Le taux de croissance du PIB sur douze mois s’établit désormais à 3,5 %. Cette donnée ne devrait pas changer grand-chose pour ce qui est de la politique de la Banque du Canada, qui demeure en mode resserrement (autrement dit, prudence). Poloz et les autres gouverneurs se réunissent le 7 mars prochain et la probabilité d’une nouvelle hausse est de 32 % à l’heure actuelle.

Chez nos voisins du sud, le FOMC a maintenu les taux au beau fixe lors de sa rencontre mercredi. C’était attendu. La déclaration accompagnant l’annonce dégageait un ton modérément agressif, faisant valoir que l’inflation était à la hausse. C’était attendu. Le marché obligataire a réagi timidement. C’était attendu. La probabilité implicite du décret d’une hausse de taux lors de la réunion du 21 mars se répercute maintenant pleinement dans les prix des contrats à terme sur les fonds fédéraux. Lorsqu’elle sera décrétée, la hausse de taux devrait être conforme aux attentes. Surtout dans la foulée des solides données sur l’emploi rendues publiques aujourd’hui.

Pour votre information : C’était la dernière fois que Janet Yellen présidait une réunion du FOMC. Je ne me rappelle pas en ce moment le nom du type qui lui succède, mais Google a sûrement la réponse si j’ai piqué votre curiosité.

Aussi cette semaine, POTUS (le président des États-Unis) a livré son premier SOTU (discours sur l’état de l’Union). Meh… Les médias rapportent que Melania était vêtue tout de blanc et que Trump a prononcé des mots. Vêtue de blanc après la fête du Travail? Est-elle tombée sur la tête?!

J’allais blaguer en affirmant que ce discours sur l’état de l’Union fut « le plus regardé de tous les temps ». Mais Trump a brûlé mon punch. En effet, jeudi matin, il a affirmé que « le plus grand nombre de personnes de l’histoire » avaient regardé son discours. Ce ne fut pas le cas. Bon, un autre « fait alternatif ». Passons à autre chose…

Actions

Soulignons rapidement le fait que, au terme du premier mois de 2018, l’indice S&P TSX est en baisse d’environ 1,4 % (ou -14 % annualisé). L’indice S&P 500 est en hausse d’environ 5,7 % depuis le début de l’année (ou +85 % annualisé). Maigre consolation pour les investisseurs canadiens, en dollars américains, l’indice S&P TSX affiche en fait des gains annualisés de 3,2 % grâce à la forte remontée du huard. À titre comparatif, le Bitcoin se transige maintenant sous la barre des 8 000 $, soit en baisse de plus de 50 % par rapport à sa valeur record enregistrée en décembre.

Le S&P 500 a donc connu un de ses meilleurs débuts d’année de l’histoire récente. L’indice a été soutenu par de solides bénéfices du côté des entreprises, une bonne croissance économique et l’optimisme suscité par les baisses d’impôts aux États-Unis. Restons toutefois prudents… Des incertitudes s’infiltrent dans les marchés boursiers, car les taux plus élevés des obligations gouvernementales commencent à nuire aux opérations boursières. 

Nouvelles émissions

Central 1 Credit Union, cotée A (élevée) a procédé à l’émission de 350 millions de dollars de billets de 3 ans à taux variable au taux CDOR à trois mois +35. L’émission a été majorée par rapport aux 200 millions de dollars initialement prévus et le prix s’est resserré de 2 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Autrement dit, ça s’est bien passé. Pour vous mettre en contexte, l’OHC à taux variable venant à échéance en mars 2021 se négocie actuellement autour du taux CDOR à trois mois -18. Le taux CDOR à trois mois s’établit actuellement à 1,68 %.

La Banque Scotia, cotée AA, a émis un rare billet de dépôt de 10 ans à GdC +80 pb. Le marché a acheté la totalité de l’émission (2 milliards de dollars).

Le FPI RioCan, coté BBB (élevée), a émis 300 millions de dollars de billets à taux fixe venant à échéance en septembre 2023 à GdC +105. Plus de 60 investisseurs et un taux de sursouscription de 8X ont contribué à resserrer le prix de 5 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Je ne peux qu’avancer l’hypothèse que le gars de la trésorerie de RioCan est de bonne humeur de ces jours-ci.

Parlant de nouvelles émissions, nous nous attendons à une émission d’OHC de 10 ans à taux fixe et de 5 ans à taux variable quelque part autour du 14 février. Un beau cadeau de la Saint-Valentin de nos amis de la SCHL.

L’obligation de 10 ans rouvrira celle venant à échéance en mars 2028 autour de GdC +37 pb. C’est 8,5 points de base de moins que l’écart de l’émission initiale en novembre. Aux taux actuels, l’obligation se négocie autour du taux CDOR à trois mois +1,7 pb, son niveau le plus bas des trois dernières années.

Le billet de 5 ans à taux variable rouvrira celui venant à échéance en mars 2023. Les taux actuels du marché suggèrent le taux CDOR à trois mois -7,1 pb. Le billet avait été émis initialement en novembre au taux CDOR.

Réglementation du marché hypothécaire

Au Québec, les caisses populaires pourraient bientôt devoir appliquer les mêmes règles de qualification hypothécaire que les banques régies par le BSIF. L’organisme de réglementation de la province se prépare à harmoniser ses directives avec celles des prêteurs sous réglementation fédérale et donc exiger que les caisses populaires et les coopératives adoptent le taux de simulation de crise de +2,00 %. Cependant, ce n’est pas le cas partout au pays. La Colombie-Britannique n’envisage aucun changement et l’Ontario hésite. Entre-temps, les caisses populaires au pays font des affaires en or dans le marché des prêts hypothécaires non assurés.  L’avenir dira si elles bénéficieront de la décision.

Mot de la fin

Voici quelques conseils pour la fin de semaine : faites le ménage de votre chambre, tenez-vous droit debout, faites de quoi, faites un homme de vous, soyez gentil envers votre sœur, ne mélangez pas bière et vin… jamais! Ah oui, et restez loin des chemins de fer.

C’est encore l’hiver pour au moins six semaines, mais souriez... Le printemps finira par arriver!

Ciao!

Le gars de la trésorerie

Pleins feux sur les nouvelles émissions de la semaine

  • First National Financial LP

Bonjour, c’est le jour de la marmotte!

Encore? Déjà le jour de la marmotte? C’est un événement annuel qui se répète année après année…

Je viens tout juste de voir Wiarton Willie sortir de sa tanière à la télé. La foule était en délire. Malheureusement pour certains, l’hiver devrait durer encore six semaines selon sa prévision… Quelle scène pathétique. Mille personnes en train de se geler dehors pour vouer leur admiration à un rongeur. La télévision n’a vraiment pas rendu justice à l’excitation du moment d’un gros écureuil faisant sa prévision météorologique.

Taux

Obligation                           Aujourd’hui        Variation depuis la semaine dernière

2 ans :                   1,86 %                   +5 pb

5 ans :                   2,15 %                   +10 pb

10 ans :                 2,38 %                   +13 pb

30 ans :                 2,44 %                   +11 pb

Économie, nouvelles, etc.

Les plus récentes données sur les emplois non agricoles viennent tout juste d’être annoncées. On dénombre la création de 200 000 nouveaux emplois aux États-Unis en janvier. En décembre, 160 000 nouveaux emplois ont été créés et la prévision pour janvier s’établissait à 180 000. Les salaires horaires sont en hausse de 2,9 %, ce qui est supérieur à ce qui avait été prédit. C’est le rythme annuel le plus rapide depuis la fin de la récession. Au cas où vous vous posiez la question, comme le titre le laisse entendre, cette statistique ne tient pas compte des emplois agricoles. Elle exclut également les travailleurs autonomes non constitués en société, les emplois au sein de ménages privés de même que les emplois au sein des organismes de renseignement et des forces armées.

Mercredi, il a été annoncé que le PIB du Canada avait crû de 0,4 % en novembre, correspondant au consensus. Cette large croissance est attribuable en premier lieu au secteur manufacturier. C’est le meilleur résultat depuis mai dernier et tout un rebondissement par rapport à octobre, mois affichant une croissance quasiment nulle. Le taux de croissance du PIB sur douze mois s’établit désormais à 3,5 %. Cette donnée ne devrait pas changer grand-chose pour ce qui est de la politique de la Banque du Canada, qui demeure en mode resserrement (autrement dit, prudence). Poloz et les autres gouverneurs se réunissent le 7 mars prochain et la probabilité d’une nouvelle hausse est de 32 % à l’heure actuelle.

Chez nos voisins du sud, le FOMC a maintenu les taux au beau fixe lors de sa rencontre mercredi. C’était attendu. La déclaration accompagnant l’annonce dégageait un ton modérément agressif, faisant valoir que l’inflation était à la hausse. C’était attendu. Le marché obligataire a réagi timidement. C’était attendu. La probabilité implicite du décret d’une hausse de taux lors de la réunion du 21 mars se répercute maintenant pleinement dans les prix des contrats à terme sur les fonds fédéraux. Lorsqu’elle sera décrétée, la hausse de taux devrait être conforme aux attentes. Surtout dans la foulée des solides données sur l’emploi rendues publiques aujourd’hui.

Pour votre information : C’était la dernière fois que Janet Yellen présidait une réunion du FOMC. Je ne me rappelle pas en ce moment le nom du type qui lui succède, mais Google a sûrement la réponse si j’ai piqué votre curiosité.

Aussi cette semaine, POTUS (le président des États-Unis) a livré son premier SOTU (discours sur l’état de l’Union). Meh… Les médias rapportent que Melania était vêtue tout de blanc et que Trump a prononcé des mots. Vêtue de blanc après la fête du Travail? Est-elle tombée sur la tête?!

J’allais blaguer en affirmant que ce discours sur l’état de l’Union fut « le plus regardé de tous les temps ». Mais Trump a brûlé mon punch. En effet, jeudi matin, il a affirmé que « le plus grand nombre de personnes de l’histoire » avaient regardé son discours. Ce ne fut pas le cas. Bon, un autre « fait alternatif ». Passons à autre chose…

Actions

Soulignons rapidement le fait que, au terme du premier mois de 2018, l’indice S&P TSX est en baisse d’environ 1,4 % (ou -14 % annualisé). L’indice S&P 500 est en hausse d’environ 5,7 % depuis le début de l’année (ou +85 % annualisé). Maigre consolation pour les investisseurs canadiens, en dollars américains, l’indice S&P TSX affiche en fait des gains annualisés de 3,2 % grâce à la forte remontée du huard. À titre comparatif, le Bitcoin se transige maintenant sous la barre des 8 000 $, soit en baisse de plus de 50 % par rapport à sa valeur record enregistrée en décembre.

Le S&P 500 a donc connu un de ses meilleurs débuts d’année de l’histoire récente. L’indice a été soutenu par de solides bénéfices du côté des entreprises, une bonne croissance économique et l’optimisme suscité par les baisses d’impôts aux États-Unis. Restons toutefois prudents… Des incertitudes s’infiltrent dans les marchés boursiers, car les taux plus élevés des obligations gouvernementales commencent à nuire aux opérations boursières. 

Nouvelles émissions

Central 1 Credit Union, cotée A (élevée) a procédé à l’émission de 350 millions de dollars de billets de 3 ans à taux variable au taux CDOR à trois mois +35. L’émission a été majorée par rapport aux 200 millions de dollars initialement prévus et le prix s’est resserré de 2 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Autrement dit, ça s’est bien passé. Pour vous mettre en contexte, l’OHC à taux variable venant à échéance en mars 2021 se négocie actuellement autour du taux CDOR à trois mois -18. Le taux CDOR à trois mois s’établit actuellement à 1,68 %.

La Banque Scotia, cotée AA, a émis un rare billet de dépôt de 10 ans à GdC +80 pb. Le marché a acheté la totalité de l’émission (2 milliards de dollars).

Le FPI RioCan, coté BBB (élevée), a émis 300 millions de dollars de billets à taux fixe venant à échéance en septembre 2023 à GdC +105. Plus de 60 investisseurs et un taux de sursouscription de 8X ont contribué à resserrer le prix de 5 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Je ne peux qu’avancer l’hypothèse que le gars de la trésorerie de RioCan est de bonne humeur de ces jours-ci.

Parlant de nouvelles émissions, nous nous attendons à une émission d’OHC de 10 ans à taux fixe et de 5 ans à taux variable quelque part autour du 14 février. Un beau cadeau de la Saint-Valentin de nos amis de la SCHL.

L’obligation de 10 ans rouvrira celle venant à échéance en mars 2028 autour de GdC +37 pb. C’est 8,5 points de base de moins que l’écart de l’émission initiale en novembre. Aux taux actuels, l’obligation se négocie autour du taux CDOR à trois mois +1,7 pb, son niveau le plus bas des trois dernières années.

Le billet de 5 ans à taux variable rouvrira celui venant à échéance en mars 2023. Les taux actuels du marché suggèrent le taux CDOR à trois mois -7,1 pb. Le billet avait été émis initialement en novembre au taux CDOR.

Réglementation du marché hypothécaire

Au Québec, les caisses populaires pourraient bientôt devoir appliquer les mêmes règles de qualification hypothécaire que les banques régies par le BSIF. L’organisme de réglementation de la province se prépare à harmoniser ses directives avec celles des prêteurs sous réglementation fédérale et donc exiger que les caisses populaires et les coopératives adoptent le taux de simulation de crise de +2,00 %. Cependant, ce n’est pas le cas partout au pays. La Colombie-Britannique n’envisage aucun changement et l’Ontario hésite. Entre-temps, les caisses populaires au pays font des affaires en or dans le marché des prêts hypothécaires non assurés.  L’avenir dira si elles bénéficieront de la décision.

Mot de la fin

Voici quelques conseils pour la fin de semaine : faites le ménage de votre chambre, tenez-vous droit debout, faites de quoi, faites un homme de vous, soyez gentil envers votre sœur, ne mélangez pas bière et vin… jamais! Ah oui, et restez loin des chemins de fer.

C’est encore l’hiver pour au moins six semaines, mais souriez... Le printemps finira par arriver!

Ciao!

Le gars de la trésorerie

Pleins feux sur les nouvelles émissions de la semaine

  • First National Financial LP

Bonjour, c’est le jour de la marmotte!

Encore? Déjà le jour de la marmotte? C’est un événement annuel qui se répète année après année…

Je viens tout juste de voir Wiarton Willie sortir de sa tanière à la télé. La foule était en délire. Malheureusement pour certains, l’hiver devrait durer encore six semaines selon sa prévision… Quelle scène pathétique. Mille personnes en train de se geler dehors pour vouer leur admiration à un rongeur. La télévision n’a vraiment pas rendu justice à l’excitation du moment d’un gros écureuil faisant sa prévision météorologique.

Taux

Obligation                           Aujourd’hui        Variation depuis la semaine dernière

2 ans :                   1,86 %                   +5 pb

5 ans :                   2,15 %                   +10 pb

10 ans :                 2,38 %                   +13 pb

30 ans :                 2,44 %                   +11 pb

Économie, nouvelles, etc.

Les plus récentes données sur les emplois non agricoles viennent tout juste d’être annoncées. On dénombre la création de 200 000 nouveaux emplois aux États-Unis en janvier. En décembre, 160 000 nouveaux emplois ont été créés et la prévision pour janvier s’établissait à 180 000. Les salaires horaires sont en hausse de 2,9 %, ce qui est supérieur à ce qui avait été prédit. C’est le rythme annuel le plus rapide depuis la fin de la récession. Au cas où vous vous posiez la question, comme le titre le laisse entendre, cette statistique ne tient pas compte des emplois agricoles. Elle exclut également les travailleurs autonomes non constitués en société, les emplois au sein de ménages privés de même que les emplois au sein des organismes de renseignement et des forces armées.

Mercredi, il a été annoncé que le PIB du Canada avait crû de 0,4 % en novembre, correspondant au consensus. Cette large croissance est attribuable en premier lieu au secteur manufacturier. C’est le meilleur résultat depuis mai dernier et tout un rebondissement par rapport à octobre, mois affichant une croissance quasiment nulle. Le taux de croissance du PIB sur douze mois s’établit désormais à 3,5 %. Cette donnée ne devrait pas changer grand-chose pour ce qui est de la politique de la Banque du Canada, qui demeure en mode resserrement (autrement dit, prudence). Poloz et les autres gouverneurs se réunissent le 7 mars prochain et la probabilité d’une nouvelle hausse est de 32 % à l’heure actuelle.

Chez nos voisins du sud, le FOMC a maintenu les taux au beau fixe lors de sa rencontre mercredi. C’était attendu. La déclaration accompagnant l’annonce dégageait un ton modérément agressif, faisant valoir que l’inflation était à la hausse. C’était attendu. Le marché obligataire a réagi timidement. C’était attendu. La probabilité implicite du décret d’une hausse de taux lors de la réunion du 21 mars se répercute maintenant pleinement dans les prix des contrats à terme sur les fonds fédéraux. Lorsqu’elle sera décrétée, la hausse de taux devrait être conforme aux attentes. Surtout dans la foulée des solides données sur l’emploi rendues publiques aujourd’hui.

Pour votre information : C’était la dernière fois que Janet Yellen présidait une réunion du FOMC. Je ne me rappelle pas en ce moment le nom du type qui lui succède, mais Google a sûrement la réponse si j’ai piqué votre curiosité.

Aussi cette semaine, POTUS (le président des États-Unis) a livré son premier SOTU (discours sur l’état de l’Union). Meh… Les médias rapportent que Melania était vêtue tout de blanc et que Trump a prononcé des mots. Vêtue de blanc après la fête du Travail? Est-elle tombée sur la tête?!

J’allais blaguer en affirmant que ce discours sur l’état de l’Union fut « le plus regardé de tous les temps ». Mais Trump a brûlé mon punch. En effet, jeudi matin, il a affirmé que « le plus grand nombre de personnes de l’histoire » avaient regardé son discours. Ce ne fut pas le cas. Bon, un autre « fait alternatif ». Passons à autre chose…

Actions

Soulignons rapidement le fait que, au terme du premier mois de 2018, l’indice S&P TSX est en baisse d’environ 1,4 % (ou -14 % annualisé). L’indice S&P 500 est en hausse d’environ 5,7 % depuis le début de l’année (ou +85 % annualisé). Maigre consolation pour les investisseurs canadiens, en dollars américains, l’indice S&P TSX affiche en fait des gains annualisés de 3,2 % grâce à la forte remontée du huard. À titre comparatif, le Bitcoin se transige maintenant sous la barre des 8 000 $, soit en baisse de plus de 50 % par rapport à sa valeur record enregistrée en décembre.

Le S&P 500 a donc connu un de ses meilleurs débuts d’année de l’histoire récente. L’indice a été soutenu par de solides bénéfices du côté des entreprises, une bonne croissance économique et l’optimisme suscité par les baisses d’impôts aux États-Unis. Restons toutefois prudents… Des incertitudes s’infiltrent dans les marchés boursiers, car les taux plus élevés des obligations gouvernementales commencent à nuire aux opérations boursières. 

Nouvelles émissions

Central 1 Credit Union, cotée A (élevée) a procédé à l’émission de 350 millions de dollars de billets de 3 ans à taux variable au taux CDOR à trois mois +35. L’émission a été majorée par rapport aux 200 millions de dollars initialement prévus et le prix s’est resserré de 2 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Autrement dit, ça s’est bien passé. Pour vous mettre en contexte, l’OHC à taux variable venant à échéance en mars 2021 se négocie actuellement autour du taux CDOR à trois mois -18. Le taux CDOR à trois mois s’établit actuellement à 1,68 %.

La Banque Scotia, cotée AA, a émis un rare billet de dépôt de 10 ans à GdC +80 pb. Le marché a acheté la totalité de l’émission (2 milliards de dollars).

Le FPI RioCan, coté BBB (élevée), a émis 300 millions de dollars de billets à taux fixe venant à échéance en septembre 2023 à GdC +105. Plus de 60 investisseurs et un taux de sursouscription de 8X ont contribué à resserrer le prix de 5 points de base par rapport à la fourchette prévisionnelle. Je ne peux qu’avancer l’hypothèse que le gars de la trésorerie de RioCan est de bonne humeur de ces jours-ci.

Parlant de nouvelles émissions, nous nous attendons à une émission d’OHC de 10 ans à taux fixe et de 5 ans à taux variable quelque part autour du 14 février. Un beau cadeau de la Saint-Valentin de nos amis de la SCHL.

L’obligation de 10 ans rouvrira celle venant à échéance en mars 2028 autour de GdC +37 pb. C’est 8,5 points de base de moins que l’écart de l’émission initiale en novembre. Aux taux actuels, l’obligation se négocie autour du taux CDOR à trois mois +1,7 pb, son niveau le plus bas des trois dernières années.

Le billet de 5 ans à taux variable rouvrira celui venant à échéance en mars 2023. Les taux actuels du marché suggèrent le taux CDOR à trois mois -7,1 pb. Le billet avait été émis initialement en novembre au taux CDOR.

Réglementation du marché hypothécaire

Au Québec, les caisses populaires pourraient bientôt devoir appliquer les mêmes règles de qualification hypothécaire que les banques régies par le BSIF. L’organisme de réglementation de la province se prépare à harmoniser ses directives avec celles des prêteurs sous réglementation fédérale et donc exiger que les caisses populaires et les coopératives adoptent le taux de simulation de crise de +2,00 %. Cependant, ce n’est pas le cas partout au pays. La Colombie-Britannique n’envisage aucun changement et l’Ontario hésite. Entre-temps, les caisses populaires au pays font des affaires en or dans le marché des prêts hypothécaires non assurés.  L’avenir dira si elles bénéficieront de la décision.

Mot de la fin

Voici quelques conseils pour la fin de semaine : faites le ménage de votre chambre, tenez-vous droit debout, faites de quoi, faites un homme de vous, soyez gentil envers votre sœur, ne mélangez pas bière et vin… jamais! Ah oui, et restez loin des chemins de fer.

C’est encore l’hiver pour au moins six semaines, mais souriez... Le printemps finira par arriver!

Ciao!

Le gars de la trésorerie

Pourquoi nos clients nous choisissent et nous recommandent

De la sophistication de notre culture d’entreprise à la façon dont nous nous engageons avec nos clients et livrons pour eux, nous avons gagné la confiance et les recommandations de nos clients emprunteurs.

Apprenez-en plus

geen-building

Solutions hypothécaires

La synergie de notre structure et de notre culture permet aux conseillers d’innover de manière ciblée et de mettre en œuvre de manière décisive des solutions intelligentes en matière de risques qui vous permettront d’atteindre vos objectifs.